Infrastructures: Valérie Plante craint pour le transport en commun

Valérie Plante s’inquiète notamment pour les 800 millions qu’elle a cédés à la Ville de Québec pour lui permettre de boucler le budget du projet de tramway.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Valérie Plante s’inquiète notamment pour les 800 millions qu’elle a cédés à la Ville de Québec pour lui permettre de boucler le budget du projet de tramway.

La mairesse de Montréal Valérie Plante, qui avait accepté que la Ville de Québec utilise son enveloppe de 800 millions de dollars de fonds fédéraux pour son projet de tramway, craint que le prochain gouvernement fédéral ne respecte pas les engagements pris en faveur du transport en commun dans la métropole.

Le cabinet de la mairesse a exprimé ses préoccupations dans un courriel envoyé jeudi aux partenaires de la Ville de Québec et du gouvernement du Québec. Valérie Plante s’inquiète notamment pour les 800 millions qu’elle a cédés à la Ville de Québec pour lui permettre de boucler le budget du projet de tramway.

Ce n’est pas le respect des engagements actuels qui nous préoccupent, mais bien le respect de l’ensemble des sommes prévues en transport collectif pour Montréal

Rappelons que la semaine dernière, le chef conservateur, Andrew Scheer, a indiqué son intention d’amputer les budgets d’infrastructures de 18 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Il soutenait alors que cette somme serait dépensée ultérieurement car le programme, doté du même budget, s’étalerait sur 15 ans plutôt que 12.

Vendredi, alors qu’il se trouvait à Fredericton, Andrew Scheer, a soutenu que les projets déjà promis, comme celui du tramway de Québec, iraient de l’avant. « Nous avons pris l’engagement que tous les projets qui étaient approuvés vont continuer. On va s’assurer que ce projet [de tramway] continue aussi », a-t-il dit.

Dans une déclaration, la mairesse a réitéré ses inquiétudes : « Ce n’est pas le respect des engagements actuels qui nous préoccupent, mais bien le respect de l’ensemble des sommes prévues en transport collectif pour Montréal, soit au moins 3,7 milliards sur 10 ans », a-t-elle soutenu. « C’est là-dessus que je demande un engagement aux partis, car c’est cette enveloppe qui permet à Montréal d’accorder l’argent pour le tramway de Québec. »

À Québec, le maire Labeaume a dit comprendre les inquiétudes de son homologue, mais n’a pas voulu se mêler de la campagne électorale fédérale qui prendra fin lundi.

En échange des 800 millions cédés par Montréal à la Ville de Québec, le gouvernement du Québec avait promis de financer l’implantation d’un tramway entre le centre-ville de Montréal et Lachine.