Le gouvernement Couillard dépasse ses cibles

La ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil

Le gouvernement Couillard dépassera ses objectifs en 2016 quant au nombre d’immigrants admis au Québec. Un maximum de 53 500 personnes seront accueillies, soit 2000 de plus que prévu par le plan d’immigration en vigueur.

C’est ce que révèle le document intitulé Plan d’immigration du Québec pour l’année 2017 que la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, a rendu public jeudi.

Sans surprise, la ministre a confirmé que le gouvernement a adopté les orientations soumises lors de la consultation publique sur les seuils d’immigration pour la période entre 2017 et 2019. Ainsi, le Québec accueillera de 49 000 à 51 000 immigrants en 2017, puis en 2018, pour porter ce nombre à un minimum de 50 500 et à un maximum de 54 500 en 2019.

La ministre a expliqué que 1500 réfugiés syriens qui devaient être reçus en 2015 l’ont été en 2016, ce qui a porté le nombre total de réfugiés accueillis à plus de 9000, contre 7610 en 2015. Même si les engagements du Québec au regard des réfugiés syriens sont remplis, un nombre substantiel de réfugiés et de demandeurs d’asile seront admis en 2017, soit jusqu’à 8800 personnes.

Les seuils arrêtés s’appuient sur « un large consensus », a soutenu Kathleen Weil, même si le Parti québécois et la Coalition avenir Québec estiment qu’ils sont trop élevés.

Kathleen Weil a insisté sur le fait que ces seuils ont été fixés alors qu’une « grande réforme » est en cours en immigration.

La ministre a paru rassurée que son homologue fédéral John McCallum ait rejeté la recommandation d’un rapport, commandé par Ottawa, qui préconisait de hausser à 450 000 le nombre d’immigrants admis au Canada. Déjà, avec le seuil actuel de 350 000 immigrants, le poids démographique du Québec est appelé à diminuer. « Je suis vraiment centrée sur la réforme, bien faire les choses. Et, une fois qu’on est sûrs d’avoir un bon système, on pourra réévaluer les options », a-t-elle dit, c’est-à-dire après 2019.

Francisation

De 2014 à 2016, le pourcentage d’immigrants admis connaissant le français est passé de 59 % à 49 %, tandis que le gouvernement Couillard a sabré les budgets de francisation. Du rattrapage a été fait cette année, soit un ajout de 31 millions, selon la ministre, dont 17 millions par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport pour la francisation des enfants d’immigrants.

Dans un point de presse, la porte-parole caquiste en matière d’immigration, Nathalie Roy, s’est inquiétée du fait que cette année, le nombre de certificats de sélection délivrés, qui donne un aperçu du nombre d’immigrants qui seront admis dans les prochaines années, ait sensiblement augmenté, passant d’un maximum prévu de 46 900 à 54 700 certificats. « Il est clair que M. Couillard veut ouvrir les vannes de l’immigration, alors que la population, elle, veut les resserrer. Et M. Couillard, avec ces chiffres, se dirige tout droit vers son objectif de 60 000 immigrants par année », a-t-elle affirmé.


 
10 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 28 octobre 2016 04 h 21

    STRATÉGIE ÉLECTORALE

    Le PLQ se sert de l'immigration pour se maintenir au pouvoir et pour endiguer le nationalisme québéois.

    Il ne favorise pas l'immigration: il la manipule!

    • Nicole Delisle - Abonné 28 octobre 2016 09 h 58

      Vois avez bien raison monsieur! À quoi cela sert-il d'en accueillir encore plus alors que l'on n'arrive même pas à bien s'occuper de ceux déjà arrivés? Les mesures de francisation ont été largement coupées à l'ère de
      l'austérité, entre autre. Le seul but du gouvernement en est un de tactique électorale. Ils espèrent des votes tout simplement! C'est tout simplement lamentable! Leur jeu est tellement évident qu'il en est pitoyable et on doit y voir un geste désespéré pour se tenir au pouvoir!

    • Patrick Daganaud - Abonné 29 octobre 2016 12 h 39

      En ce sens, ce n'est pas ses cibles que le gouvernement libéral dépasse.

