Elizabeth May furieuse d’être exclue du débat à TVA

Elizabeth May a appelé M. Trudeau, M. Scheer, M. Singh et M. Blanchet à «refuser de participer [au débat de TVA] à moins que tous les chefs en fassent partie».
Photo: Cole Burston La Presse canadienne Elizabeth May a appelé M. Trudeau, M. Scheer, M. Singh et M. Blanchet à «refuser de participer [au débat de TVA] à moins que tous les chefs en fassent partie».

Le réseau TVA tiendra encore cette année son Face à Face électoral, mais la chef du Parti vert ne fera pas partie des invités. Une décision vivement dénoncée par Elizabeth May, qui a sommé, en vain, ses adversaires de boycotter le débat de TVA.

« Il est choquant qu'alors que les verts font une percée dans les sondages au Québec, le débat de TVA se tienne sans la présence du parti », a dénoncé Mme May au Devoir dès que le réseau télévisé a annoncé que son Face à Face aurait lieu le 2 octobre en présence des chefs libéral Justin Trudeau, conservateur Andrew Scheer, néodémocrate Jagmeet Singh et bloquiste Yves-François Blanchet.

La chef du Parti vert fait valoir que, dans la plupart des récents sondages, sa formation se mérite davantage d'appuis que le NPD au Québec. Mme May note en outre que son chef adjoint Daniel Green est arrivé troisième lors de l'élection partielle dans Outremont, en février, devant les candidats bloquiste et conservateur. Le député sortant Pierre Nantel a également quitté le NPD, cet été, pour rejoindre les verts et briguer l'élection sous la bannière verte.

Mais le réseau TVA a expliqué, par courriel, qu'il avait invité « les chefs des partis qui sont représentés au Québec ». M. Nantel siège comme député indépendant, en attendant de tenter de se faire réélire comme candidat vert.

Un argument rejeté par le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green. « Vu qu'on reconnaît que cette élection est une élection référendaire sur le climat, d'exclure la chef, la Canadienne qui a le plus parlé du climat […] c'est aussi une aberration », a-t-il déploré au Devoir.

Patrick Bonin, de Greenpeace, juge tout aussi « incompréhensible » l’exclusion de Mme May. Il rejette cette idée qu’il faut un député au Québec pour obtenir une tribune et invite le réseau à revoir sa décision. « En ayant ce raisonnement, ils n’en auront jamais de député s’ils n’ont pas la chance d’expliquer leur plateforme et débattre avec les chefs. »

M. Bonin souligne que les intentions de vote sont volatiles et pourraient changer en cours de campagne. « TVA semble présumer des intentions de vote du Québec alors que les élections ne sont pas encore déclenchées. Et par le fait même, il vient influencer le vote de gens qui pourraient être tentés de voter vert, ou le contraire, mais donnons la chance au coureur. »

Appel à la solidarité ignoré

Afin de tenter de forcer la main de TVA, Elizabeth May a appelé M. Trudeau, M. Scheer, M. Singh et M. Blanchet à « refuser de participer [au débat de TVA] à moins que tous les chefs en fassent partie ».

Sa requête n'a cependant pas trouvé de preneur.

Seul Yves-François Blanchet a invité TVA à « revoir sa décision ». Mais le chef bloquiste a reconnu du même souffle « que TVA est libre de ses choix » et qu'il participerait néanmoins au débat. Idem pour Justin Trudeau, dont le Parti libéral a sympathisé avec Mme May, mais sans plus, en indiquant simplement que sa « position, et ce, depuis toujours, est d'accueillir Elizabeth May dans tous les débats ».

Le NPD s'en est remis à la décision de TVA, tout comme le Parti conservateur, qui ont tous deux indiqué qu'il ferait plaisir à leur chef de partager leurs idées.

L'agrégateur de sondages de la CBC place le NPD et le Parti vert au coude à coude au Québec. Le Parti libéral obtient en moyenne 35 % d'appuis, les conservateurs 22 %, le Bloc québécois 19 %, le NPD 9,9 % et le Parti vert 9,8 %. Un sondage Forum Research rapportait cet été que l'environnement figure au premier rang des enjeux les plus importants de la campagne électorale fédérale.

La chef du Parti vert n'avait pas non plus été invitée au Face à Face de TVA en 2015. Elle avait toutefois participé au débat des chefs francophone organisé par le consortium des médias — où elle est de nouveau conviée cette année. Mme May participera aussi au débat du magazine Maclean's jeudi prochain (comme en 2015), mais pas au débat de l'Institut Munk le 1er octobre (où elle n'était pas invitée il y a quatre ans non plus).

Justin Trudeau a confirmé cette semaine qu'il se joindrait à trois des cinq débats prévus pendant la campagne électorale : celui de TVA et les débats anglophone et francophone du consortium des médias, les 7 et 10 octobre.

Avec Hélène Buzzetti