Kotkaniemi mérite une chance de commencer avec le Canadien

«Il a été l’un des meilleurs attaquants du Canadien pendant le camp d’entraînement. Avec les habiletés qu’il possède, j’ai vraiment été impressionné jusqu’à maintenant», a confié Mario Tremblay.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «Il a été l’un des meilleurs attaquants du Canadien pendant le camp d’entraînement. Avec les habiletés qu’il possède, j’ai vraiment été impressionné jusqu’à maintenant», a confié Mario Tremblay.

Parole d’un ancien joueur de 18 ans dans la Ligue nationale de hockey : le Canadien de Montréal ne ferait pas une erreur en gardant Jesperi Kotkaniemi avec l’équipe en début de saison.

Cet ancien adolescent est Mario Tremblay qui, encore aujourd’hui presque 44 ans plus tard, demeure l’attaquant et le buteur le plus précoce dans toute l’histoire du Tricolore.

Le « Bleuet bionique » était âgé de 18 ans et 75 jours lorsqu’il a marqué ses deux premiers buts dans la LNH, à son deuxième match en carrière, contre le vétéran Ed Giacomin des Rangers de New York au Forum de Montréal le 16 novembre 1974.

Ces records d’équipe vont durer encore au moins une année puisque Kotkaniemi sera âgé de 18 ans et 89 jours s’il participe au match d’ouverture le 3 octobre prochain contre les Maple Leafs de Toronto. Et selon Tremblay, c’est un scénario qui pourrait bien se réaliser.

« Il a été l’un des meilleurs attaquants du Canadien pendant le camp d’entraînement, a affirmé Tremblay en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne vendredi matin. Avec les habiletés qu’il possède, j’ai vraiment été impressionné jusqu’à maintenant. »

Tremblay n’a nullement sursauté lorsque Claude Julien a déclaré, après la visite des Maple Leafs au Centre Bell mercredi dernier, que ce serait assez difficile de ne pas avoir Kotkaniemi dans l’équipe de la façon qu’il se comporte jusqu’à maintenant. « Avec ce que j’avais vu, si j’avais été l’entraîneur du Canadien, j’aurais eu la même réponse que Claude Julien », a lancé Tremblay.

Nullement inquiet

Celui-ci avoue qu’il avait hâte de voir Kotkaniemi contre les meilleurs trios et les meilleures équipes. « Mercredi, il a joué contre [John] Tavares et [Auston] Matthews », a fait remarquer Tremblay sans en dire davantage.

Aux yeux de plusieurs observateurs, un début de carrière trop hâtif pourrait nuire au développement à long terme de Kotkaniemi. D’autres soulèvent le fait que le Finlandais est encore un hockeyeur plutôt svelte. Tremblay rejette ces arguments.

« Les gens parlent de sa grosseur. Il pèse 184 lb et mesure six pieds deux pouces. Il vient de jouer cinq matchs en dix soirs. Ne soyez pas inquiet pour lui, il va se tirer d’affaire. Il ne sera quand même pas le premier joueur de 18 ans dans la Ligue nationale. Quand t’es bon, t’es bon. De plus, le Canadien va avoir neuf matchs de plus pour l’évaluer. »

Et il y a ce fameux mur que plusieurs jeunes frappent en cours de route de leur saison initiale. « Ça se peut que ça soit plus difficile certains soirs que d’autres, et c’est normal. Mais je pense que son talent va lui permettre de se tirer d’affaire. »

Parcours unique

Tremblay se rappelle encore très bien ses premiers coups de patin dans la Ligue nationale de hockey. Ils ont été effectués deux jours avant ses deux premiers buts, dans l’intimidant TD Garden de Boston.

Il avait cependant passé un peu plus d’un mois dans la Ligue américaine de hockey avant que le Canadien ne le rappelle des Voyageurs de la Nouvelle-Écosse, en même temps que Doug Risebrough, qui n’avait alors que 20 ans.

Après avoir fait ses classes avec les Voyageurs, où il avait eu le temps d’inscrire 10 buts en 15 parties, Tremblay a immédiatement formé un trio avec Risebrough et Yvon Lambert, un peu plus âgé que les deux autres, à 24 ans.

Autour d’eux, toutefois, le Canadien comptait de nombreux vétérans et une étoile montante en Guy Lafleur, qui était en voie de connaître sa première de six saisons consécutives de 50 buts.

S’il réussit à se tailler un poste avec le Canadien, Kotkaniemi n’aura pas nécessairement une compagnie aussi prestigieuse autour de lui. Tremblay est toutefois d’avis qu’il y a de bons vétérans pour l’appuyer. « Il y a quand même des Gallagher, Danault. Il y a de bons vétérans avec le Canadien. De plus, il y a une bonne atmosphère et un bon esprit d’équipe. Je pense qu’on peut l’insérer dans l’alignement. C’est le temps de l’insérer. »