Québec annonce la mise sous tutelle de la municipalité de Baie-Trinité

Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux

Baie-Trinité — Le gouvernement du Québec annonce la mise sous tutelle de Baie-Trinité, sur la Côte-Nord. La municipalité est soumise au contrôle de la Commission municipale du Québec (CMQ) dès maintenant, et « jusqu’à ce que la situation soit rétablie », a indiqué mardi le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux.

Le ministre a évoqué en mêlée de presse des difficultés majeures au conseil municipal pour prendre des décisions « aussi fondamentales qu’engager un directeur général et adopter un budget ».

La mise sous tutelle signifie que les décisions d’administration de la ville devront être prises par la CMQ, mais « cela veut aussi dire de travailler avec l’administration actuelle », a indiqué M. Coiteux.

Devant les médias, il a dit que le maire Marc Tremblay avait envoyé des signaux selon lesquels il était « tout à fait disposé à collaborer ». Toutefois, peu après, M. Tremblay a indiqué à plusieurs médias qu’il présenterait sa démission cette semaine.

En entrevue à l’hebdomadaire « Le Manic », M. Tremblay, qui est en poste depuis à peine trois mois, a dit vouloir quitter ses fonctions parce qu’il n’est « pas capable de voir comment [il] pourrait passer au travers de tout le travail qu’il y a à faire ».

L’ancien maire Denis Lejeune avait été reconnu coupable d’agression sexuelle à l’endroit d’une employée de la municipalité en juillet 2015. Il avait continué à siéger comme maire pendant plus de deux ans avant de présenter sa démission.


Situation «très chaotique»

La décision de mise sous tutelle a été prise mardi au conseil des ministres, à Québec, deux mois après la publication d’un rapport de la CMQ sur l’état de la situation.

M. Coiteux a fait état d’une situation « très chaotique » nécessitant une mesure exceptionnelle. « On est rendu le 30 janvier, il n’y a pas de budget adopté, pas de comptes de taxes qui vont être envoyés », a-t-il relevé.

Le ministre n’a pas évoqué d’échéancier, disant qu’il fallait « donner le temps au temps ».

« La CMQ veillera à ce que des mesures concrètes soient prises pour redresser la situation. Je suis convaincu que ce soutien permettra aux élus et à l’administration de Baie-Trinité de trouver des solutions efficaces et durables. Nous souhaitons ainsi que le conseil municipal puisse retrouver rapidement son autonomie dans le plus grand intérêt des citoyens », a dit le ministre par communiqué.