Projet Montréal promet un grand parc dans l’Est

«On fait passer l’Est du gris au vert», a illustré Valérie Plante.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «On fait passer l’Est du gris au vert», a illustré Valérie Plante.

Valérie Plante a pris l’engagement, vendredi, de créer un grand parc dans l’Est de l’île de Montréal si elle est maintenue au pouvoir le 7 novembre prochain.

Le projet que la mairesse sortante a décrit comme le « poumon vert de l’Est » prévoit l’agrandissement du parc-nature de Pointe-aux-Prairies, la préservation du Golf métropolitain d’Anjou et l’aménagement de deux corridors verts, celui de Mercier-Est et celui de l’Assomption Sud dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. « On fait passer l’Est du gris au vert », a-t-elle dit.

Les différents agrandissements seraient réalisés grâce à des acquisitions, au recours au droit de préemption que détient la Ville et à des ententes avec les autres ordres de gouvernement, mais la chef de Projet Montréal n’a pas voulu identifier les terrains convoités par la Ville afin, a-t-elle dit, d’éviter la spéculation.

Projet Montréal vise l’ajout de 230 hectares d’espaces protégés au cours d’un prochain mandat si Mme Plante est réélue, ce qui correspond à la superficie ajoutée depuis 2017 avec, entre autres, le Grand parc de l’Ouest, a indiqué Robert Beaudry, responsable des grands parcs au comité exécutif.

Le Golf métropolitain d’Anjou est au centre d’une discorde entre l’administration Plante et le maire de l’arrondissement d’Anjou, Luis Miranda, qui souhaite y installer un bâtiment industriel. Il y a dix jours, M. Miranda a conclu une alliance avec le chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, en prévision du scrutin du 7 novembre. Ce dernier s’est engagé à ne pas présenter de candidats dans cet arrondissement en échange de l’appui de l’équipe de M. Miranda.

À voir en vidéo