Le dévoilement du vainqueur des élections pourrait prendre quelques jours

La pénurie de personnel dans les bureaux de scrutins inquiète Élection Canada. L’organisme indépendant n’a comblé que 58 % de ses besoins de main-d’œuvre en vue du jour J.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La pénurie de personnel dans les bureaux de scrutins inquiète Élection Canada. L’organisme indépendant n’a comblé que 58 % de ses besoins de main-d’œuvre en vue du jour J.

Au moins 796 000 électeurs canadiens ont demandé à voter par la poste cette année. La popularité de cette procédure est telle que l’annonce du vainqueur des élections pourrait être retardée de quelques jours.

Lors du scrutin de 2019, quelque 50 000 personnes avaient exercé leur droit de vote à distance. Cette année, si l’on exclut les Canadiens qui votent de l’étranger, plus de 675 000 personnes ont sollicité une trousse d’électeur par la poste, selon les dernières données d’Élection Canada.

Le fort volume de ces bulletins de vote postaux pourrait occasionner « des délais de quelques jours » dans le dévoilement du nom du prochain premier ministre, confirme le porte-parole d’Élection Canada, Pierre Pilon.

« Le vote par la poste nécessite une opération supplémentaire de validation des enveloppes pour s’assurer que les personnes n’auront pas voté deux fois », explique-t-il. « C’est un processus qui est assez rigoureux, parce qu’à partir du moment où vous signifiez votre intention de voter par la poste, que vous vous enregistrez et que vous recevez la trousse, votre nom sera automatiquement rayé de la liste électorale. Lors du dépouillement, ça vient ajouter à la tâche du comptage des votes. Et il se peut que, contrairement à l’habitude, on n’apprenne pas le nom du gagnant le soir même. »

Élections Canada estimait au début de la campagne avoir besoin de 5 millions de trousses pour satisfaire les besoins d’électeurs en pandémie, pour ensuite réviser ses prévisions à deux millions. « On était prêt pour une affluence démesurée », assure Pierre Pilon.

Les électeurs qui souhaitent voter par la poste ont jusqu’à mardi soir pour demander leur bulletin.

Pénurie de personnel électoral

La pénurie de personnel dans les bureaux de scrutins inquiète par ailleurs Élection Canada. L’organisme indépendant n’a comblé que 58 % de ses besoins de main-d’œuvre en vue du jour J.

« L’objectif est de 215 000 [employés] et les chiffres qui datent de la semaine dernière montraient qu’on est rendu à 125 000 », détaille Pierre Pilon. « Maintenant, il reste quand même encore huit jours à la campagne. Alors, on ne peut pas vraiment faire de corrélation trop directe, mais ça donne une idée qu’on a encore besoin de personnes. »

Tous les citoyens de 16 ans et plus peuvent postuler, sauf exception pour les employés politiques. Élections Canada cherche surtout des agents d’informations, des scrutateurs et des superviseurs de bureaux de scrutins. « On essaie d’avoir des cibles qui sont supérieures aux besoins véritables », ajoute M. Pilon.

Ce déficit de personnel occasionnera des délais dans les bureaux de vote, concède-t-il. Les mesures sanitaires en place contribueront aussi à ralentir la cadence. Par exemple, pour maintenir une distanciation physique, un seul membre de personnel recevra les électeurs à chaque table, plutôt que deux. « Quoique même dans ce cas-là, il y ait plus de tables pour accueillir les électeurs », nuance le porte-parole d’Élection Canada.

Le déficit d’employé concerne tout particulièrement les circonscriptions de Manicouagan, de Longueuil–Saint-Hubert, de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount, de LaSalle–Émard–Verdun et de La Pointe-de-l’Île.

Le vote par anticipation s’est tout de même déroulé rondement durant la fin de semaine. Le temps d’attente dans tous les bureaux visités par Le Devoir ne dépassait pas 15 minutes.

Voter en avance semble par ailleurs de plus en plus populaire auprès des électeurs. Vendredi dernier, jour d’ouverture des bureaux de vote, plus de 1,3 million de Canadiens ont fait leur devoir de citoyen. Selon Élection Canada, c’est plus que lors du premier jour de vote par anticipation des dernières élections générales.

En 2019, près de 27 % des votants avaient exprimé leur voix par anticipation. Lors des élections de 2015, environ 21 % des Canadiens avaient voté de cette façon.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo