Jean-François Lisée tempête contre Québec solidaire

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, accuse Québec solidaire de vouloir soustraire des circonscriptions au parti — le sien — qui a donné au Québec son gouvernement le plus progressiste.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, accuse Québec solidaire de vouloir soustraire des circonscriptions au parti — le sien — qui a donné au Québec son gouvernement le plus progressiste.

Les gants sont jetés entre Jean-François Lisée et Québec solidaire. Le chef du Parti québécois a soutenu vendredi en entrevue éditoriale au Devoir que « l’essentiel du travail de QS est d’enlever des circonscriptions au PQ », et que cela « dit quelque chose sur leur sens du bien commun ».

M. Lisée revendique-t-il le monopole du bien commun ? « Non, mais nous, on lutte dans toutes les circonscriptions où il y a des caquistes et des libéraux, a-t-il dit au cours d’une entrevue d’une heure. Et les gains qu’on veut faire, c’est majoritairement contre la Coalition avenir Québec [CAQ] et les libéraux. Les gains que QS veut faire, c’est majoritairement dans les comtés péquistes », constate-t-il.

Prenant acte de la montée de QS dans les sondages (14 % d’appuis selon le dernier coup de sonde de la firme Léger), Jean-François Lisée dit qu’il faut « avoir la lucidité de voir les choses telles qu’elles sont. […] Puisque c’est la réalité, arrêtons de donner à QS une partie gratuite [free ride, selon le jargon journalistique]. Arrêtons de faire comme si c’était un parti marginal, à 6 %, qui ne fait pas partie du débat public. »
 

Notre table éditoriale avec Jean-François Lisée:

 

Selon lui, les solidaires profitent notamment de la faible présence journalistique autour de leur campagne : la caravane des solidaires est la plupart du temps vide. Les médias (dont Le Devoir) ont plutôt choisi — pour des raisons d’abord financières — de couvrir les annonces à la pièce, ou encore de monter dans l’autobus pour un certain nombre de semaines. Le Devoir y était en début de campagne, et y sera pour la fin de la campagne.

« On m’a demandé ce matin en conférence de presse si je trouvais qu’ils ont eu une partie gratuite, j’ai dit oui. […] À QS, il n’y a pas de journalistes qui font le travail tous les jours, qui posent des questions, qui font des comparaisons. Ils ont une partie gratuite. Ça ne me semble pas équitable. »

Jean-François Lisée a soutenu que chaque gouvernement péquiste du passé (il n’a toutefois pas nommé celui de Pauline Marois) a été « le plus progressiste en Amérique du Nord, à chaque fois ». Mais cette année, le PQ « se rend compte qu’il y a un parti qui est sur [sa] gauche et dont l’essentiel de l’action est d’empêcher le gouvernement le plus progressiste en Amérique du Nord de prendre le pouvoir ».

Qui est le patron ?
Au lendemain d’un débat où il a étonné — de son propre aveu — en s’en prenant dès le départ à la légitimité réelle de la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, M. Lisée a justifié sa sortie en soutenant qu’il était « important de poser cette question ».

M. Lisée se demande ainsi qui est le « patron » de Québec solidaire. Mme Massé est « co-porte-parole, elle n’est pas chef. Il est arrivé dans le passé que des co-porte-parole aient été contredits par le chef [officiellement : Gaétan Châteauneuf]. Nous avons négocié avec d’autres partis souverainistes, avec un co-porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, il a signé l’entente et le chef a renié le co-porte-parole et l’entente. Je suis pour la lumière et la transparence, et ça manque de lumière là-dedans », a lancé M. Lisée.

Il faisait ici référence à la feuille de route d’accès à la souveraineté signée en avril 2017 par les négociateurs des partis impliqués, mais reniée quelques jours plus tard par le Comité de coordination de QS — l’instance dirigeante du parti.

Quelque 18 mois plus tard, M. Lisée n’a toujours pas digéré l’épisode. « Ils ont été sectaires et dogmatiques », a-t-il dit au Devoir.

« Nous savons que ce patron, avec une majorité du comité de coordination, a fréquemment mis en minorité les co-porte-parole », a-t-il ajouté. Invité à donner des exemples précis, M. Lisée a répondu qu’il laissait aux journalistes le soin de faire ce travail.

Craint-il Québec solidaire ? Sa sortie de jeudi au débat et le contenu de l’entrevue de vendredi montrent à tout le moins qu’il y a une préoccupation réelle chez Jean-François Lisée.

« Je trouve que le danger qu’on a, répond-il, c’est que les forces du changement se divisent et que les libéraux se faufilent. On n’a pas le système proportionnel actuellement. C’est un danger réel. […]. Je dis aux électeurs qui votent pour la CAQ, pour QS : ne laissez pas les libéraux se faufiler. Le PQ est le grand parti de coalition. On est des progressistes pragmatiques. »

Immigration
Sur un des thèmes fort de cette campagne — l’immigration et les propositions de François Legault à cet égard —, Jean-François Lisée a de nouveau soutenu en entrevue qu’il n’y a « rien de pire […] dans [sa] gradation de la misère humaine que de casser le rêve d’une famille qui a voulu se déraciner pour prendre racine ailleurs, et [à qui] tu dis après trois ans que tu l’expulses ? Ça vient me chercher. »

S’il juge « trouver terrible ce que M. Couillard a fait » dans son mandat, l’idée d’expulser des immigrants qui auraient échoué le test de français ou de connaissance des valeurs que propose M. Legault lui paraît « pire ».

