Éthique: Pierre Paradis blâmé par la commissaire

Dans un geste sans précédent, la commissaire à l’éthique et à la déontologie recommande à l’Assemblée nationale d’imposer une pénalité de 24 443,63 $ au député de Brome-Missisquoi.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Dans un geste sans précédent, la commissaire à l’éthique et à la déontologie recommande à l’Assemblée nationale d’imposer une pénalité de 24 443,63 $ au député de Brome-Missisquoi.

L’ex-ministre Pierre Paradis a réclamé et perçu à tort une allocation pour frais de logement pendant des années, conclut la commissaire à l’éthique et à la déontologie, Ariane Mignolet, dans un rapport accablant déposé à l’Assemblée nationale mardi.

Dans un geste sans précédent, elle recommande à l’Assemblée nationale d’imposer une pénalité de 24 443,63 $ au député de Brome-Missisquoi.

M. Paradis a « favorisé les intérêts » de sa famille en payant la note du logement de sa fille et de son gendre, où il séjournait à Québec, et ce, jusqu’au 15 décembre 2015.

De février 2009 à mai 2012, il occupait une chambre à coucher de 11 mètres carrés dans un 5 pièces et demie occupé par sa fille et son gendre, mais payait la totalité du loyer, soit 1435 $ par mois. De mai 2012 à décembre 2015, il séjournait dans le condominium acheté par sa fille et son gendre

« Loyer excessif »

Pour dormir dans la chambre de son petit-enfant, il leur versait un « loyer excessif et déraisonnable » de 1300 $ par mois, indique Mme Mignolet.

« Ses agissements relativement à l’utilisation de son allocation pour frais de logement n’étaient pas de nature à susciter la confiance de la population envers les députés et l’Assemblée nationale, considérant de surcroît qu’il s’agit de fonds publics », souligne-t-elle.

La famille de Pierre Paradis a indiqué à la commissaire que sa fille, son gendre et son petit-enfant auraient effectué des « contributions » au député «qu’elles soient [financières] (épicerie et autres), sous forme de [soutien] (ménage, préparation des repas) » ou tout simplement « de par “le bonheur d’avoir pu créer un deuxième chez soi et permettre une certaine conciliation de la politique avec la vie de famille” ».

Son personnel politique insistait mardi sur le fait que l’élu en convalescence n’a « retiré aucun profit personnel de son logement ou des allocations fournies ».

Ses agissements relativement à l’utilisation de son allocation pour frais de logement n’étaient pas de nature à susciter la confiance de la population envers les députés

Réactions de QS

Pour l’élu solidaire Amir Khadir, il s’agit d’« une démonstration supplémentaire » de la nécessité de rendre publiques les dépenses des députés. « Le manque de transparence entraîne des cachotteries et ensuite les contribuables se ramassent avec la facture des enquêtes qui les dévoilent », a-t-il affirmé.

De son côté, Mme Mignolet invite le Bureau de l’Assemblée nationale à arrimer ses règles au Code d’éthique et de déontologie. « À l’aube d’une nouvelle législature, le moment semble idéal pour entreprendre une telle révision », mentionne la commissaire.

Pierre Paradis a été expulsé coup sur coup du Conseil des ministres et du groupe parlementaire libéral après la mise au jour d’allégations d’inconduite sexuelle qui le visaient, en janvier 2017.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a indiqué six mois plus tard, au terme d’une longue enquête de la Sûreté du Québec, ne pas détenir suffisamment de preuves pour porter des accusations.

L’élu indépendant n’a pas repris ses activités depuis qu’il a subi une violente commotion cérébrale à l’hiver 2017.