Les erreurs de «bonne foi» sur la PCU ne seront pas pénalisées, dit Trudeau

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Les Canadiens à qui le fédéral demande de rembourser des montants de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) d’ici la fin du mois ne doivent pas s’inquiéter pendant les Fêtes, insiste Justin Trudeau, qui assure que les erreurs de bonne foi seront pardonnées.

« On n’a pas donné de l’argent à ceux qui en ont besoin pour le leur retirer dans le temps de Noël », a précisé le premier ministre lors d’un point de presse devant sa résidence d’Ottawa, vendredi.

Ces dernières semaines, Le Devoir rapportait que l’Agence du revenu du Canada (ARC) demandait à des travailleurs autonomes de rembourser des milliers de dollars en trop-perçus de PCU alors même que les règles d’admissibilité n’étaient pas claires. Une situation qui touche en particulier les artistes, nombreux pour qui le programme d’aide a représenté un cadeau empoisonné. Quelque 441 000 de ces prestataires ont reçu la missive de l’ARC, qui les encourageait à rembourser ces sommes avant le 31 décembre pour éviter des pénalités.

« On sait qu’il y a eu des millions en paiements [demandés par] l’ARC au cours des derniers mois, de gens qui ont reçu trop de PCU, ou qui en ont reçu lorsqu’ils n’en avaient pas le droit. […] J’ai entendu directement des Canadiens préoccupés des informations qu’ils ont reçues de l’Agence du revenu. Ce que je leur dis, c’est : “Ne vous inquiétez pas, vous n’avez rien besoin de payer avant la fin de l’année.” [Cet avis du fisc fédéral], c’était pour information seulement », a expliqué le premier ministre.

Le gouvernement Trudeau promet d’étudier, au cours des prochains mois, les différentes situations inéquitables qui lui ont été signalées.

Justin Trudeau soutient avoir dû agir rapidement pour donner un coup de pouce aux Canadiens dont le revenu a été compromis par la pandémie de COVID-19. Cela a porté ses fruits, dit-il, avec pour preuve les récentes données sur l’emploi, où 80 % des emplois perdus au pays ont été retrouvés. « Les États-Unis sont à peine à 60 %. On a fait le bon choix. Maintenant, on doit regarder comment aider ceux qui sont encore vulnérables, et s’il y a des gens ou des entreprises qui ont mal utilisé cette aide. »

Le pardon pour les erreurs de bonne foi des prestataires de la PCU était devenu le cheval de bataille du NPD, qui critique par ailleurs les abus des programmes d’aide par de grandes entreprises.

« Les grandes compagnies s’en sortent bien, en mettant de l’argent public dans leurs poches pour enrichir leurs actionnaires, parce que ce gouvernement refuse de leur courir après », a déclaré le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, lors d’un panel sur la question jeudi.

Les prestataires de PCU et les personnes qui requièrent encore un soutien financier peuvent continuer à bénéficier de différentes prestations fédérales jusqu’en septembre 2021.

500 000 vaccins au Canada en janvier

Le gouvernement fédéral investira environ 9 millions $ dans la recherche pour les traitements contre la COVID-19 au moment où les autorités se préparent à distribuer des centaines de milliers de vaccins dans les prochaines semaines. Le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que cet investissement, qui passera par le Conseil national de recherches du Canada, permettra de mettre au point des traitements contre la COVID-19 et d’autres infections virales. M. Trudeau a aussi annoncé que le Canada est prêt à recevoir 125 000 doses par semaine du vaccin de Pfizer-BioNTech en janvier, pour un total de 500 000 doses le mois prochain. Le gouvernement a conclu des ententes pour recevoir à l’avance près de 417 000 doses du vaccin, dont 200 000 de Pfizer-BioNTech la semaine prochaine.  


Le Presse canadienne


À voir en vidéo