Anciens combattants: Scheer veut éliminer les retards dans les prestations

Le chef conservateur Andrew Scheer
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Le chef conservateur Andrew Scheer

Le chef conservateur Andrew Scheer a promis dimanche d’appuyer les anciens combattants en créant un régime de pensions fiable et surtout, en éliminant les retards dans leurs demandes de prestations dans un délai de deux ans s’il est élu.

M. Scheer a expliqué qu’un gouvernement conservateur passerait par la voie législative pour veiller à ce que chaque vétéran soit traité avec respect et obtienne des services en temps opportun.

« À tous les vétérans qui ont connu et qui continuent de connaître des difficultés sans le soutien et les prestations qu’ils ont mérités à travers leur service, mon message est le suivant : vous avez été trahis, mais vous méritez mieux », a-t-il lancé en anglais, pendant son annonce réalisée à l’Île-du-Prince-Édouard.

Selon les données du ministère des Anciens Combattants, près de 40 000 vétérans attendaient de savoir si leur demande d’aide financière serait approuvée en date du mois de novembre 2018, soit 11 000 de plus que l’année précédente.

Éliminer l’arriéré de ces demandes nécessiterait des nouveaux investissements, reconnaît M. Scheer. Le directeur parlementaire du budget a évalué la somme requise à 50 millions de dollars sur deux ans.

Ces retards sont une source d’inquiétude depuis plusieurs années.

Au cours de la dernière campagne électorale, les libéraux avaient promis de réduire le nombre de vétérans assignés par gestionnaire de cas. Sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, ces gestionnaires devaient administrer jusqu’à 40 dossiers chacun. Le gouvernement de Justin Trudeau voulait abaisser ce ratio à 25 dossiers par gestionnaire.

Mais le personnel embauché grâce à une injection de 42 millions $ dans le budget fédéral de l’an dernier n’a été que récemment jugé prêt à prendre ce problème en charge.

Le ratio de vétérans par gestionnaire de cas s’élève maintenant à environ 33 pour 1, notamment en raison d’un afflux d’anciens combattants requérant de tels services au cours des dernières années.

L’ombre de Stephen Harper

De nombreux groupes de défense des vétérans, ainsi que le syndicat représentant les employés du ministère des Anciens Combattants, ont longtemps dénoncé les compressions et mises à pied effectuées sous Stephen Harper.

Questionné sur les craintes que pourraient entretenir les anciens combattants face à la perspective d’un nouveau gouvernement conservateur, Andrew Scheer n’a pas directement reconnu les fautes reprochées à son prédécesseur.

« En tant que chef du Parti conservateur, nous avons une nouvelle occasion de prendre ce type d’engagements, a-t-il répondu. En tant que premier ministre, je veillerai personnellement à ce que les engagements que nous avons pris aujourd’hui soient respectés. »

M. Scheer s’est aussi engagé à renforcer les services de transition vers la vie civile et à fournir plus de chiens d’assistance aux vétérans.

Il promet également à remettre sur les rails certains projets commémoratifs et à mener une enquête indépendante pour avoir des réponses sur les membres des Forces armées canadiennes à qui on a administré de la méfloquine.