Montréal insatisfaite du déploiement des trottinettes électriques

Les trottinettes électriques de Lime ont été déployées le 13 août dans les rues de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les trottinettes électriques de Lime ont été déployées le 13 août dans les rues de Montréal.

Un peu plus d’une semaine après l’arrivée des trottinettes en libre-service à Montréal, l’administration Plante se dit insatisfaite du déroulement du déploiement. La Ville a d’ailleurs limité de moitié le nombre de véhicules en circulation.

« Nous ne sommes pas satisfaits de la façon dont le service a été implanté », a indiqué la mairesse, Valérie Plante, jeudi matin. « C’est un projet-pilote. Il y a déjà des ajustements, mais ultimement, si nous trouvons que l’opérateur ne fait pas son travail — sécurité pour les usagers, mais aussi pour les autres citoyens —, nous allons agir. »

Déployées le 13 août dernier dans les rues de Montréal, les trottinettes électriques de Lime doivent uniquement être garées dans les zones désignées sur la chaussée, de façon perpendiculaire au trottoir. Elles ne peuvent rouler sur les trottoirs et leur vitesse est limitée à 20 km/h. De plus, les usagers sont tenus de porter un casque. Pour l’instant, elles ne sont autorisées que dans l’arrondissement de Ville-Marie et dans Westmount.

Montréal s’est dotée d’un règlement pour encadrer ce service dans l’espoir d’éviter les dérapages observés dans de nombreuses villes ailleurs dans le monde. Mais en une semaine, plusieurs infractions ont été relevées, des véhicules ayant notamment été abandonnés sur les trottoirs. Le Journal de Montréal rapportait jeudi qu’une trottinette s’était même retrouvée au fond du canal Lachine.

« C’est aux opérateurs de se responsabiliser. Ça ne se passe pas à notre goût », a signalé Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme et de la mobilité au comité exécutif. « Mais on a un règlement qui est mordant et, s’il faut l’appliquer, on va l’appliquer. On rencontre l’opérateur sur une base quotidienne. »

Si nous trouvons que l’opérateur ne fait pas son travail [...], nous allons agir

Selon lui, la solution consiste en une meilleure communication entre Lime et ses usagers. « C’est à l’opérateur de s’assurer que le règlement est respecté. Il n’y a pas de voie de sortie. C’est le respect du règlement ou rien. » L’élu ne croit pas que le nombre de zones (239) disponibles pour garer ces véhicules soit insuffisant.

La circulation des trottinettes sur les trottoirs, mais aussi leur stationnement sur ces espaces, pose problème. « Pour nous, c’est important que les trottoirs soient dégagés », a dit la mairesse.

Lime a reçu un permis pour 430 engins, mais M. Caldwell soutient qu’à la demande de la Ville, il a réduit leur nombre à un peu plus de 200 trottinettes pour la première phase de son déploiement.

Rappelons que la Ville pourrait révoquer le permis de Lime si elle juge que l’entreprise ne respecte pas les règles en place. Des constats d’infraction ont été dressés par les policiers contre des usagers circulant dans des endroits interdits, mais la Ville n’a pas encore sévi contre les infractions en matière de stationnement, a précisé M. Caldwell.

Rappelons qu’en cas d’infraction les amendes varient de 100 à 1000 $ pour les citoyens, en fonction du nombre de récidives. Pour les entreprises, les amendes peuvent atteindre 2000 $.

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires de Lime jeudi.