Bloc québécois: Boudrias s’efface devant Blanchet

L’ex-ministre péquiste et commentateur politique Yves-François Blanchet semble de plus en plus se diriger vers un couronnement.
Photo: Justin Tang Archives La Presse canadienne L’ex-ministre péquiste et commentateur politique Yves-François Blanchet semble de plus en plus se diriger vers un couronnement.

Au tour du député bloquiste Michel Boudrias de renoncer à se porter candidat à la chefferie du Bloc québécois. L’élu, qui songeait à se lancer dans la course, a choisi de ne pas faire le saut, a appris Le Devoir. Mais il ne se range pas pour autant derrière le candidat Yves-François Blanchet.

« Quand on regardait la force coalisée autour de M. Blanchet et aussi l’état de l’organisation générale du parti, j’ai jugé qu’il était peut-être plus favorable dans les circonstances, dans l’intérêt général, de passer mon tour », explique Michel Boudrias, en entrevue au Devoir. La majorité du caucus bloquiste a donné son appui au candidat Blanchet, tout comme le Forum jeunesse du Bloc québécois –qui représente environ 2000 jeunes militants. Et les instances du bureau national du Bloc seraient du même avis, selon M. Boudrias. « On constatait une volonté assez irrésistible dans la candidature de M. Blanchet », relate le député de Terrebonne.

Photo: Courtoisie Le député bloquiste Michel Boudrias

Plutôt que de faire vivre une course de deux mois au parti, avec les frais qui viennent avec, M. Boudrias a préféré se retirer pour miser plus rapidement sur l’organisation électorale en vue du scrutin de l’automne prochain. « C’est sûr qu’il y a un coût à une course à la chefferie et une duré, durant laquelle on est dans une certaine latence et en attente d’une direction. Il pourrait y avoir une perte de temps stratégique là-dedans », estime-t-il. « Je suis de l’école de pensée que le parti, à l’heure où on se trouve, devrait être immédiatement en mode électoral. »

« Pas de chèque en blanc »

L’élu bloquiste ne donne toutefois pas son appui tout de suite à Yves-François Blanchet. Il veut attendre de voir si d’autres aspirants-chefs sauteront dans l’arène. Et il attend de connaître les projets de M. Blanchet pour le Bloc. « Pour le moment, je n’ai rien entendu de mauvais du côté de M. Blanchet mais je n’ai pas encore compris ou déduit quelles sont ses intentions pour le parti », affirme M. Boudrias. « Il faut laisser la chance aux coureurs de se déployer, de se dévoiler. Je vais me garder une réserve pour la durée de la course au cas où il y aura d’autres candidats, au cas où il y aurait des dérives dans lesquelles je pourrais toujours intervenir. »

Couronnement assuré ?

L’ex-ministre péquiste et commentateur politique, Yves-François Blanchet, semble donc de plus en plus se diriger vers un couronnement. Un militant et agriculteur de Portneuf, Christian Hébert, avait annoncé mi-novembre qu’il briguerait la chefferie lui aussi. Il a cependant jeté l’éponge, cette semaine, pour se ranger derrière M. Blanchet.

Des présidents d’association de circonscription bloquistes ont confié leur malaise face à un couronnement. Ces militants de longue date réclamaient plutôt, en entrevue avec Le Devoir, que le Bloc tienne un vrai débat d’idée, notamment pour régler les déchirements qui ont divisé les bloquistes l’an dernier lorsque Martine Ouellet voulait miser d’abord sur la défense de la souveraineté sur toutes les tribunes alors qu’une majorité de son caucus voulait défendre les intérêts du Québec à la fois.

Michel Boudrias aurait lui aussi préféré une course, qui permet de connaître les positions de chacun des candidats et « d’attacher les fils dynamiques, les courants d’idée ». Il invite cependant les militants qui seraient déçus à recruter un second candidat s’ils y tiennent.

La course à la chefferie du parti –la troisième en quatre ans– doit débuter officiellement le 14 décembre. Les aspirants-chefs auront jusqu’au 15 janvier pour confirmer leur candidature. Si M. Blanchet n’a aucun opposant à cette date, il sera sacré chef du Bloc québécois.