Une candidate inuite à Québec pour le NPDQ

La seule candidate autochtone à participer à cette élection, Mona Belleau, est d’origine inuite et se présente dans la région de Québec pour le Nouveau Parti démocratique du Québec (NPD-Québec). Enthousiaste, elle pense avoir convaincu de nombreux Autochtones d’aller voter pour elle… pour la première fois.

« Quasiment tous les Autochtones que j’ai rencontrés m’ont dit qu’ils allaient voter pour moi, que ce soit des Hurons-Wendat, des Innus ou des Attikameks », explique-t-elle. La circonscription où elle se présente, Chauveau, comprend le territoire de la communauté huronne de Wendake, où résident aussi des Autochtones d’autres nations. « Il y a des Innus de Maliotenam qui m’ont dit qu’ils n’avaient jamais voté à des élections mais qu’ils allaient voter pour moi. C’est vraiment touchant. »

Beaucoup d’Autochtones lui ont dit qu’ils votaient « au fédéral », mais « jamais au provincial », précise-t-elle dans un français impeccable, ce qui est peu commun chez les Inuits, qui parlent plutôt anglais.

Il faut dire que Mona Belleau a passé la plus grande partie de sa vie à Québec. Née à Iqualuit d’un père québécois et d’une mère inuite, elle a déménagé dans la région à l’âge de 12 ans avec sa famille.

Malgré cet exil, ses liens avec le Nunavut demeurent très forts, insiste-t-elle. « Toute ma famille habite encore au Nunavut. […] J’étais là la semaine passée. »

Qui représenterait-elle si elle était élue ? D’abord les gens de sa circonscription, Chauveau, insiste-t-elle, en ajoutant qu’elle profiterait de l’occasion pour mieux intégrer les Autochtones dans la conversation politique.

« C’est le fait d’être Autochtone qui m’a motivée à me lancer en politique, résume la candidate de 39 ans. On parle souvent de la réconciliation entre Autochtones et non-Autochtones et je ne voyais pas comment ça pouvait se faire dans cette élection sans qu’il y ait une porte-parole des Autochtones. Je me vois un peu comme ça. »

Militante de longue date du NPD fédéral, elle n’a pas hésité à se joindre au NPD-Québec quand il est ressuscité en 2014. « Je suis une personne de gauche et je ne suis pas souverainiste, alors ça allait de soi d’être avec ce parti-là. »

Le choix de la circonscription de Chauveau s’est quant à lui imposé de lui-même, puisque c’est là qu’elle réside avec sa conjointe et leurs deux enfants. Parce que Mona Belleau est également une militante pour les droits des gais et lesbiennes. « Je suis une minorité dans une minorité. Comme une poupée russe de minorités ! » lance-t-elle en riant.

Une deuxième candidate autochtone

Québec solidaire a confirmé dimanche la mise en candidature de la jeune femme inuite Alisha Tukkiapik dans la circonscription d’Ungava. Après l'Inuk Mona Belleau, candidate du NPD-Québec dans Chauveau à Québec, Alisha Tukkiapik devient la deuxième autochtone à briguer les suffrages à l’élection du 1er octobre. La candidate solidaire est née à Pointe-Claire et a vécu à Kuujjuaq, Kangirsuk, Puvirnituq, Inukjuak et Kuujjuaraapik. Elle est travailleuse communautaire dans le domaine de la santé et a auparavant été directrice d’école et gestionnaire dans le domaine de l’habitation. 

« Alisha Tukkiapik connaît les défis actuels de l’Ungava et elle regorge d’idées pour améliorer les services nordiques. Elle est une femme d’opinion et sait s’exprimer haut et fort. Elle souhaite amener sa voix au " sud ” du Québec pour défendre les intérêts des communautés autochtones», a écrit Québec solidaire dans un communiqué transmis au Devoir.

Marie-Michèle Sioui

Consultez la suite du dossier