La superficie du parc national du Mont-Saint-Bruno pourrait augmenter de moitié

Avant d’envisager une annexion de l’ancien champ de tir au parc national du Mont-Saint-Bruno, le ministère de la Défense doit procéder à une consultation officielle avec tous les groupes intéressés.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Avant d’envisager une annexion de l’ancien champ de tir au parc national du Mont-Saint-Bruno, le ministère de la Défense doit procéder à une consultation officielle avec tous les groupes intéressés.

La superficie du parc national du Mont-Saint-Bruno, en Montérégie, pourrait augmenter de moitié grâce à l’annexion d’un ancien champ de tir, situé à proximité, dont le ministère fédéral de la Défense nationale veut se défaire. Les élus de la grande région de Montréal appuient l’idée et demandent à Québec et Ottawa de « conclure rapidement » une entente.

Le ministère de la Défense nationale a fait connaître l’an dernier son intention de se départir d’un ancien champ de tir de 4,4 kilomètres carrés situé juste à côté du parc national du Mont-Saint-Bruno, dont la superficie est actuellement de 8,8 km². Le processus officiel de consultation n’a pas encore débuté, mais les élus de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ont déjà fait leur nid.

Le comité exécutif de la CMM, qui regroupe 82 municipalités, a adopté le 4 octobre dernier une résolution demandant au ministre de la Défense nationale du Canada, Harjit Sajjan, et au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Pierre Dufour, de « conclure rapidement une entente » pour intégrer l’ancien champ de tir au parc national. Ils ont notamment fait valoir que les terrains fédéraux « présentent plusieurs milieux naturels d’intérêt », y compris des habitats essentiels pour la rainette faux-grillon de l’Ouest et le ginseng à cinq folioles, qui sont reconnus par la Loi fédérale sur les espèces en péril.

Réactions prudentes

À Québec comme à Ottawa, on se montre pour l’instant prudent. « Nous procédons actuellement à des évaluations du site de l’ancien champ de tir de Saint-Bruno et à des consultations avec les groupes des Premières Nations et les intervenants afin d’évaluer les possibilités de transferts ou de vente pour cette propriété », se contente de répondre l’attachée de presse du ministre Sajjan, Byrne Furlong.

Avant d’envisager une annexion de l’ancien champ de tir au parc national du Mont-Saint-Bruno, le ministère de la Défense doit procéder à une consultation formelle avec tous les groupes intéressés. Selon la politique du Conseil du Trésor, le terrain sera d’abord offert aux groupes des Premières Nations, avant d’être proposé dans l’ordre aux autres ministères fédéraux, aux ministères provinciaux et aux municipalités.

 

Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.

 

« Si ces groupes ne sont pas intéressés à en faire l’acquisition, le terrain sera ensuite disponible sur le marché suivant un processus concurrentiel à travers les services d’un agent immobilier », explique le ministère de la Défense par courriel.

Pour la conservation

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, est favorable à l’intégration du terrain au parc national. C’est également le « premier choix » de la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, même si celle-ci a déjà évoqué l’idée d’y bâtir un quartier de « démonstration des meilleures pratiques de construction verte ».

La porte-parole de la Ville, Mélanie Brisson, précise aujourd’hui que cette idée n’est qu’au stade de la réflexion et qu’« une consultation publique précéderait toute initiative de la Ville ».

Les deux communautés mohawks de la grande région de Montréal, Kanesatake et Kahnawake, n’ont pas répondu à nos demandes concernant leur intérêt pour le terrain fédéral.

« L’objectif, c’est que le milieu naturel, qui est très important, soit conservé par Québec ou les Premières Nations et qu’il n’y ait pas de développement immobilier, soutient le coordonnateur du Mouvement ceinture verte, Sylvain Perron. Si le terrain devait être cédé à la Sépaq, ce serait bénéfique pour l’accès à la nature, parce que le parc du Mont-Saint-Bruno est saturé. »

3 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 3 décembre 2018 08 h 46

    Si j’étais cynique je dirais, mais oui, offrez le donc aux mowaks. Ils pourraient y ouvrir des cabanes à tabac, et construire des casinos. C’est l’essentiel de ce qu’on les a vu faire ces dernières années.

    Mais je ne suis pas cynique. Et donc je n’oserai pas proférer de telles insanités...

    Par contre, qu’est-ce que le gouvernement fédéral ne ferait pas pour empêcher le gouvernement du Québec d’avoir la pleine maîtrise du développement de son territoire.

    Toutes les occasions sont bonnes pour démontrer sa prépondérance n’est-ce pas... ?

  • Irène Mayer - Abonnée 3 décembre 2018 13 h 02

    décontamination?

    J,aimerais savoir s'ils vont le décontaminer avant de le "céder"

  • Serge Lamarche - Abonné 3 décembre 2018 14 h 11

    Bonne nouvelle

    On aime bien lire des bonnes nouvelles comme ça. Agrandir le parc est l'évidence.