Une conseillère poursuit Projet Montréal pour diffamation

Julie-Pascale Provost demande au tribunal des rétractations de la part de Projet Montréal et réclame 80 000$ en dommages moraux et dommages punitifs.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Julie-Pascale Provost demande au tribunal des rétractations de la part de Projet Montréal et réclame 80 000$ en dommages moraux et dommages punitifs.

Expulsée de Projet Montréal il y a un an, la conseillère Julie-Pascale Provost a intenté une poursuite en diffamation contre le parti de Valérie Plante.

La conseillère du district du Canal reproche à la mairesse de l’arrondissement de Lachine, Maja Vodanovic, d’avoir « commandé une campagne de salissage » contre elle et d’avoir tenu des propos diffamants à son endroit lors de séances du conseil d’arrondissement tenues en décembre 2020 et en février 2021. Dans sa poursuite, Mme Provost évoque des « crises » de Mme Vodanovic lors des séances de travail, son « manque de respect » et ses « incohérences ».

Projet Montréal a été « peu actif » pour tenter de régler la situation, le parti étant « très occupé » avec les dossiers de Giuliana Fumagalli, mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, et de Sue Montgomery, mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, peut-on lire dans la poursuite.

Mme Provost a publié une version caviardée de sa demande introductive d’instance sur sa page Facebook samedi. Selon Radio-Canada, l’élue réclame 80 000 $ de Projet Montréal et de Maja Vodanovic.

Mme Provost soutient que dès le lendemain des élections de 2017, les problèmes de relations de travail ont commencé entre elle et la mairesse Vodanovic qui, selon l’élue, agissait sans consultation et de façon unilatérale sans en informer les conseillers. La conseillère avait un désaccord avec Maja Vodanovic concernant le dossier de la Marina de Lachine que Projet Montréal souhaitait fermer pour aménager un parc.

Julie-Pascale Provost considère que les relations étaient aussi difficiles entre Mme Vodanovic et les autres élus. « La mairesse Vodanovic agissait comme une rivale face aux autres conseillers et ces derniers ne souhaitaient pas être associés à Vodanovic », indique la poursuite.

L’élue soutient avoir déposé une plainte pour harcèlement contre la mairesse Vodanovic en septembre 2020.

C’est par message texte, le 23 octobre 2020, que Projet Montréal l’a avisée de son exclusion du caucus. L’élue accuse d’ailleurs Projet Montréal d’avoir fait parvenir à plusieurs journalistes des communiqués de presse contenant des « propos diffamatoires » à son égard.

Julie-Pascale Provost demande au tribunal des rétractations de la part de Projet Montréal et réclame 80 000 $ en dommages moraux et dommages punitifs.

Rappelons que Julie-Pascale Provost avait été recrutée par Denis Coderre pour briguer la mairie de Lachine sous la bannière d’Ensemble Montréal en prévision du scrutin du 7 novembre. Elle s’est toutefois retirée de la course en septembre dernier. Denis Coderre exigeait alors que tous les candidats d’Ensemble Montréal soient vaccinés contre la COVID-19.

Projet Montréal n’a pas voulu commenter les allégations de Mme Provost compte tenu des procédures entamés devant les tribunaux.

À voir en vidéo