Dépotoir à Kahnawake: le ministère de l'Environnement se dit incapable d'agir

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) a reconnu hier être muselé dans le dossier du site d'enfouissement «hors normes» de Kahnawake, qui échappe à ce jour à sa juridiction et à celle d'Ottawa. Pour l'instant, la fermeture du site n'est d'aucune manière envisagée.

«Ça nous préoccupe beaucoup et on regarde les outils à notre disposition pour intervenir», a mentionné hier en entrevue Stéphane Gosselin, chef de cabinet du ministre Claude Béchard. «Mais ce site se trouve effectivement dans une zone pas claire. On reste donc prudent pour l'instant, ce n'est pas simple comme problème.»

Le site d'enfouissement situé à Kahnawake bafoue actuellement toutes les règles québécoises régissant les sites similaires ailleurs. Il se construit notamment dans un milieu humide qu'on remplit avec des sols faiblement contaminés qui sont déversés directement dans un marais. De plus, les utilisateurs du site ne payent pas la redevance de 10 $ par tonne que Québec exige ailleurs, sorte de taxe qui doit servir à financer le renforcement de la sécurité environnementale des sites légaux. «Notre objectif est de nous assurer que ce qui n'est pas permis ailleurs ne le soit pas non plus à Kahnawake, indique M. Gosselin. On se donne des lois et des règlements qui doivent être respectés partout. Mais dans ce cas-là, la loi ne s'applique pas avec la même clarté, et le fédéral semble avoir de la difficulté à voir [s'il peut agir].»

L'idée avancée hier par différents intervenants d'exercer une surveillance accrue sur les camions — en instaurant ou en raffermissant un système de contrôle du contenu et du lieu de déversement, avec pénalité sévère si ce dernier n'est pas un site autorisé — fait partie des «choses» que le ministère regarde actuellement. «Mais on ne sait pas si c'est réaliste, il faut avoir les moyens financiers et physiques de le faire», dit Stéphane Gosselin.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.