Manon Massé dit ne pas vouloir embarquer dans le «lançage de bouette»

La co-porte-parole de QS, Manon Massé
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne La co-porte-parole de QS, Manon Massé

Devenu la cible des attaques du chef péquiste, Jean-François Lisée, Québec solidaire (QS) prévient qu’il n’embarquera pas dans le « lançage de bouette » de son adversaire politique.

« Je ne comprends pas trop ce qui est en train de se passer. [M. Lisée] sait autant que moi que la population est tannée [des attaques] », fait valoir Manon Massé, co-porte-parole de QS.

En marge d’une annonce dans Rosemont, circonscription actuellement détenue par le chef péquiste, Mme Massé a averti qu’elle ne compte pas embarquer dans le « lançage de bouette ».

Depuis le débat de jeudi dernier, QS est au cœur de plusieurs attaques, notamment du Parti québécois. Lors d’un échange portant sur la santé, M. Lisée avait dévié du sujet en questionnant Mme Massé sur l’identité du véritable chef de QS.

Pendant la fin de semaine, M. Lisée en a rajouté en accusant QS de faire de la « manipulation ». Il a soutenu que QS avait retiré son programme sur son site Internet avant de se raviser en après-midi.

Lors d’une entrevue au 98,5 FM lundi matin, M. Lisée a dit que QS est « ancré dans le marxisme ».

« Je veux juste rappeler à M. Lisée que le parti communiste du Québec a donné son appui à Pierre-Karl Péladeau [lors de la course à la chefferie en 2015] et il vient de donner son appui au PQ [cette année] », dit Mme Massé.

Selon la candidate solidaire, la montée de QS dans les sondages fait craindre ses adversaires.

« Ce qu’on s’aperçoit c’est que, pour les trois autres partis, on doit commencer à constituer une certaine menace parce que, de concert, on commence à dire que Québec solidaire est ceci ou cela », estime Mme Massé.

Promouvoir ses promesses

QS a entamé la dernière ligne droite de la campagne électorale à Montréal. Le parti a annoncé en matinée qu’un gouvernement solidaire réformerait le Code des professions pour accorder plus d’autonomie aux hygiénistes dentaires.

En début d’après-midi, Mme Massé rencontrera la mairesse de Montréal, Valérie Plante, avant de prendre la route vers Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue.