Les libéraux tentent d’embarrasser Andrew Scheer

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer

La campagne électorale est bel et bien — officieusement — commencée et les attaques fusent. Les libéraux ont retrouvé une vieille vidéo du chef conservateur, Andrew Scheer, dans laquelle il explique pourquoi, à son avis, un couple homosexuel ne devrait pas être autorisé à se marier. Les libéraux supputent que c’est la raison pour laquelle leur adversaire refuse systématiquement d’assister à un défilé de la fierté gaie.

La vidéo date de 2005, époque où la Chambre des communes débattait d’un projet de loi pour légaliser le mariage entre conjoints de même sexe. M. Scheer y déclare qu'« il n’y a rien de plus important dans la société que d’élever des enfants, car sa survie le requiert. Les unions homosexuelles, de par leur nature, sont contraires à cela. Il n’y a pas de complémentarité des sexes. Deux personnes de même sexe peuvent bien utiliser leur libre arbitre accordé par Dieu pour poser des gestes, cohabiter ou posséder une propriété ensemble. Elles peuvent prendre l’engagement de la monogamie. Elles peuvent s’engager à demeurer dans une relation d’amour pour la vie. En ce sens, le couple [homosexuel] affiche les caractéristiques collatérales du mariage, mais il n’en possède pas les caractéristiques inhérentes puisqu’il ne peut s’engager dans la procréation naturelle des enfants. Il ne peut donc pas se marier. »

M. Scheer avait poursuivi en offrant une comparaison. « Combien de pattes aurait un chien si on comptait sa queue comme une patte ? La réponse est encore quatre. Ce n’est pas parce que vous appelez une queue une patte que ça en fait une patte. Si cette loi gouvernementale passe, les Canadiens seront obligés d’appeler une queue une patte. Rien de plus. »

Lors du vote final de juin 2005, M. Scheer avait voté contre le projet de loi. Mais depuis, il s’est engagé à ne pas rouvrir le débat sur le mariage entre conjoints de même sexe. Il a réitéré sa promesse au lendemain de son élection en tant que chef du Parti conservateur. En 2016, M. Scheer a même voté lors du congrès du parti pour que soit retiré du programme conservateur le passage définissant le mariage strictement comme l’union entre un homme et une femme.

Une attaque « désespérée »

Jeudi, le Parti conservateur s’est porté à la défense de son chef par communiqué de presse, qualifiant de « désespérée » l’attaque libérale. « Quand ce vote a été tenu il y a plus de dix ans, M. Scheer a voté comme plusieurs libéraux, notamment certains députés qui siègent actuellement au caucus libéral et qui se présentent aux prochaines élections. M. Scheer soutient le mariage entre personnes de même sexe tel que défini par la loi et il est clair qu’il va continuer de le faire comme premier ministre. »

Quelques libéraux (ainsi qu’une néodémocrate et deux bloquistes) avaient aussi voté contre le projet de loi, dont certains siègent encore dans l’équipe libérale, soit John McKay, Francis Scarpaleggia, Bill Casey (qui était alors un conservateur) et Lawrence MacAulay (aujourd’hui ministre). M. Casey est le seul du lot qui ne se représente pas cet automne.

Les libéraux invitent M. Scheer à « cesser de boycotter les événements de la Fierté » et à participer au défilé qui aura lieu dimanche à Ottawa, la ville natale du chef conservateur. M. Scheer est le seul chef d’un parti fédéral comptant un député à la Chambre des communes à n’avoir jamais participé à un défilé de la fierté gaie.