Les problèmes du système de paie Phénix s’aggravent

Le système Phénix, implanté dans le but d’uniformiser le système de paie des employés fédéraux partout au Canada, devait entraîner des économies annuelles de millions de dollars.
Photo: Ron Ward La Presse canadienne Le système Phénix, implanté dans le but d’uniformiser le système de paie des employés fédéraux partout au Canada, devait entraîner des économies annuelles de millions de dollars.

Ottawa — Les problèmes de Phénix, le système de paye du gouvernement fédéral, se sont aggravés au mois d’août. Le ministère responsable du dossier a révélé, lundi, que les employés avaient éprouvé des difficultés à programmer les modifications liées à la signature de plusieurs nouvelles conventions collectives de la fonction publique.

Les cas d’arriérés de salaires provoqués par le système de paye Phénix, qui ont dépassé les délais de correction normaux, ont augmenté de 9000 depuis juillet pour atteindre 237 000 en août. Il s’agit d’une nouvelle hausse après deux mois de recul, selon les nouvelles données publiées.

Ce nouveau décompte a été diffusé sur un site Web du gouvernement fédéral, au moment où le premier ministre, Justin Trudeau, s’apprête à nommer un nouveau ministre pour prendre le problème en charge.

Judy Foote, ex-ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, a remis sa démission la semaine dernière pour des raisons familiales.

Elle était déjà absente du cabinet, pour un congé qui se voulait d’abord temporaire, depuis avril.

Son ministère avait réussi à réduire progressivement les retards de payes depuis le mois de juin, alors que le nombre de cas d’arriérés avait atteint 265 000. Une baisse d’environ 80 000 cas a été observée en deux mois. Le décompte affichait 228 000 retards de salaires en date du 26 juillet avant de repartir à la hausse au cours des quatre dernières semaines.

[...] nous concentrons nos efforts pour nous assurer que nos employés reçoivent le salaire qui leur est dû

 

Les autorités ont imputé la responsabilité de ces nouveaux retards au besoin d’apporter des modifications à Phénix pour inclure des changements liés à la ratification de plusieurs nouvelles conventions collectives dans la fonction publique fédérale. Plusieurs de ces nouvelles conventions sont entrées en vigueur à la fin du mois de juin.

« Cette hausse était attendue, alors que nous concentrons nos efforts pour nous assurer que nos employés reçoivent le salaire qui leur est dû à la suite de l’entrée en vigueur des nouvelles ententes collectives », peut-on lire dans un communiqué diffusé par le ministère.

Les 19 contrats de travail signés jusqu’à maintenant — et les 8 autres à venir — nécessitent des versements rétroactifs, l’introduction de hausses salariales et le paiement d’autres indemnités négociées dans l’entente. Tout cela à l’intérieur des délais prévus par la loi.

Le ministère laisse entendre que la situation pourrait continuer de s’enliser cet automne avant de commencer à se résorber.

Phénix a été implanté par le gouvernement conservateur dans le but d’uniformiser le système de paie des employés fédéraux partout au Canada. Il devait aussi entraîner des économies annuelles de millions de dollars.

Le système a toutefois connu toutes sortes de problèmes qui ont entraîné des erreurs sur les salaires, des retards et même l’arrêt des versements. Ces problèmes ont affecté des dizaines de milliers d’employés.

Selon une estimation du gouvernement du Canada publiée plus tôt cette année, résoudre le problème et régler les retards de paiements pourrait coûter jusqu’à 400 millions de dollars aux contribuables.

À voir en vidéo