Mais qu’en est-il de sa propre proposition — essentiellement, que 100 % des immigrants que le Québec sélectionne parlent déjà français à leur arrivée ? Jean-François plaide que « la clé du succès de l’intégration, c’est que vous [les immigrants] connaissiez notre langue au moins minimalement au point d’entrée. On va donner les cours là où vous êtes, on va les rembourser. »

Questionné à savoir pourquoi il serait plus facile de franciser les immigrants dans des milieux non-francophones plutôt qu’au Québec — alors que la Vérificatrice générale a révélé en 2017 que 90 % des arrivants qui complètent le cours de francisation sont incapables de fonctionner au quotidien en français —, Jean-François Lisée a parlé des effets de la « motivation ».

« C’est une question de motivation. La personne a décidé de quitter son pays natal pour venir au Québec. On lui dit qu’une des conditions, c’est qu’elle passe un test de connaissance suffisante du français. Elle peut prendre le temps qu’elle veut, mais c’est une condition. Sa motivation est maximale. »

Autrement, il répète ne pas vouloir « faire de numérologie » concernant les seuils d’immigration. C’est la vérificatrice générale et des experts qui recommanderaient à un gouvernement Lisée le nombre d’immigrants à accueillir en fonction de la capacité d’accueil du Québec et des besoins en main d’œuvre.

Mais la décision finale sera bel et bien politique, a-t-il reconnu vendredi. « C’est la loi. Le conseil des ministres n’a pas le droit constitutionnel de déléguer à un autre organisme une décision gouvernementale. » M. Lisée estime toutefois que d’impliquer la VG permet de « dépolitiser complètement » le processus, puisque « le poids public de sa recommandation va être énorme. »

Citations en vrac de Lisée

Gouvernement minoritaire.

« Il n’y a pas de gouvernement de coalition possible. Si la CAQ forme un gouvernement minoritaire et qu’elle veut un vote sur sa politique d’immigration, en aucun cas on ne va voter pour sa politique d’immigration. Si elle négocie un budget, on va lui dire que ça prend [telle ou telle chose], sinon on ne vote pas. »

Un vote stratégique progressiste.

M. Lisée lance un appel au « ralliement de tous ceux qui veulent le changement ». Mais pas question de dire à des souverainistes de voter pour QS dans une circonscription où les solidaires auraient plus de chance de victoire que le PQ. « C’est la discussion qu’on aurait eu si le congrès de QS avait accepté ce que la majorité des électeurs solidaires voulaient, dit-il en parlant de la feuille de route de 2017. Ils ont refusé d’avoir cette discussion, alors on ne peut pas l’avoir en catastrophe maintenant. »

Relations avec Ottawa.

Jean-François Lisée réitère qu’il aura un meilleur rapport de force avec Ottawa que François Legault ou Philippe Couillard, parce qu’il serait craint dans la capitale fédérale. « Justin Trudeau a eu Philippe Couillard, il a ri de lui, l’a insulté, l’a humilié. Là, il y a M. Legault qui va arriver et dire : « je vais rester dans Canada pour toujours ».

[M. Trudeau] ne retournera même pas ses appels. Mais il y aura un gouvernement que je dirigerais, qui a causé la surprise et gagné l’élection, qui est en train de mettre le Québec sur les rails, de faire un référendum sur la souveraineté… Je pense que c’est de moi qu’il aura le plus peur. »

Éducation.

« Les écoles publiques se vident de ses meilleurs éléments, surtout au secondaire, où le privé siphonne les meilleurs éléments et n’assume pas sa juste part. On a 18 écoles privées secondaires où il n’y a aucun enfant en difficulté. On ne veut pas revenir sur le libre choix des parents. Mais on dit [aux écoles] qu’il n’est pas question qu’on vous finance comme aujourd’hui si vous ne faites pas votre juste part. Si vous décidez d’écrémer, c’est votre choix. Mais les écoles privées qui vont faire leur juste part vont garder leur financement actuel. Ceux qui ne le font pas seront coupés significativement, et cette somme sera réinvestie dans l’école publique. »

Médecins spécialistes.

Contrairement à la CAQ, le PQ a intégré à son cadre financier le milliard de dollars espérés de la réouverture de l’entente avec les médecins spécialistes. « M. Legault télégraphie à la Fédération [des médecins spécialistes] qu’il n’a pas besoin de son argent finalement. Il se place en position de faiblesse. […] Ça renforce notre rapport de force de l’avoir dans notre cadre. Nous avons absolument besoin de cet argent. […] Il faut que la société québécoise ait un moment de vérité avec ses médecins. C’est le meilleur moment de le faire maintenant. »

Anticosti.

La décision du gouvernement Marois en 2014 de lancer un programme d’exploration pour confirmer le potentiel pétrolier de l’île d’Anticosti pèse-t-elle encore sur la crédibilité environnementale du PQ ? A-t-elle laissé écorcher son vernis vert ? « Cette réalité existe et je suis très content qu’on ait rétabli la crédibilité environnementale du PQ, qui pré-existait, répond M. Lisée. […] Il y avait un rétablissement à opérer. »

Lisée est désespéré, selon QS

Québec solidaire voit un signe de désespoir dans l’insistance du chef péquiste, Jean-François Lisée, à savoir « qui est le patron » de la formation politique de gauche.

« La question que tout le monde se pose ce matin, c’est : quelle mouche a piqué M. Lisée ? s’est étonné vendredi le co-porte-parole de QS Gabriel Nadeau-Dubois. C’était une question qui portait sur la santé, et au lieu de parler des infirmières en burn-out, des listes d’attente dans les urgences, des aînés dans les CHSLD, la grande priorité de M. Lisée était de poser des questions sur la structure interne à Québec solidaire ? »

Il croit que c’est la popularité de QS qui fait peur à M. Lisée. « Je pense que la conclusion à laquelle beaucoup de gens arrivent, c’est que M. Lisée est désespéré. »

Améli Pineda

 



À voir en vidéo