Quelle perspective pour les Franco-Ontariens sous Doug Ford?

Le chef progressiste-conservateur ontarien Doug Ford sera assermenté vendredi à Queen’s Park.
Photo: Aaron Vincent Elkaim La Presse Canadienne Le chef progressiste-conservateur ontarien Doug Ford sera assermenté vendredi à Queen’s Park.

Tandis que le chef du Parti progressiste-conservateur Doug Ford s’apprête à être assermenté, les Franco-Ontariens devront apprendre à composer avec un gouvernement où on ne trouve qu’une seule élue issue de leur communauté.

Les Franco-Ontariens ont par le passé massivement voté pour les libéraux provinciaux. Réputé sensible à la défense de leurs droits linguistiques, le parti de Kathleen Wynne a toujours compté des représentants franco-ontariens. Mais vendredi, c’est l’unilingue Doug Ford qui prendra les rênes de l’Ontario.

Les allégeances des Franco-Ontariens ont-elles changé ? À titre d’indicateur, la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell, où se trouve la plus forte concentration de francophones, avec au moins 60 % de la population, a élu une conservatrice. Amanda Simard, 29 ans, était depuis 2014 conseillère municipale de la municipalité de Russell.

« Elle est la seule Franco-Ontarienne au sein du gouvernement Ford », souligne Linda Cardinal, titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie à l’Université d’Ottawa.

Collaboration

Après 15 ans de participation à la gestion d’une loi qui les concerne, il y avait un réflexe de collaboration établi avec les libéraux. « Mais les Franco-Ontariens sont habitués aux conservateurs, précise Linda Cardinal. Ils ont été là pendant 36 ans. »

Dans bien des cas, fait observer la professeure Cardinal, il y avait chez ces conservateurs du passé une dimension progressiste qui était favorable aux francophones. « Mais l’époque de Mike Harris constitue une rupture. »

Premier ministre de 1995 à 2002, promoteur d’une révolution dite « du bon sens », Harris s’était « aligné sur les républicains américains ». C’est l’époque où les Franco-Ontariens ont dû se battre pour conserver l’hôpital Montfort, symbole des services offerts en français. « Beaucoup de Franco-Ontariens sont des conservateurs. La présidente de SOS Montfort, Gisèle Lalonde, était une conservatrice. » Elle avait été candidate pour ce parti dans les années 1970.

Cela signifie-t-il que les Franco-Ontariens ont abandonné leur rapport de proximité avec les libéraux ? Même si plusieurs Franco-Ontariens entretiennent des liens avec le Parti conservateur, explique Linda Cardinal, « il s’agit d’une histoire faiblarde par rapport aux liens entretenus avec les libéraux ».

L’avocat Marc Simard, membre du conseil d’administration de l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO), estime que les Franco-Ontariens ont « surtout été rouges par le passé », mais qu’ils « voulaient du changement ». Mais lequel ? Il faut tout de même se laisser le temps de prendre la mesure de ce qui va arriver avec cette élection du 7 juin, croit Linda Cardinal.

Élue elle aussi, Caroline Mulroney, la fille aînée de l’ancien premier ministre canadien Brian Mulroney, est l’une des rares élus de cette vague conservatrice à parler français. Plusieurs croient qu’elle pourrait hériter des Affaires francophones au sein du gouvernement, en raison de son expérience dans les affaires publiques.

Sensibilité limitée

L’avocat Marc Simard pense qu’Amanda Simard, diplômée en droit, a aussi des chances. Elle est en contact de longue date « avec le milieu des bleus », dit-il.

« Il n’y a pas beaucoup de personnes qui peuvent être nommées à ce poste. Et on ne sait même pas en fait s’il va survivre. On ne sait pas à quoi s’attendre », dit Linda Cardinal. Jusqu’ici, la sensibilité de Doug Ford à l’égard de la communauté francophone de sa province s’est avérée plutôt limitée.

Francophones et francophiles

« Oui, mais il y a des francophiles dans ce futur gouvernement », croit Carol Jolin, le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Linda Cardinal espère que certains conseillers de Ford pourront, le cas échéant, plaider en faveur de la réalité française de la province.

« L’ancien ministre John Baird est un des conseillers de M. Ford. Dans le gouvernement de Mike Harris, il s’était occupé, entre autres choses, des Affaires francophones. »

Mais est-ce suffisant pour servir la cause les Franco-Ontariens ?

Le président de l’AFO se montre à demi rassuré, même s’il compte beaucoup sur les contacts déjà établis par son organisation au sein du nouveau gouvernement.

« Pendant la campagne électorale, on a eu des entretiens avec des représentants des trois partis. Pour nous, il y a deux grandes priorités. Premièrement, le maintien des engagements envers la mise sur pied d’une première université française en Ontario. Ça fait 40 ans qu’on l’attend. Deuxièmement, la modernisation de la Loi sur les services en français. »

Or, selon lui, le premier ministre élu s’est engagé à maintenir ces engagements au sein de son propre gouvernement. Du moins en principe.

Peut-on seulement espérer de ce gouvernement qu’il maintienne un ministère des Affaires francophones ? « On l’espère. En attendant, on va essayer de lui en faire comprendre l’importance, dit le président de l’AFO. Ce serait un pas en arrière s’il le fermait. »

Carol Jolin rappelle que le gouvernement ontarien a adhéré en 2016 à l’Organisation internationale de la Francophonie. « On nous a dit déjà que ça prend au moins deux ou trois personnes juste pour ça. Ce ne sont pas les dossiers qui manquent. »

Selon lui, « il faut du français pour faire des percées économiques » dans de nouveaux marchés.

Il juge que les Franco-Ontariens sont des Ontariens comme les autres et qu’ils ne souhaitent qu’une réduction des impôts

Des Ontariens comme les autres

Invité à se prononcer au sujet des Franco-Ontariens en cours de campagne, Doug Ford est resté très évasif, allant même jusqu’à affirmer, plutôt que d’en parler, qu’il aimait beaucoup les Québécois. N’est-ce pas un peu inquiétant ? « Voilà une preuve en tout cas qu’on a beaucoup de travail à faire, dit Carol Jolin. Il existe 622 340 Franco-Ontariens. En Ontario, 1,5 million de citoyens parlent français. Sans parler des francophiles. »

Pour l’universitaire Linda Cardinal, cette déclaration de campagne de Ford qui réduisait ainsi les Franco-Ontariens à des ombres du Québec donne l’impression que l’espace francophone ontarien n’a pas la moindre importance pour lui.

« On dirait que ça n’avait aucune importance. […] Il juge que les Franco-Ontariens sont des Ontariens comme les autres et qu’ils ne souhaitent qu’une réduction des impôts. »

Peut-on imaginer un premier ministre québécois qui ignorerait qu’une partie de sa population est de culture anglaise ?

Le juriste Marc Simard trouve à tout le moins « inquiétant que le premier ministre de l’Ontario ne soit pas au courant qu’une portion importante de la population de la province parle français ». Mais il se dit néanmoins convaincu qu’un homme politique ne peut pas être au fait de tous les dossiers et qu’à condition qu’il soit bien conseillé, Ford sera à même de répondre aux attentes des Franco-Ontariens.

Pour les juristes francophones, note Marc Simard, il y a des problèmes en Ontario. « Il est difficile d’être entendu et de plaider en français à plusieurs endroits. » Comme d’autres de ses collègues de l’AJEFO, il aimerait pouvoir le faire partout en Ontario.

Linda Cardinal le répète : l’heure est à « apprendre à apprivoiser la nouveauté ». S’il y a de quoi être inquiet, il s’agit selon elle d’« une saine inquiétude ».