Un convoi de «gilets jaunes» canadiens en marche vers Ottawa

Depuis le début de l’année, le premier ministre libéral, Justin Trudeau, a été pris à partie à plusieurs reprises, lors de bains de foules ou de débats publics, par des personnes vêtues de gilets jaunes.
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Depuis le début de l’année, le premier ministre libéral, Justin Trudeau, a été pris à partie à plusieurs reprises, lors de bains de foules ou de débats publics, par des personnes vêtues de gilets jaunes.

Un convoi de plusieurs dizaines de véhicules conduits par des « gilets jaunes » canadiens s’est élancé jeudi de l’Alberta en direction d’Ottawa, pour protester notamment contre la taxe carbone du gouvernement de Justin Trudeau.

Cette caravane est constituée de quelque 160 camions et camionnettes, selon CBC, qui a assisté à son départ à Red Deer.

Des membres du convoi ont affirmé pour leur part sur Facebook que 300 véhicules composaient déjà le convoi et que « des centaines et des milliers d’autres » ont prévu de les rejoindre au fil des 3500 km de leur périple.

Ces véhicules arborent drapeaux canadiens et des revendications prohydrocarbures telles que « j’aime les oléoducs » et « j’aime le pétrole », et une majorité de conducteurs portent le fameux gilet jaune fluorescent, selon des images de CBC et des médias sociaux.

Les appels à se mobiliser pour ce convoi s’étaient multipliés depuis le début de l’année sur les groupes Facebook du mouvement. L’un de ces groupes, « Yellow Vests Canada » compte plus de 100 000 membres.

Les membres de ces groupes s’opposent tant à la taxe carbone que le gouvernement de Justin Trudeau doit imposer cette année, qu’à sa politique favorable au multiculturalisme et à l’immigration. Ils jugent également qu’Ottawa n’en fait pas assez pour soutenir l’exploitation des hydrocarbures, coeur de l’activité économique de l’Alberta, sise sur les troisièmes plus importantes réserves mondiales d’or noir.

Ils souhaitent faire entendre leurs revendications au coeur du pouvoir lors de l’arrivée de ce convoi, prévue mardi prochain.

Depuis le début de l’année, le premier ministre libéral Justin Trudeau a été pris à partie à plusieurs reprises, lors de bains de foules ou de débats publics, par des personnes vêtues de gilets jaunes.

Les gilets jaunes fluorescents sont devenus le symbole d’une fronde sociale qui agite la France depuis plus de trois mois et qui a désormais essaimé à l’étranger.