Le plan Ferrandez contre l’urgence climatique sous la loupe

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, aux côtés du maire démissionnaire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, en février 2018
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir La mairesse de Montréal, Valérie Plante, aux côtés du maire démissionnaire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, en février 2018

Dans son message de démission publié plus tôt cette semaine, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a dressé la liste des gestes à poser pour répondre adéquatement à l’urgence climatique. Ces actions peuvent coûter des votes, a-t-il prévenu, mais sont-elles réalistes ? Le Devoir a demandé à des experts d’y regarder de plus près.

Taxer 100 % du stationnement sur rue et hors rue

Selon Christian Savard, directeur général de Vivre en ville, la tarification ou les taxes sur les stationnements sont des outils essentiels en matière de développement durable. « Facturer le coût réel des stationnements fait partie des mesures pour arrêter de subventionner l’automobile », dit-il. Depuis 2010, Montréal taxe les stationnements du centre-ville, mais cette mesure devrait être étendue à un plus large territoire, croit-il. Gérard Beaudet, professeur à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, prévient qu’une taxation systématique des places de stationnement peut avoir des effets indésirables, comme pénaliser un propriétaire qui a une case de stationnement sur son terrain, mais qui utilise très peu sa voiture.

Taxer l’entrée au centre-ville

Il s’agit là d’une fausse bonne idée, avance Christian Savard. Cette mesure très « montréalocentrée » fait fi de l’attrait du 450. « La plupart des experts estiment qu’une taxe au centre-ville, c’est bon pour Londres ou pour New York, mais cela pourrait être désastreux pour la compétitivité d’une ville comme Montréal, dit-il. Je suis favorable à des mesures d’écofiscalité comme le péage, mais ça devrait s’appliquer sur l’ensemble d’une région. »

Déminéraliser 10 % des rues

La réduction de la superficie des rues est une bonne idée, mais elle est difficilement envisageable dans les quartiers centraux de Montréal, croit Gérard Beaudet. « Mais partout où on peut réduire la surface des chaussées, faisons-le. » Christian Savard estime pour sa part que 10 %, « c’est tout à fait raisonnable ». Selon les données de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), le réseau routier occupe 7994 hectares, soit 21,8 % du territoire montréalais.

Acquérir et démolir les maisons en terrains inondables

CMM estime à entre 1,7 et 2 milliards la valeur immobilière des propriétés qui se trouvent dans des zones inondables (selon les cartes actuelles). En raison des coûts, il vaudrait mieux envisager des solutions adaptées à chaque cas, dit Gérard Beaudet : « Les digues ne sont pas une réponse. Le premier principe devrait être qu’on ne construit pas dans les zones inondables. »

Faire du lobbying pour taxer les vols aériens et taxer la viande

« M. Ferrandez ne maîtrise pas tout à fait le principe selon lequel il faut taxer la source de la pollution, c’est-à-dire la consommation d’essence », avance Michel Poitevin, professeur au Département de sciences économiques de l’Université de Montréal. Ainsi, explique-t-il, mieux vaut taxer l’essence utilisée par les avions que de taxer les vols eux-mêmes : « En taxant l’essence, on incite les fabricants d’avions à développer des appareils peu énergivores, ce qui serait impossible si on taxait les vols. »

Bloquer la spéculation au centre-ville en réduisant les hauteurs permises

Du point de vue environnemental, les constructions en hauteur comportent des avantages : « La densité urbaine, contrairement à l’étalement urbain, pollue peu. Les gens utilisent peu leur voiture, signale Michel Poitevin. Donc, au contraire, il faut augmenter la hauteur des édifices — et pas seulement au centre-ville —, ce qui augmentera l’offre de logements et aura un effet à la baisse sur les prix. »

Taxer les déchets

Hausser les redevances sur l’élimination des déchets pour les faire passer d’environ 22 $ la tonne à 60 $ la tonne serait un pas dans la bonne direction, estime Karel Ménard, directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets. « Ça vise à décourager l’enfouissement ou l’incinération. » Mais les coûts de production de la pollution devraient être pris en compte de façon plus globale, selon lui. « Il n’est pas normal que les producteurs puissent mettre en marché des objets de plastique jetables. Ça devrait être interdit, ou coûter très cher », dit-il.

Réinventer le recyclage et la consigne

Karel Ménard mentionne qu’il faudrait parler de « récupération » plutôt que de « recyclage ». Mais au-delà de cette précision sémantique, il est tout à fait d’accord avec Luc Ferrandez. Tout ce domaine est à repenser. La crise qui a frappé les centres de tri force une réflexion. Plutôt que de s’acharner sur le même modèle dysfonctionnel et d’investir davantage dans les centres de tri, il vaudrait mieux s’attarder à la mise en marché de produits qui ne sont pas recyclables et se préoccuper davantage des marchés étrangers où les matières récupérées sont acheminées, explique M. Ménard : « Plus de 60 % de ce qu’on récupère va à l’étranger, en Asie principalement. Ce ne sont pas des pays qui sont réputés pour avoir des règles environnementales très sévères. »