      Ce qu'il dépasse, c'est LES BORNES!

  • François Dugal - Inscrit 28 octobre 2016 07 h 54

    Dépasser les cibles

    "Le gouvernement Couillard dépasse ses cibles".
    L'éducation, dont on voulait seulement amputer la qualité, est malencontreusement décédée sur la table d'opération de l'austérité, suite à un manque d'asepsie.
    Sa mise en terre se fera dans l'indifférence générale. Prière de ne pas envoyer de fleurs, un don à une école privée de votre choix serait souhaitable.

    • Nicole Delisle - Abonné 28 octobre 2016 11 h 12

      J'admire votre sens de l'humour mais votre propos n'en demeure pas moins très réaliste. Vous avez tout à fait raison. Le mal qui a été fait en éducation, pour ne parler que de celui-là, prendra du temps à s'en remettre. Les coupures d'austérité ont privés des jeunes de mesures qui auraient pu leur apporter du soutien pour poursuivre leur cheminement scolaire. Malheureusement, pours plusieurs d'entre eux le réinvestissement minime du budget Lateio ne ramènera pas l'état souhaitable de l'aide qui doit être apportée pour vraiment les aider. C'est donc dire que d'autres jeunes seront laissés à eux-mêmes. Il faudra des années et encore plus d'investissement pour espérer un encadrement digne de ce nom et offrir à nos jeunes la chance de s'en sortir. Nous perdons ainsi une partie de la relève citoyenne de demain pour faire avancer le Québec. Mais cela est très loin de la préoccupation des libéraux
      où tout est question budgétaire et déficit zéro!

  • André Nadon - Inscrit 28 octobre 2016 08 h 51

    Minorisation en vue.

    Au Québec,le français devrait normalement attirer environ 83 % des nouveaux locuteurs si on considère les statistiques de la langue d’usage.Or,en 2001,l’anglais a attiré 55 % des nouveaux locuteurs qui ont adopté cette langue comme nouvelle langue d’usage,contre 45 % seulement qui ont opté pour le français.
    1971 4,3 % 1981 3,8 % 1991 3,3 % 2001 2,7 % 2006 2 %
    10
    Dans la région de Montréal,la situation est encore plus alarmante.Pour la même période,la langue anglaise a attiré 65 % des nouveaux locuteurs qui ont adopté cette langue comme nouvelle langue d’usage,contre 35 % seulement qui ont choisi le français.

  • Gilles Théberge - Abonné 28 octobre 2016 10 h 29

    Il est temps de congédier ce gouvernement qui ne cesse de nier notre particularité et fait tout pour nous noyer dans le grand maelström Canadian.

    Cette ministre est l'image même de la perversité.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 29 octobre 2016 10 h 01

    Prudence

    Il faudrait être excessivement prudent avec le regroupement familial. Ce dernier amène souvent avec lui une série de gens peu instruits, peu intégrables et exerçant une ponction démesurée sur les mesures de sécurité sociale et de soins médicaux.

    Regardons ce qui s’est passé en France, où les problèmes liés à l’immigration ont été amplifiés sinon exacerbés par le regroupement familial commencé par décret en 1976. Conséquence immédiate : des centaines de milliers de femmes et d'enfants quittent l'Afrique du Nord pour s'installer en France. La nouvelle mesure se révèle rapidement comme une catastrophe administrative. Les services sociaux et administratifs sont débordés, la construction des HLM est insuffisante, des bidonvilles se créent, le communautarisme s’installe. La France est alors passée d’une immigration de travail à une immigration de peuplement incontrôlée.

    Il faudra bien un jour revoir nos politiques d’immigration. Selon un rapport très récent de l'Institut Fraser, les immigrants sont un fardeau fiscal de 20 G$ par année pour le Canada. Proportionnellement, l’immigration serait donc un fardeau de 4G$ par année pour le Québec.

    L'Institut Fraser explique que ce fardeau fiscal est dû au fait que les immigrants payent moins en impôts que le coût des services qu'ils reçoivent du gouvernement.
    (http://www.radio-canada.ca/regions/colombie-britan )

    À quand une vraie étude des besoins, des coûts, des conséquences de l’immigration et du regroupement familial?