Blanchet donne un coup de pouce à sa candidate Ensaf Haidar dans Sherbrooke

Le chef bloquiste a pris l’« engagement très personnel » que les 2000 emplois du Centre de données fiscales du gouvernement fédéral à Shawinigan seraient préservés.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef bloquiste a pris l’« engagement très personnel » que les 2000 emplois du Centre de données fiscales du gouvernement fédéral à Shawinigan seraient préservés.

« J’aime mieux quelqu’un qui se lève debout avec un français incertain que quelqu’un qui reste assis avec un bon français », a plaidé le chef bloquiste Yves-François dimanche en faveur de sa candidate Ensaf Haidar dans Sherbrooke.

La femme bien connue du blogueur saoudien emprisonné Raif Badawi a en effet été critiquée par des adversaires pour son français plus ou moins bien maîtrisé.

En mêlée de presse dimanche au centre-ville de Sherbrooke, M. Blanchet est venu donner un coup de pouce en ce dernier blitz de campagne à Mme Haidar.

Êtes-vous prêts pour la soirée électorale?

Découvrez notre tableau de bord interactif des résultats en direct.

« Est-ce que les Sherbrookois ont seulement besoin de quelqu’un qui parle ou ils ont besoin de quelqu’un qui agit ? » a pour sa part répondu Mme Haidar, devant un groupe de jeunes partisans bloquistes qui l’encourageaient.

Pourquoi les électeurs devraient-ils la choisir ?

« Cela fait presque 10 ans que je m’occupe du cas de mon mari : je ne suis pas quelqu’un qui prend des dossiers et qui les abandonne, j’aime Sherbrooke et j’aimerais défendre Sherbrooke. »

M. Badawi a été condamné en 2012 à 10 ans de prison par le Riyad pour avoir critiqué le régime : le Bloc a réitéré sa demande aux chefs de parti qui aspirent à former le prochain gouvernement fédéral de s’engager à assurer le rapatriement de Raif Badawi au Québec, dans les semaines qui suivront les élections.

Une motion de la Chambre a déjà été adoptée à l’unanimité pour qu’on lui confère la citoyenneté, mais le gouvernement libéral « a inventé mille faux-fuyants », selon M. Blanchet.

En 2019, une lutte à trois s’était déroulée dans Sherbrooke. La libérale Élisabeth Brière l’avait finalement emporté, 609 voix devant le néodémocrate Pierre-Luc Dusseault et 2020 voix devant le bloquiste Claude Forgues.

Shawinigan

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a entamé dimanche sa dernière journée de campagne électorale à Shawinigan, pour « régler des traîneries » qui le « dérangeaient beaucoup ».

Entre autres, les 2000 employés du Centre de données fiscales du gouvernement fédéral garderont-ils leur emploi, si le Québec obtient la déclaration de revenus unique avec l’appui du Bloc ?

Tôt dimanche matin, M. Blanchet a rencontré le maire de Shawinigan, Michel Angers, qui a pris part à deux manifestations pour le maintien des emplois de ce centre.

« J’avais déjà prévu faire un dernier arrêt de campagne à Shawinigan, les traîneries qui étaient restées sur le coin de la table me dérangeaient beaucoup, puisque c’est ma ville d’adoption », a déclaré le chef bloquiste en mêlée de presse devant l’hôtel de ville.

Le chef bloquiste a pris l’« engagement très personnel » que ces emplois seraient préservés.

Juste avant les élections, en août, le député libéral de cette circonscription, le ministre François-Philippe Champagne, a dévoilé en août le chantier de rénovation du centre, estimé à 136 millions $, mais le maire Michel Angers a dit qu’il allait y croire quand il verrait la machinerie lourde à l’œuvre.

M. Blanchet a rappelé que le Bloc avait déposé un projet sur la déclaration de revenus unique contenant des dispositions pour garantir les emplois, mais que ce projet de loi avait été saboté en comité. M. Blanchet a imputé la faute aux néodémocrates et aux conservateurs.

Cet arrêt de fin de campagne à Shawinigan n’est pas innocent : le chef bloquiste, qui habite cette ville, a investi beaucoup d’efforts, et plusieurs visites, pour ravir Saint-Maurice-Champlain à M. Champagne.

La majorité du ministre avait fondu aux élections de 2019 au profit du Bloc.

M. Blanchet en début de campagne avait exprimé le rêve de décrocher 40 sièges, soit 8 de plus qu’au scrutin de 2019, et Saint-Maurice-Champlain, était dans le collimateur.

D’ailleurs, le chef fait campagne exclusivement dimanche dans des circonscriptions adverses qu’il veut ravir, notamment Compton-Stanstead et Brome-Missisquoi.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo