Budget 2019: le surplus doit servir à rembourser les trop-perçus d’Hydro-Québec, dit le PQ

Le ministre des Finances, Eric Girard, déposera le budget caquiste jeudi, deux jours après le budget fédéral.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le ministre des Finances, Eric Girard, déposera le budget caquiste jeudi, deux jours après le budget fédéral.

« Quoi qu’en dise le premier ministre, le compteur des promesses électorales ne commence pas à zéro après la campagne électorale », a dénoncé lundi le député du Parti québécois (PQ) Martin Ouellet.

Il enjoint au gouvernement de François Legault de rembourser l’entièreté des trop-perçus d’Hydro-Québec qui totaliseraient 1,5 milliard depuis 2008.

« Les contribuables du Québec ont payé trop cher leur électricité, ça, c’est un fait, a souligné le porte-parole péquiste en matière de finances. Et comme on a des surplus, c’est le temps de remettre l’argent à ceux et celles qui l’ont payé. »

Le Parti québécois a dévoilé lundi une longue liste de demandes pour le tout premier budget du gouvernement caquiste. Le ministre des Finances, Eric Girard, le déposera jeudi, deux jours après le budget fédéral. Les attentes sont grandes puisque le gouvernement jouit d’un important surplus qui oscillerait entre 2 milliards et 4,6 milliards pour l’année fiscale 2018-2019.

Le gouvernement doit donc allouer suffisamment de fonds à la santé, à l’éducation, aux transports collectifs et à l’accès à Internet haute vitesse, selon M. Ouellet, qui craint toutefois que le gouvernement Legault prolonge « l’austérité libérale ».

« On demande un plan précis, chiffré, détaillé à savoir de quelle façon la CAQ va être capable de réduire les dépenses de l’appareil gouvernemental, a-t-il dit, en rappelant que la Coalition avenir Québec avait promis de trouver près de 2 milliards d’économies en adoptant des mesures d’efficacité.

« Pour réduire les dépenses, les libéraux ont pris la solution qui était facile pendant quatre ans : couper, couper, couper, couper et, jusqu’ici, la démonstration de la CAQ, c’est que ça ne sera pas différent, a-t-il conclu.

En santé, le PQ exige entre autres 350 millions pour étendre le projet-pilote de ratio infirmière-patients comme le demande la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ). Il demande également 150 millions d’ici la fin du mandat caquiste en 2022 pour la rénovation des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Pour les familles, les péquistes veulent que le gouvernement Legault complète le réseau en ajoutant 20 000 places en service de garde.

Il s’attend à ce que la question du financement du tramway de Québec soit réglée à l’issue du dépôt des budgets fédéral et québécois et que les régions ne soient pas laissées pour compte. Elles devraient, par exemple, bénéficier d’un meilleur accès à Internet haute vitesse et au réseau de téléphonique cellulaire, selon Martin Ouellet.

Le PQ est le dernier parti d’opposition à avoir rendu publiques ses demandes prébudgétaires. Québec solidaire a demandé jeudi que le surplus soit utilisé pour lutter contre les changements climatiques. Le Parti libéral, quant à lui, doutait que le ministre québécois des Finances puisse maintenir l’équilibre budgétaire à cause de ses coûteuses promesses, comme la réforme de la taxe scolaire et l’uniformisation de la maternelle 4 ans.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.