En cas de gouvernement minoritaire, l’appui du Bloc québécois serait déterminé à la pièce

«Le seul critère qui présidera aux choix du Bloc Québécois sera que chacun des projets, chacune des motions, chacune des propositions, chacun des crédits, chacun des budgets servent le Québec», a précisé Yves-François Blanchet.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «Le seul critère qui présidera aux choix du Bloc Québécois sera que chacun des projets, chacune des motions, chacune des propositions, chacun des crédits, chacun des budgets servent le Québec», a précisé Yves-François Blanchet.

Bien que le Bloc québécois espère l’élection d’un gouvernement minoritaire, le chef Yves-François Blanchet a réitéré dimanche qu’il ne compte pas joindre ses forces avec d’autres formations politiques.

« Il n’y aura pas d’appui à un gouvernement, à un parti, à une coalition ou à quoi que ce soit du genre », a-t-il déclaré en conférence de presse à Louiseville. Le soutien des élus bloquistes sera accordé à la pièce.

« Le seul critère qui présidera aux choix du Bloc Québécois sera que chacun des projets, chacune des motions, chacune des propositions, chacun des crédits, chacun des budgets servent le Québec », a précisé M. Blanchet.

« Ça m’amuse un peu de sentir certaines angoisses. Si quelqu’un n’a pas l’intention de faire de quoi de mauvais pour le Québec, il n’a rien à craindre du Bloc québécois », a-t-il ajouté, citant en exemple les projets de transport de pétrole, qui serait, selon lui, mauvais pour la province.

Brancher les régions... au rythme de la CAQ

Le chef bloquiste était de passage en Mauricie pour présenter son engagement à faire pression sur Ottawa afin que les sommes prévues pour implanter l’internet haute vitesse en région soient transférées à Québec.

Par cette proposition, le Bloc cherche à s’aligner une fois de plus avec le gouvernement caquiste de François Legault, qui avait promis de « brancher » l’ensemble des régions d’ici 2022.

Le gouvernement de Justin Trudeau s’était plutôt fixé comme objectif que tous les Canadiens soient connectés à internet haute vitesse d’ici 2030.

Dans son dernier budget, déposé en mars dernier, il avait annoncé qu’il affecterait entre 5 et 6 milliards $ au cours de la prochaine décennie à la connexion de 95 % des foyers et des entreprises canadiennes à internet haute vitesse d’ici 2026.

Yves-François Blanchet réclame le transfert immédiat de 500 millions de dollars au gouvernement québécois, c’est-à-dire la moitié de la somme qui serait selon lui requise pour garantir ce « service essentiel ».

« C’est un service sans lequel les jeunes ont accès à moins d’information, sans lequel les entreprises sont moins concurrentielles, sans lequel les services d’éducation et de santé sont moins efficaces », a-t-il fait valoir.

Sur le plan de la téléphonie cellulaire, le Bloc souhaite également que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) force la main des entreprises pour qu’elles développent leurs services en régions.

Le fait que ces dernières soient « moins rentables » ne justifie pas des services inférieurs, a-t-il avancé.

Des menaces injustifiables

Au lendemain d’un resserrement de la sécurité autour du chef libéral Justin Trudeau, M. Blanchet a soutenu que tout recours à des menaces ou à de la violence est injustifiable au Québec et au Canada.

« Je demande aux électeurs, aux gens qui vivent sur le territoire, de respecter le fait que nous sommes des gens pacifiques et que c’est par la démocratie qu’on règle les enjeux qui nous concernent », a-t-il lancé.

M. Blanchet a soutenu que tous les chefs de parti ont sans doute déjà été la cible de telles menaces, mais dans son cas, aucune n’a justifié des mesures de sécurité renforcées.