Les verts et les bloquistes se disent prêts à collaborer avec Scheer

Le chef conservateur Andrew Scheer
Photo: Michael Bell La Presse canadienne Le chef conservateur Andrew Scheer

C’est un message que des stratèges conservateurs font circuler en coulisses depuis quelque temps : le 21 octobre prochain, ce sera une majorité ou rien du tout pour Andrew Scheer. Car, selon eux, puisque le Parti conservateur n’a pas d’alliés naturels dans les autres partis, il ne réussira pas à se maintenir en poste s’il remporte seulement un mandat minoritaire. Mais le Bloc québécois et le Parti vert font voler en éclats cette analyse en se disant tous deux prêts à travailler autant avec M. Scheer qu’avec Justin Trudeau.

En entrevue avec Le Devoir, Yves-François Blanchet et Elizabeth May admettent qu’ils sont tout à fait disposés à collaborer avec le Parti conservateur s’ils obtiennent la balance du pouvoir et qu’Andrew Scheer décroche le plus de sièges à la Chambre des communes. Mais à condition d’obtenir quelque chose en retour, préviennent-ils.

Le chef du Bloc indique qu’il appuiera tout gouvernement minoritaire au cas par cas, un vote à la fois. « Je n’appuierai jamais les conservateurs. Je n’appuierai jamais les libéraux. Mais on peut voter pour un projet de loi, à la pièce », explique-t-il au Devoir.

M. Blanchet argue qu’il userait de ce pouvoir pour exiger des gains pour le Québec : les compensations promises aux agriculteurs pour la gestion de l’offre ou une déclaration de revenus unique, par exemple. En revanche, certaines propositions conservatrices priveraient le parti de l’appui des bloquistes, avertit-il, en citant l’idée d’un corridor énergétique traversant le Québec. « On va regarder ce que sont les mesures déposées au Parlement une par une. Et on va voter les mesures une par une. »

Je n’appuierai jamais les conservateurs. Je n’appuierai jamais les libéraux. Mais on peut voter pour un projet de loi, à la pièce 

La chef du Parti vert, elle, serait prête à aller plus loin et à prendre part à une coalition gouvernementale formelle. « Dans un gouvernement minoritaire, on doit parler avec tous les autres partis », dit-elle au Devoir.

Seule condition : que le parti qui profiterait de son appui bonifie radicalement son plan de lutte contre les changements climatiques. « Si on a la balance du pouvoir, les autres partis devront changer leur position pour avoir la possibilité de former un gouvernement. » Autrement, Mme May prévient qu’elle ne s’empêchera pas de provoquer un retour rapide aux urnes. « Nous sommes prêts, comme verts, à rejeter tous les partis et à forcer une nouvelle élection immédiatement après les élections d’octobre si nous avons la balance du pouvoir et que les autres partis refusent absolument de changer leur approche sur l’urgence climatique. »

Avec cet appui promis du Parti vert ou du Bloc québécois, ou des deux à la fois, la théorie des conservateurs s’effondre. « Les conservateurs disent ça dans le seul et unique but de solliciter un gouvernement majoritaire », estime Yves-François Blanchet.

Erreur néodémocrate ?

La semaine dernière, lorsqu’a ressurgi une vieille vidéo dans laquelle Andrew Scheer expliquait son opposition au mariage entre conjoints de même sexe, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a annoncé qu’il ne soutiendrait pas le Parti conservateur dans un contexte minoritaire.

Un « faux pas stratégique », selon Elizabeth May. « Je pense que M. Singh a fait une erreur, parce qu’il a perdu le pouvoir de négocier. […] Si je dis avant le scrutin que je ne parlerai jamais à un parti, où est mon pouvoir de négocier ? »

Mme May qualifie la position de M. Scheer sur le mariage gai de « tout à fait inacceptable » et d’« affreuse ». Elle ne craint pas pour autant de trahir ses valeurs en s’associant éventuellement à lui. Car en contexte minoritaire, tout se négocie, dit-elle. Et elle poserait comme condition à son appui que ces enjeux ne soient pas abordés par le gouvernement.

Si on a la balance du pouvoir, les autres partis devront changer leur position pour avoir la possibilité de former un gouvernement

Du côté du NPD, on soutient que cette sortie de M. Singh, loin d’être une erreur, était au contraire calculée. « Cela faisait longtemps qu’on cherchait l’occasion d’annoncer qu’on n’appuierait pas M. Scheer », explique une source qui requiert l’anonymat. Le NPD veut se distinguer du Parti vert en mettant en évidence le fait que cette formation n’est pas, selon lui, aussi progressiste que les électeurs le présument. On espère ainsi stopper la saignée du vote néodémocrate vers les verts.

À moins de deux semaines du déclenchement probable de la campagne électorale, les sondages sont unanimes : il y a de fortes chances que le scrutin élise un gouvernement minoritaire. L’agrégateur de sondages de la CBC calcule que la probabilité d’une minorité conservatrice (24 %) est presque égale à celle d’une minorité libérale (21 %). La probabilité d’une majorité libérale se chiffre quant à elle à 40 %, contre 15 % pour une majorité conservatrice.

