Ensemble Montréal propose de modifier l’horaire des séances du conseil municipal

L’opposition suggère de terminer les travaux du conseil à 20 h 30 pour favoriser la conciliation travail-famille.
Getty Images iStockphoto L’opposition suggère de terminer les travaux du conseil à 20 h 30 pour favoriser la conciliation travail-famille.

L’opposition à l’Hôtel de Ville souhaite modifier l’horaire des assemblées du conseil municipal afin de favoriser la conciliation travail-famille des élus. Ensemble Montréal suggère ainsi que cette recommandation déjà formulée en 2019 par la Commission de la présidence soit appliquée et que les assemblées se terminent plus tôt en soirée.

Dans une motion qui sera débattue lors de l’assemblée du 16 mai prochain, Ensemble Montréal propose que les séances du conseil municipal débutent à 9 h 30 le lundi, plutôt que 13 h, et qu’elles se terminent à 20 h 30, plutôt que 22 h. Ainsi, seule la période de questions des citoyens serait maintenue en soirée — à 19 h — afin d’encourager la participation du public.

L’idée n’est pas nouvelle. En 2019, la Commission de la présidence s’était penchée sur la question et avait recommandé un tel réaménagement de l’horaire. La pandémie, qui a forcé la tenue des assemblées en virtuel, a relégué le dossier aux oubliettes.

Mairesse de Montréal-Nord et jeune maman, Christine Black croit qu’avec le retour des assemblées en présentiel, il est temps de changer les choses. Selon elle, il est peu utile et peu productif de maintenir de telles assemblées tardives : « Quand on finit tard comme ça, on commence la semaine très fatigués. […] La capacité de concentration a ses limites. »

Les élus risquent de travailler davantage le dimanche — plutôt que le lundi matin — pour se préparer au conseil municipal, mais Christine Black croit qu’il s’agit là d’un moindre mal. « Pour moi, prendre une heure ou deux dans ma journée de dimanche, c’est quand même moins prenant que de finir à 22 h », fait-elle valoir.

Plus grande présence féminine

 

Les femmes sont désormais plus nombreuses que les hommes au conseil municipal de Montréal. Depuis le scrutin de novembre dernier, 34 femmes occupent les 65 sièges du conseil municipal. La nouvelle cohorte est également plus jeune, et on compte parmi ces élus plusieurs parents de jeunes enfants.

En 2019, un sondage réalisé auprès des 103 élus avait révélé que 32 % des répondants agissaient comme proche aidant auprès d’un membre de leur entourage. Il avait alors été jugé nécessaire d’inclure les proches aidants dans les mesures de conciliation travail-vie personnelle. Par ailleurs, 71 % des élus avaient aussi affirmé travailler de trois à quatre soirs par semaine.

« C’est vraiment dans l’air du temps de s’assurer de mettre des conditions gagnantes pour inciter toute personne à se lancer en politique, estime Christine Black. Ce n’est pas une motion présentée dans un état d’esprit partisan. C’est vraiment pour trouver des solutions pour qu’ensemble, on arrive à un horaire qui soit convenable pour tout un chacun. »

On ignore pour l’instant si les élus de Projet Montréal, majoritaires au conseil municipal, appuieront la proposition d’Ensemble Montréal. « Nous allons discuter de la motion de l’opposition en conseil municipal le 16 mai prochain. Une chose est certaine, nous considérons qu’il est important d’encourager l’équilibre travail-famille pour nos élus et membres du personnel », a indiqué le cabinet de la mairesse Valérie Plante vendredi.

Rappelons qu’au fil des ans, plusieurs mesures ont été mises en place pour favoriser la conciliation travail-famille chez les élus montréalais. En 2015, l’horaire des assemblées du conseil avait été revu une première fois pour faire en sorte que les séances se terminent à 22 h plutôt que 23 h. L’année suivante, un congé parental de 18 semaines avait été instauré. Et depuis 2020, les jeunes parents peuvent bénéficier de l’aide d’un employé administratif pendant 22 semaines après l’arrivée d’un enfant.

Christine Black, qui a eu un enfant en avril 2021, admet que les assemblées en virtuel facilitent la vie des jeunes parents, mais elle ne croit pas qu’il soit approprié pour l’instant d’envisager un mode de travail hybride pour les élus qui souhaiteraient participer aux débats à distance. « Chaque chose en son temps. Pour cette fois-ci, on va commencer par l’horaire », dit-elle.

À voir en vidéo