Nouvelle opposition au parc rebaptisé Parizeau

Jacques Parizeau en 2014
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jacques Parizeau en 2014

De nouvelles voix s’ajoutent au mouvement d’opposition à la nomination d’un parc d’Outremont en l’honneur de l’ex-premier ministre Jacques Parizeau : des citoyens ont promis de participer à une manifestation, ce lundi, à l’invitation d’un groupe qui prétend vouloir « ramener le Canada dans le Québec ».

La présidente et fondatrice de ce groupe, appelé Unity, insiste : ce n’est pas l’utilisation du nom de Jacques Parizeau qui la dérange, mais plutôt le fait de retirer le nom actuel du parc de Vimy, qui fait référence à un assaut canadien donné sur des positions allemandes en France, en avril 1917. « Ces militaires, dont certains étaient Québécois, ont donné leur vie pour que nous ayons des droits et des libertés. Et maintenant, nous voulons les remplacer par Jacques Parizeau », a déclaré Antoinette Mercurio, en entrevue au Devoir, au sujet de la bataille de la crête de Vimy.

Un autre parc

Sur la page Facebook du groupe Unity, quelque 100 personnes ont manifesté leur intérêt pour la manifestation, qui doit commencer à l’hôtel de ville d’Outremont, pour ensuite se diriger vers le parc de Vimy, devant lequel Jacques Parizeau a vécu pendant 40 ans.

Or l’arrondissement a déjà adopté, mercredi, une résolution visant à renommer le parc. « Nous avons quand même décidé de ne pas aller à l’hôtel de ville de Montréal [où se déroulera une séance du conseil municipal, lundi soir] car nous risquons d’être placés devant le fait accompli », a expliqué Mme Mercurio. « Nous voulons aller là où le problème a commencé. »

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a déjà confirmé son intention d’aller de l’avant avec le projet de nomination du parc. Il a notamment rappelé que des cérémonies commémoratives de la bataille de Vimy auront lieu au cours des festivités du 375e de Montréal.

Pour Antoinette Mercurio, dont les grands-parents ont combattu pendant les deux grandes guerres, retirer le nom actuel du parc équivaut néanmoins à déshonorer les militaires qui ont participé à la bataille de Vimy. « Trouvez-lui un autre parc ! », a-t-elle proposé. « C’est un politicien qui a fait de très belles choses, personne ne nie cela. [Mais] on ne déshonore pas des soldats qui se sont battus pour le Canada et pour le Québec. »

24 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 20 juin 2016 03 h 00

    Honneur...

    Honneur ?!
    Qui donc veut nous en faire la leçon ici ?
    Qui, dans un Canada qui a honteusement triché lors d'un vote voulu par le Québec comme démocratique et où les porteurs de l'identité canadienne en question, n'ont jamais regardé la chose en face ?
    Pas plus qu'aucun d'eux, à ma connaissance, n'a jamais montré de contrition pour l'entourloupe nationale qui a été planifiée et assénée aux Québécois ?
    Remplacer un nom par un autre n'a jamais été un acte de déshonneur. Prétendre la chose comme le font certaines personnes n'est que d'initier volontairement une interprétation erronée des choses dans le but de nier encore une fois la légitimité pour nous d'être fier de ce que nous sommes.
    Pour sonner le tocsin à ces comportements qui jusque-là portent des fruits auprès des ignorants et des naïfs, faudrait peut-être tous commencer par dire aux nouveaux négationistes du Canada que nous ne sommes pas dupes de leurs entourloupes nationalistes...
    Elles qui donnent à celles et ceux qui ont les yeux ouverts l'occasion parfaite et répétée, de savoir qui devraient avoir honte ou pas de ses gestes.
    Pensez pas ?

    Tourlou !

  • Yves Côté - Abonné 20 juin 2016 03 h 09

    En regardant les grands titres ...

