Trudeau à nouveau accueilli par des manifestants en Ontario

Justin Trudeau était de passage à l’Université de Windsor, vendredi matin, où il a été accueilli par une poignée de personnes très en colère qui lui criaient des insultes.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Justin Trudeau était de passage à l’Université de Windsor, vendredi matin, où il a été accueilli par une poignée de personnes très en colère qui lui criaient des insultes.

Le chef libéral Justin Trudeau passe la journée de vendredi dans le sud de l’Ontario. Déjà, à son premier événement, il a été accueilli par une poignée de personnes très en colère qui lui criaient des insultes.

M. Trudeau est de retour dans la région environ une semaine et demie après avoir reçu des cailloux lancés par un manifestant dans la ville de London.

Il était de passage à l’Université de Windsor, vendredi matin, pour réitérer certains de ses engagements en matière de financement en santé et pour fustiger les promesses du Parti conservateur. Cinq étudiants en soins infirmiers étaient derrière lui pendant la conférence de presse.

Pendant ce temps, une femme criait dans un porte-voix et d’autres faisaient jouer de la musique forte au loin. À un moment, un homme est grimpé dans une structure métallique dans l’édifice d’à-côté pour balancer une insulte au chef libéral.

M. Trudeau s’est dit « très, très content d’être de retour » dans la région et a lancé un avertissement à ceux qui voudraient perturber sa tournée.

« Il n’y a pas personne qui va m’empêcher de faire campagne partout à travers le pays parce que nous avons un message important à passer sur l’avenir qu’on va bâtir et il n’y a pas personne qui va nous empêcher de partager le message positif d’espoir avec les Canadiens », a-t-il dit.

Au moment de quitter le lieu de son annonce, ce sont plutôt des dizaines de partisans libéraux qui tentaient d’enterrer les quelques manifestants fâchés avec des applaudissements et des chants de « four more years » (« quatre autres années »).

Quelques doigts d’honneur étaient pointés en direction de l’autobus du chef quand ce dernier est parti.

Minoritaire, majoritaire ?

Malgré les tentatives répétées des journalistes, M. Trudeau a refusé de spéculer sur l’avenir de son parti, qui pourrait former un gouvernement majoritaire, minoritaire ou qui pourrait être défait, lundi.

Finalement, un journaliste lui a lancé, au moment de mettre fin au point de presse : « Seriez-vous à l’aise avec un gouvernement minoritaire ? »

« Non, moi, mon but, c’est de faire élire le plus grand nombre de libéraux à travers le Canada pour pouvoir continuer de démontrer le genre de leadership fort sur les grands enjeux », a répliqué M. Trudeau.

« Et je suis très optimiste qu’on va faire exactement ça, élire le plus grand nombre de libéraux possible », a-t-il ajouté, en prenant soin d’éviter de prononcer le mot « majorité ».

Une fois de plus, M. Trudeau a appelé les électeurs progressistes qui songent à voter pour le Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique ou le Parti vert du Canada à y penser deux fois avant d’aller dans l’urne.

Il a évité de comparer son appel à celui de certains conservateurs qui s’inquiètent de la montée du Parti populaire du Canada.

« Excusez-moi mais, il y a une différence entre rassembler les gens qui ont les mêmes valeurs et les buts comme nous, les progressistes, sommes en train de faire, et de dire’’non, non, il y a de la place à côté de moi pour quelqu’un qui est anti-vax, en train de nier les changements climatiques, anti-choix’’» a-t-il réagi.

Appui de Hillary Clinton

Après l’appui de l’ex-président américain Barack Obama sur Twitter, voilà que l’ancienne candidate présidentielle Hillary Clinton a offert un message d’appui à son « ami » Justin Trudeau.

« J’ai vu mon ami @JustinTrudeau démontrer du leadership dans sa lutte pour la garde d’enfants abordable, la protection des droits reproductifs et une action climatique ambitieuse. Je lui souhaite, à lui et à nos voisins progressistes du Canada, la meilleure chance en vue l’élection de lundi », a-t-elle écrit.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo