La CAQ se défend de manquer de transparence

Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, un des rares à s’adresser aux médias, a affirmé ne pas avoir «entendu parler de mot d’ordre» sur la question.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, un des rares à s’adresser aux médias, a affirmé ne pas avoir «entendu parler de mot d’ordre» sur la question.

Deux jours après son élection à la tête du Québec, la Coalition avenir Québec (CAQ) s’est défendue mercredi de limiter l’accès des médias à ses nouveaux élus ainsi qu’à son chef, François Legault.

Mercredi matin, presque tous les nouveaux élus esquivaient les questions des journalistes à leur arrivée au premier caucus de la formation dans un hôtel de Boucherville.

L’un après l’autre, ils se précipitaient dans la salle de réunion sans rien dire, ou presque. « On me demande d’entrer le plus rapidement possible », a laissé tomber le nouveau député de Dubuc, François Tremblay.

Le nouveau premier ministre désigné, François Legault, n’était quant à lui pas disponible pour rencontrer les médias. C’est plutôt aux députés Simon Jolin-Barrette et Geneviève Guilbault qu’on a confié la tâche de répondre à l’ensemble des questions touchant le gouvernement, du libre-échange à la loi sur le cannabis, en passant par les félicitations de Marine Le Pen à l’endroit du parti.

« Il est évident que le premier ministre désigné a beaucoup d’engagements, il est très occupé », a expliqué Mme Guilbault en insistant sur le fait que M. Legault a toujours mis à l’avant son équipe.

« Ce n’est pas anormal que les députés soient visibles. Ce sera la marque de commerce de notre gouvernement », a ajouté la députée qui a dit parler en tant que « porte-parole de la transition vers le gouvernement ».

M. Legault s’est par contre exprimé sur le réseau Twitter pour « rejeter toute association avec Mme Le Pen ». « Les Québécois sont accueillants et généreux. Nous allons accueillir des milliers d’immigrants chaque année, mais nous allons le faire d’une façon qui favorise l’intégration. On va en prendre moins, mais on va en prendre soin. »

Pas de mot d’ordre aux députés

Aux journalistes qui voulaient savoir si les élus avaient reçu le mot d’ordre de se tenir cois, Mme Guilbault a répondu que « non », qu’il n’y avait pas de directive en ce sens.

« C’est tout à fait normal. Certains ont fait le choix d’arrêter pour vous parler ; d’autres ont préféré réserver leurs commentaires. Je pense que c’est libre à eux, que c’est en tout respect de la volonté de chacun. L’objectif premier était de tous nous réunir. »

La députée de Louis-Hébert a en outre avancé que son gouvernement entendait être un modèle en matière de transparence. « De manière générale, on est assez accessibles, et je peux vous dire que notre gouvernement souhaite développer une stratégie de communication axée sur la transparence. »

Son collègue Jolin-Barette a mentionné, à cet égard, que la CAQ comptait réformer la loi sur l’accès à l’information. « On veut s’assurer que le Québec redevienne un leader. [...] On est en queue de peloton parmi les administrations publiques au Canada. »