L’ONU s’inquiète de la stérilisation forcée des femmes autochtones au Canada

Francyne Joe, présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada (à droite) et Jacqueline Hansen, militante d'Amnesty International au Canada, lors d'une conférence sur la colline du Parlement à Ottawa le vendredi 7 décembre 2018.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Francyne Joe, présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada (à droite) et Jacqueline Hansen, militante d'Amnesty International au Canada, lors d'une conférence sur la colline du Parlement à Ottawa le vendredi 7 décembre 2018.

Le Comité des Nations unies contre la torture se dit préoccupé par « la stérilisation extensive forcée ou contrainte » de femmes et de filles autochtones au Canada, y compris de récents cas en Saskatchewan.

Le comité dit que le Canada doit veiller à ce que toutes les allégations fassent l’objet d’enquêtes impartiales et à ce que les responsables soient tenus pour responsables.

Il estime également que l’État doit prendre des mesures législatives et politiques pour empêcher les femmes d’être stérilisées contre leur gré.

Le rapport du comité est présenté au moment où des groupes, dont l’Assemblée des Premières Nations, tirent la sonnette d’alarme concernant une violation continue des droits de la personne au Canada.

Amnistie internationale Canada a demandé au gouvernement fédéral de nommer un représentant spécial chargé d’entendre des femmes autochtones stérilisées contre leur volonté afin de savoir à quoi ressemblerait la justice pour les victimes.

Un projet de recours collectif est également en préparation et vise la Saskatoon Health Authority, le gouvernement provincial, le gouvernement fédéral et une poignée de professionnels de la santé.