Ottawa ne délivre plus de permis pour expédier des déchets à l’étranger

<p>Mardi encore, la Malaisie a indiqué qu’elle réexpédiait au Canada un conteneur rempli à ras bord de déchets canadiens qui, comme les conteneurs philippins, était destiné au recyclage, mais était trop contaminé par des produits non recyclables pour être utilisable.</p>
Photo: Vincent Thian Associated Press

Mardi encore, la Malaisie a indiqué qu’elle réexpédiait au Canada un conteneur rempli à ras bord de déchets canadiens qui, comme les conteneurs philippins, était destiné au recyclage, mais était trop contaminé par des produits non recyclables pour être utilisable.

Le gouvernement fédéral n’a délivré aucun permis à une entreprise canadienne pour expédier des ordures à l’étranger depuis une modification à la réglementation il y a trois ans, ce qui soulève des questions sur tous ces déchets canadiens qui finissent encore dans des pays asiatiques.

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, rappelle que des modifications ont été apportées en 2016 pour empêcher que d’autres déchets canadiens soient expédiés dans des pays comme les Philippines. Son ministère précise aujourd’hui qu’aucun permis d’exportation de ce type n’a été délivré par Ottawa depuis.

Mardi encore, la Malaisie a indiqué qu’elle réexpédiait au Canada un conteneur rempli à ras bord de déchets canadiens qui, comme les conteneurs philippins, était destiné au recyclage, mais était trop contaminé par des produits non recyclables pour être utilisable.

Cette dernière affaire jette un éclairage nouveau sur ce que Greenpeace Canada appelle le « mythe du recyclage ».

Selon Keith Brooks, directeur des programmes à l’organisme Environmental Defence, les Canadiens ignorent souvent que lorsqu’ils déposent consciencieusement des emballages en plastique et des canettes dans leur bac de recyclage, une bonne quantité de ces matières finit toujours au dépotoir ou est brûlée dans des pays bien loin de chez eux.