Le SCRS partage des renseignements au-delà du réseau des «Five Eyes»

Photo: Michaël Monnier Le Devoir

Un document interne du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) révèle la présence d’un système d’échange de renseignements sur l’implication de présumés extrémistes à l’étranger avec divers partenaires, qui va au-delà du réseau habituel des « Five Eyes ».

Le Canada partage déjà des informations avec quatre autres pays — les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande — mais il a aussi conclu des partenariats « non traditionnels » sur cet enjeu.

La note interne, intitulée S’attaquer à la menace du déplacement des terroristes, a été obtenue par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Plusieurs données ont été caviardées dans le document de cinq pages.

Selon la note interne, le SCRS doit disposer « prioritairement » d’informations sur ce phénomène. « Obtenir les informations pertinentes sur cette menace pour conseiller le gouvernement nécessite des enquêtes approfondies au pays et à l’étranger, étant donné les éléments nationaux et internationaux qu’elles comportent », a-t-on écrit.

Le SCRS a cependant remarqué que les alliés habituels du Canada avaient plutôt renforcé leurs ressources déjà existantes, au lieu de créer des liens avec d’autres pays. Le Canada, quant à lui, ferait face à des « défis opérationnels et à des pressions sur les ressources » causés par des facteurs ayant été censurés dans le document.

La note a été rédigée en septembre, un mois avant les attaques perpétrées au Monument commémoratif de guerre du Canada et au Parlement, à Ottawa.

Les événements survenus en octobre ont amené le gouvernement Harper à proposer un nouveau projet de loi antiterroriste afin de mieux cibler les présumés extrémistes qui vont se battre à l’étranger. Les nouvelles mesures permettraient aussi de déléguer de nouveaux pouvoirs au SCRS pour qu’il puisse obtenir un mandat afin d’enquêter dans d’autres pays.

Le SCRS craint que les extrémistes qui se rendent en Irak et en Syrie ne reviennent au Canada pour perpétrer des attentats terroristes.


 
1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 7 avril 2015 08 h 24

    Simple question

    Une simple question : pourquoi ceux qui vont faire le djihâd ne sont-ils pas déchus de leur nationalité canadienne?
    Cette action violente n'est-elle en contradiction totale avec "nos valeurs canadiennes"?