Transport collectif: les élans solidaires du PLQ

Le chef du PLQ, Philippe Couillard, a promis d’instaurer la gratuité du transport en commun pour tous les étudiants et les personnes âgées de 65 ans et plus.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef du PLQ, Philippe Couillard, a promis d’instaurer la gratuité du transport en commun pour tous les étudiants et les personnes âgées de 65 ans et plus.

Philippe Couillard a attiré l’attention des étudiants, mardi, en leur promettant le transport en commun gratuit « partout au Québec » d’ici 2022.

Les personnes de tous âges inscrites à temps plein dans un établissement scolaire, ainsi que celles âgées de 65 ans et plus, pourront monter à bord d’un autobus, d’une voiture de métro ou de train de banlieue sans débourser un sou, peut-on lire dans la plateforme électorale du Parti libéral du Québec. « Vous avez devant vous aujourd’hui le plus important engagement en transport collectif du Québec au cours des dernières années ! » a lancé M. Couillard au milieu de l’agora du collège Montmorency mardi matin. La promesse à 200 millions de dollars du PLQ a été accueillie par des applaudissements spontanés de spectateurs.

Le premier ministre l’a dévoilée à peine quelques heures après la parution d’un sondage Léger-Le Devoir montrant notamment un resserrement non négligeable de l’appui des jeunes au PLQ. « On a préparé cette mesure bien avant le moindre sondage », a précisé M. Couillard en conférence de presse. « Je ne suis pas de ce genre-là, qui navigue au gré des sondages. »

C’était la deuxième fois mardi que l’autobus de campagne du PLQ dépassait, par la gauche, celui de Québec solidaire depuis le coup d’envoi de la campagne électorale. En effet, M. Couillard s’était engagé, au jour 4, à élargir la couverture des soins dentaires de base, aux enfants de 10 à 16 ans d’une part, aux aînés considérés comme à faible revenu d’autre part.

Le chef libéral a appelé mardi les jeunes qui veulent voir ces promesses voir le jour à appuyer sa formation politique, qui contrairement à QS a les moyens de ses ambitions, selon lui. « C’est bien joli de parler de toutes sortes de choses et de projets, mais quand t’es pas capable d’expliquer comment tu vas les financer, t’as un gros problème », a-t-il fait valoir devant quelques dizaines de collégiens dispersés autour de lui. « Avant de distribuer la prospérité, il faut la générer. »

Des imitations

La promesse libérale n’est pas passée inaperçue dans les cégeps et les universités. La Fédération étudiante collégiale du Québec a d’ailleurs demandé au chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s’il comptait emboîter le pas à son adversaire libéral. « Moi, ça me tente énormément », a répondu M. Lisée, lors d’une conversation organisée à l’Université de Montréal. « [Mais] je ne vois pas comment on a les moyens de faire ça maintenant sans tomber dans les déficits ou les compressions », a-t-il ajouté.

QS y voit la preuve qu’il propose des idées qui résonnent auprès des Québécois. « Je pense que c’est ça le modus operandi de plusieurs formations politiques à l’heure actuelle. Elles reprennent les idées de QS lorsqu’elles réalisent qu’elles sont populaires et qu’elles résonnent, mais on les transforme sur mesure pour répondre à certaines clientèles spécifiques », a souligné Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS. Du même souffle, il a appelé les électeurs à se méfier des « imitations ».

Par ailleurs, M. Couillard a dit mardi ne pas écarter l’idée d’appuyer financièrement des sociétés de transport, qui instaureraient des tarifs réduits pour les moins nantis. « Je ne tourne pas le dos à une tarification sociale, mais c’est un peu plus compliqué à mettre en place », a-t-il fait remarquer. « Qu’il n’y ait rien à payer du tout pour les jeunes et les aînés, ça me paraît au moins aussi intéressant. »

Avec Marie-Michèle Sioui et Améli Pineda

Quelques promesses du PLQ pour Montréal

  • Développer la ligne rose du métro de Montréal
  • Développer un projet de service rapide par bus (SRB) sur la rue Notre-Dame à Montréal
  • Prolonger le SRB Pie-IX
  • Prolonger la branche ouest de la ligne orange du métro à Montréal et à Laval
  • Développer un projet dans les axes des boulevards des Laurentides et de la Concorde, à Laval, et développer un projet structurant dans l’axe du boulevard Taschereau sur la Rive-Sud
  • Développer un «projet structurant» dans l’axe du prolongement de la ligne jaune du métro à Longueuil