Les jeunes libéraux se préoccupent d’appropriation culturelle

Certains des manifestants qui ont dénoncé la pièce <em>SLAV</em> ont été «beaucoup trop agressifs», a noté le président de la Commission-Jeunesse, Stéphane Stril.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir Certains des manifestants qui ont dénoncé la pièce SLAV ont été «beaucoup trop agressifs», a noté le président de la Commission-Jeunesse, Stéphane Stril.

La Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec met son grain de sel dans le débat entourant les pièces SLĀV et Kanata et propose au gouvernement d’intervenir pour que les minorités ethniques et les Autochtones soient mieux représentés dans les productions culturelles qui portent sur leur passé.

Ainsi,estiment-ils, les organismes subventionnaires (SODEC, Conseil des arts et des lettres, etc.) devraient inciter les producteurs et scénaristes à « inclure davantage les communautés minoritaires et les Autochtones dans le processus créatif des productions qui concernent leurs traditions culturelles et historiques ».

Le gouvernement devrait en outre « sensibiliser davantage » le milieu culturel et le grand public quant à l’enjeu de l’appropriation culturelle, estiment-ils.

Rappelons que ni SLĀV ni Kanata n’avaient reçu de subventions de la SODEC et du CALQ. Ce dernier organisme a toutefois déjà fait connaître sa sensibilité sur les questions soulevées par la polémique autour de SLĀV .

Prié en conférence de presse de dire si l’annulation de SLĀV et Kanata avait été une « bonne chose », le président de la Commission-Jeunesse, Stéphane Stril, a refusé de se prononcer, mais a insisté sur le fait qu’il voulait surtout « encourager le dialogue ».

Ces questions, a-t-il ajouté « touchent beaucoup notre génération, qui connaît un monde très diversifié où différentes communautés sont présentes ». Il a noté par ailleurs que certains des manifestants qui avaient dénoncé la pièce SLĀV avaient été « beaucoup trop agressifs en s’attaquant de façon disproportionnée à la chose et en lançant des mots trop graves ».

La Commission-Jeunesse débattra de cette proposition et de neuf autres lors de son 36e congrès, samedi, à Montréal.

Autres propositions :

Santé mentale Remplacer la formule traditionnelle d’examens au cégep et à l’université par des évaluations maison ou à livre ouvert.

 

Cryptomonnaies Faire du Québec un « pôle mondial » des cryptomonnaies en revoyant notamment la tarification d’électricité des entreprises du secteur.

 

Bouffe et vélo Instaurer des comptoirs alimentaires santé dans toutes les écoles publiques et faire du Québec « l’endroit en Amérique du Nord ayant le plus grand nombre de pistes cyclables par habitant ».

 

Climat Remplacer tous les véhicules à essence par des voitures électriques d’ici 2050 pour atteindre la cible de zéro émission nette de carbone.