    En regardant les grands titres du journal, il me vient tout d'un coup de me demander si les personnes qui brandissent le honte sur les Québécois parce qu'ils veulent pour la plupart donner le nom du Premier Ministre Parizeau au parc en question, s'égosillent aussi à avoir honte de ce que leurs grand Canada fait depuis des siècles aux populations et individus qui vivent dans les communautés autochtones ?
    Me semble que je n'ai jamais ne serait-ce qu'apperçu leurs noms dans la liste des protestateurs de la chose historique qui plus que toute autre, ne donne certainement pas à ce pays une occasion ouverte de fierté de traitement de celles et ceux qu'il ont placé en minorité, à force de politiques colonialistes durables, répétées et selon ce pays britannique, légitimées par le droit divin de sa monarchie (Dieu et mon droit...).

    A bon entendeur, salut !

  • Stephen Aird - Inscrit 20 juin 2016 06 h 18

    Un politicien qui a fait de très belles choses....

    Laissons Mme Mercurio mariner dans sa bile à l'image de ses concitoyens Quénadiens vivant dû côté du désormais célèbre Boul. D'orchestrer. La "victoire" de Vimy relève d'avantage d'un travail de taupes que d'une stratégie militaire géniale et du "courage" des valeureux soldats canadiens. Il ne faut pas confondre les genres. Parizeau fut l'un des Grands Bâtisseurs du Québec moderne et à ce titre mérité toute notre gratitude. Un tel exemple de courage et d'abnégation nous serait fort utile en cette période de grande noirceur.

  • Michel Lebel - Abonné 20 juin 2016 06 h 23

    Une erreur

    Ce groupe a tout à fait raison. Ce changement de nom du parc Vimy est d'une tristesse et d'un ridicule! Comment être aussi irrespectueux de l'Histoire! Je doute fort que Jacques Parizeau ait été d'accord avec pareil changement.

    M.L.

    • Yves Côté - Abonné 20 juin 2016 08 h 19

      "Comment être aussi irrespectueux de l'Histoire!", dites-vous Monsieur Lebel. Sans même en poser la question, d'ailleurs...
      Décidément, sans même vous en donner réponse donc, et puisque cette affirmation est l'oeuvre d'une auto-destruction pour le peuple auquel vous devriez plutôt selon moi être fier d'appartenir, je me contenterai ici d'en constater que la mauvaise foi a encore malheureusement de bien beaux jours devant elle !
      Dans le même ordre de pensée, je vous laisserai donc tout à souhait vous pâmer devant la colonne Nelson, puisque vous semblez mieux aimer la mort par filiation anglaise que la vie par amour québécois; préférant par respect pour les millions de morts de la Guerre de 14, continuer pour ma part de participer à tous les ans aux Commémorations du 11 novembre.
      Question de prévenir une chute dans un nationalise si étroit, qu'il donne aux politiciens l'occasion de justifier l'exclusion en valeurs des uns ou des autres...
      Si vous voyez ce que je veux dire ?

      Vive la République !

    • André Nadon - Inscrit 20 juin 2016 08 h 56

      Vous avez raison, M. Lebel. Combattre pour la libération du peuple québécois du joug britannique depuis 1763 ne mérite pas de commémoration, mais plutôt l'oubli. Vaut mieux combattre pour l'Empire.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 20 juin 2016 07 h 25

    Les pommes et des oranges

    Il n’y a aucun doute que la bataille de la crête de Vimy fut importante. Que le Canada lui rende hommage, cela est normal. Qu’un parc national le fasse, pourquoi pas ?

    Mais est-ce le rôle d’une municipalité de le faire ?

    Quel rapport entre le commandant Julian Byng et la ville d’Outremont ? Est-ce que les 10,000 soldats canadiens tués étaient principalement originaires de cette municipalité ?

    La question n’est pas de savoir ce qui est le plus important : une bataille décisive ou un grand chef d’État qui a habité cette municipalité.

    La question est de savoir ce qui est pertinent à la ville d’Outremont. Posé ainsi, le choix est clair.