Une projection qui correspond à celle de Philippe J. Fournier, du site Qc125, qui évalue les chances d’une minorité conservatrice à 23,8 % et celles d’une minorité libérale à 24,2 %, contre 34,7 % pour une majorité libérale et 16,7 % pour une majorité conservatrice.

Déjà, en 2006, les conservateurs prévoyaient qu’ils ne pourraient survivre en situation minoritaire, faute d’alliés au Parlement. Dans son livre The Longer I Am Prime Minister, Paul Wells avait d’ailleurs révélé que les lettres de mandat remises aux ministres conservateurs, au lieu de porter sur une année comme cela est la norme, portaient seulement sur six mois. Les conservateurs de Stephen Harper ont finalement été réélus en 2008, puis furent majoritaires en 2011.

9 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 28 août 2019 07 h 49

    Titre trompeur

    Va peut-être accrocher le lecteur, mais la substance de l'article c'est que de tels appuis seraient en pratique impossibles sans que Sheer trahisse ses propres électeurs.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 28 août 2019 08 h 44

      J'ai mentionné la même chose à Mme Buzetti... au sujet du libellé en TITRE de l'article qui .... "porte à confusion" .
      Je crois que ce n'est pas du ressort des journalistes...mais celui du "pupitre"....de la rédaction.

    • Diane Boissinot - Abonnée 28 août 2019 11 h 20

      Un titre qui n'annonce aucunement le contenu réel de l'article. Le «pupitre» serait-il biaisé?

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 28 août 2019 07 h 59

    « [Le Bloc québécois est disposé] à collaborer avec un gouvernement minoritaire conservateur.»



    On ne s'étonnera pas que Lucien Bouchard ait fondé un parti résolument à droite, lequel parti a appuyé l'intervention militaire canadienne en Afghanistan. Le reste est à l'avenant.

  • François Beaulne - Abonné 28 août 2019 08 h 49

    Encore des titres trompeurs

    La lecture détaillée de l'article dément le titre à savoir que <Sheer pourra compter sur les verts et les bloquistes>. En réalité, ce que semblent avoir dit les chefs de ces deux formations politiques c'est qu'ils pourraient auusi bien appuyer les libéraux de Trudeau pour former un gouvernement minoritaire pourvu que leurs revendications soient acceptées par l'un ou l'autre de Sheer ou de Trudeau.
    La fâcheuse tendance aux <fake news>, initialement dénoncée par Trump, mais aujourdh'hui reprise par nombre de personnes soucieuses d'exactitude dans les médias, ne se limite pas aux contenus d'une véracité douteuse. Elle inclut la manipulation et l'orientation de la nouvelle par des des titres accrocheurs inexacts qui visent à capter l'attention et à orienter l'opinion de nombreux lecteurs qui se contentent de parcourir les nouvelles en surface, en se limitant à la lecture des titres.

    Cette tendance, à laquelle Le Devoir n'échappe pas depuis un certain temps, tombe bien mal au moment où les médias, notamment écrits, crient famine et réclament une intervention de secours gouvernementale.
    De plus, elle discrédite les rédacteurs des articles concernés qui n'ont pas de contrôle sur les titres qui chapeautent leurs écrits et risque de contribuer, à la longue, à l'amplification d'un certain cynisme face à la politique, avec toutes les conséquences négatives que cela peut avoir pour le bon fonctionnement démocratique de notre société..
    Les médias, dont Le Devoir, auront intérêt à se montrer plus scrupuleux en période électorale de manière à ne pas se rendre vulnérables à toutes sortes d'accusations de parti pris.

    • Jean Thibaudeau - Abonné 28 août 2019 09 h 39

      François Beaulne
      Parfaitement d'accord! C'est vrai pour les titres, mais aussi très souvent pour les (malheureusement!) incontounables photos qui les accompagnent.

    • Huguette Proulx - Abonnée 28 août 2019 09 h 53

      Réaction de stupéfaction face à ce titre erroné. Et à la une en plus. Je suis bien désolée pour Mesdames Buzetti et Vastel, toutes deux si rigoureuses et dont l'article est on ne peu plus complet et nuancé. Quiconque ne lit pas l'article est complètement laissé dans l'erreur face à la couverture du Devoir concernant cet événement. Qui donc est ce titreur? Et qui donc a approuvé ce titre mensonger?

  • Jules Desrosiers - Abonné 28 août 2019 10 h 47

    Eurk

    J'allais vous adresser la même protestation que MM. Téttreault et Beaulne de même que Mme Sévigny.
    Dégoutant!
    Mes sympathie à Mme Buzetti.
    Jusqu'où ira Le Devoir avant que je le lâche? Un redressement svp.
    Jules Desrosiers

  • Antoine W. Caron - Abonné 28 août 2019 13 h 20

    Titres trompeurs

    En accord avec plusieurs commentaires précédents. Le choix de titres de nombreux articles récents du Devoir est tout souvent trompeur, parfois à contre-sens et truffé de jeux de mots inutiles: déplorable!