Le futur parti de Bernier séduit déjà un ex-député

Dans une conférence de presse, le 23 août dernier, à Ottawa, Maxime Bernier avait annoncé qu’il quittait le Parti conservateur pour en fonder un nouveau.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Dans une conférence de presse, le 23 août dernier, à Ottawa, Maxime Bernier avait annoncé qu’il quittait le Parti conservateur pour en fonder un nouveau.

Maxime Bernier n’a pas encore officiellement lancé son nouveau parti politique que, déjà, un ancien député conservateur du Québec songe à s’y joindre. Luc Harvey pourrait ainsi faire un retour dans l’arène politique aux côtés du député beauceron, a-t-il confié au Devoir.

Député conservateur de la circonscription de Louis-Hébert de 2006 à 2008, Luc Harvey avait depuis quitté la politique active. Mais l’offre politique que s’apprête à présenter son ami Maxime Bernier cette semaine l’intéresse grandement.

« C’est sûr et certain que, lorsque son parti sera formé, je vais sûrement regarder ça avec une très grande attention », a indiqué M. Harvey au Devoir. « Ça serait avec le plus grand plaisir que je porterais la bannière de Maxime. »

On est rendus tellement politically correct qu’on n’est plus capables de rien dire, qu’on n’est plus capables de rien faire, qu’on est limités dans tout ce qu’on fait

 

Le député beauceron annonçait, il y a dix jours, qu’il quittait la famille conservatrice pour former son propre parti politique. Le lancement officiel, qui dévoilera en outre le nom de la formation et son logo, devrait se faire vers la fin de cette semaine.

Luc Harvey trouve que le franc-parler de Maxime Bernier est « rafraîchissant ». « Les gens sont un petit peu tannés de la langue de bois qu’on a, à plusieurs niveaux », observe cet ancien député de la région de Québec. M. Bernier avait vivement critiqué sur Twitter le « multiculturalisme extrême » et le « culte de la diversité », avant de claquer la porte du Parti conservateur. Et ses propos reprenaient des inquiétudes partagées par bien des Québécois et des Canadiens, de l’avis de Luc Harvey.

Dire les choses

Photo: Parti conservateur du Canada Luc Harvey

« On est rendus tellement politically correct qu’on n’est plus capables de rien dire, qu’on n’est plus capables de rien faire, qu’on est limités dans tout ce qu’on fait », déplore M. Harvey. « Ce n’est pas une question d’être libertarien, conservateur ou quoi que ce soit. C’est d’arriver et de dire les choses comme elles sont. Et Maxime n’est pas là pour essayer de dire qu’un aveugle c’est un non-voyant ou qu’un nain c’est une personne de petite taille. »

Luc Harvey n’a rien contre le nouveau chef conservateur, Andrew Scheer, un « chic type » et un « gars honnête ». « Mais ce n’est pas nécessairement quelqu’un de gentil que ça prend », dit-il, en déplorant que le chef conservateur ait choisi d’appuyer la défense de la gestion de l’offre dans le cadre des négociations du Canada sur l’ALENA ou de ne pas dénoncer plus farouchement l’arrivée irrégulière de migrants à la frontière.

Daniel Petit, qui a été lui aussi député conservateur de 2006 à 2011, n’a pas l’intention de rejoindre l’équipe de son ancien collègue Bernier. Mais il reconnaît que son discours en matière d’immigration et de « multiculturalisme à tous crins » — davantage que son opposition farouche à la gestion de l’offre — pourrait rejoindre plusieurs Québécois. « Ce que M. Bernier fait, présentement, c’est qu’il dit tout haut ce que bien des gens voudraient dire à M. [Justin] Trudeau », admet M. Petit en entretien avec Le Devoir.

La popularité du parti de Maxime Bernier demeurera toutefois marginale, selon lui, et la grande famille conservatrice ne sera pas si facilement redivisée en factions des mouvances progressiste-conservatrice et libertarienne. M. Bernier a reproché à Andrew Scheer — qui l’a devancé avec moins d’un point de pourcentage lors de la course à la chefferie l’an dernier — de diriger un Parti conservateur devenu « trop corrompu intellectuellement et moralement pour être réformé ».

Un récent coup de sonde indiquait que la future formation de Maxime Bernier pourrait susciter un intérêt chez l’électorat canadien. Un sondage Nanos mené pour le compte du Globe and Mail révélait que 17 % des répondants seraient ouverts à l’idée de voter pour un parti dirigé par le politicien beauceron. Lors de sa campagne à la chefferie, Maxime Bernier s’était doté d’une équipe politique à travers le Canada et il avait récolté beaucoup d’appuis dans les Prairies.