Maxime Bernier reste convaincu qu’il participera aux débats des chefs

S’adressant à des candidats et des partisans au cours du premier grand rassemblement national du parti, à Gatineau, M. Bernier a accusé ses rivaux politiques, même les conservateurs, de défendre à des degrés divers des idées gauchistes.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne S’adressant à des candidats et des partisans au cours du premier grand rassemblement national du parti, à Gatineau, M. Bernier a accusé ses rivaux politiques, même les conservateurs, de défendre à des degrés divers des idées gauchistes.

Selon Maxime Bernier, le fait de ne pas l’avoir invité à participer aux débats des chefs pendant la campagne électorale signifie l’exclusion du seul chef politique ayant vraiment quelque chose de différent à dire.

«Cela ne sera pas un vrai débat, si je n’y suis pas, a-t-il déclaré, dimanche. Cela ne sera qu’une discussion bidon portant sur leurs supercielles différences.»

Le chef du Parti populaire du Canada a déclaré dimanche que les libéraux, les conservateurs, les néo-démocrates, les verts et les bloquistes partageaient tous des opinions similaires sur plusieurs sujets comme l’immigration, les changements climatiques et le système de gestion de l’offre dans le secteur laitier.

S’adressant à des candidats et des partisans au cours du premier grand rassemblement national du parti, à Gatineau, M. Bernier a accusé ses rivaux politiques, même les conservateurs, de défendre à des degrés divers des idées gauchistes. Il a accusé les conservateurs — un parti auquel il a adhéré pendant plus d’une décennie — et les libéraux de s’incliner devant les groupes de pression. Son parti, a-t-il souligné, ne réalisera aucun sondage et mènera sa campagne en accord avec ses principes.

«Pendant que les autres parties analysent des sondages et discutent avec des groupes témoins pour décider les éléments qu’ils défendront, tout en s’inclinant devant tous les groupes de pressions, nous allons respecter nos principes», a-t-il lancé.

Les autres chefs des partis représentés à la Chambre des Communes participeront aux débats qui se dérouleront les 7 et 10 octobre, selon des critères établis par le gouvernement fédéral.

M. Bernier s’est dit convaincu que le commissaire des débats des chefs changera d’avis et lui permettra de rejoindre les autres pendant les débats.