Appels robotisés: le néodémocrate Pat Martin s’excuse à RackNine

Ottawa — Un député néodémocrate a présenté ses excuses pour avoir faussement accusé une entreprise d’Edmonton d’être liée à l’affaire des appels robotisés.

Le député de Winnipeg-Centre, Pat Martin, a fait volte-face aujourd'hui, affirmant que l’entreprise RackNine et son propriétaire, Matt Meier, n’avaient rien à voir avec les appels automatisés qui ont trompé des électeurs au dernier scrutin fédéral, en mai.
«RackNine n’était rien de plus qu’un intermédiaire innocent, et non un acteur de cette fraude électorale», a soutenu M. Martin, aujourd'hui.

«Je présente mes excuses pour tout dommage qu’auraient entraîné mes propos auprès de M. Meier ou de RackNine, et j’ai reçu la permission du parti pour m’excuser en son nom, pour tout dommage semblable qu’auraient suscité les publications affichées sur le site Web du NPD.»

Poursuite en diffamation

RackNine a déposé le mois dernier une poursuite de 5 millions en diffamation contre M. Martin et le Nouveau Parti démocratique (NPD), dans la foulée des remarques du député et des commentaires publiés sur le site Web du parti.

«Les mots employés par M. Martin étaient diffamatoires, et insinuaient au final que M. Meier ou RackNine avaient commis des activités criminelles, frauduleuses, participé à une conspiration, de l’intimidation, du sabotage ou une tromperie», indique-t-on dans la demande introductive.

La poursuite avait été déposée à la suite de propos tenus par M. Martin lors d’un point de presse en février, des propos qu’il avait réitérés dans les jours subséquents.

«Dans ma précipitation à exprimer mon indignation personnelle et celle du caucus du NPD, j’ai tiré des conclusions qui, je le sais désormais, n’étaient pas appuyées sur des faits», a mentionné le député néodémocrate.

Il a poursuivi en indiquant qu’à sa connaissance, M. Meier et RackNine n’ont jamais été sous enquête pour une affaire de fraude électorale. Il a reconnu que RackNine avait fourni des services «légitimes», semblables à ceux utilisés par plusieurs partis politiques.

M. Martin n’a répondu à aucune question après avoir livré ses excuses.

Les plaintes des Canadiens

Des Canadiens de partout au pays ont porté plainte auprès d’Élections Canada, en lien avec des appels téléphoniques trompeurs, effectués en mai dernier pendant les élections fédérales.

Des centaines d’appels de plaintes ont été reçus au bureau du directeur général des élections, Marc Mayrand, a soutenu ce dernier lors de son passage devant un comité parlementaire. Des Canadiens se plaignaient avoir reçu des appels robotisés les dirigeant vers de faux bureaux de vote, ou leur donnant des indications erronées sur l’emplacement du bureau.

Le fait d’inciter une personne à ne pas voter, ou encore l’empêcher d’exercer son droit de vote, constitue une violation de la Loi électorale.
1 commentaire
  • Jeremie Poupart Montpetit - Inscrit 16 avril 2012 13 h 55

    Honnêteté !

    eh bien,
    voilà qui est étonnant, un ministre qui fait une déclaration erronée et qui se corrige par la suite... ce n'est pas avec les conservateurs que nous aurions pu voir telle chose...

    on voit tout de suite qui a vraiment de l'Éthique au parlement...

    Jérémie Poupart Montpetit
    Étudiant au Doc. en Sc de l'environnement