Helena Guergis poursuit Harper et des conservateurs pour 1,3 million

L'ex-députée et ministre Helena Guergis a fait savoir qu'elle intentait une poursuite de 1,3 million contre le premier ministre Stephen Harper, les députés conservateurs Shelly Glover et Lisa Raitt ainsi que le Parti conservateur du Canada, notamment pour diffamation, a rapporté Radio-Canada, hier.

L'ancienne membre du cabinet Harper, qui a été évincée du caucus conservateur à la suite d'allégations non fondées contre elle et son mari, l'ex-député Rahim Jaffer, a déposé sa requête hier devant la Cour supérieure de l'Ontario.

En plus de viser son ancien patron et d'ex-collègues, la poursuite concerne entre autres le secrétaire principal du premier ministre Harper, Ray Novak, et son ancien chef de cabinet Guy Giorno.

Helena Guergis poursuit également Derrick Snowdy, le détective privé de Toronto dont les allégations ont contribué à déclencher la controverse entourant Mme Guergis et son mari.

L'ancienne ministre à la Condition féminine se dit victime de diffamation, de conspiration, de souffrances psychologiques intentionnelles et de négligence. Elle réclame 800 000 $ en dommages et intérêts généraux, en plus de dommages punitifs de 250 000 $ et de dommages aggravés de 250 000 $.

Le bureau du premier ministre a aussitôt réagi. «Les allégations sont non fondées et seront vigoureusement réfutées», a-t-il brièvement déclaré.

Stephen Harper avait limogé Helena Guergis sur la base de fausses informations qui circulaient à son sujet. Dans la lettre adressée le 9 avril 2010 par le secrétaire principal de M. Harper, Ray Novak, à la GRC, on pouvait lire: «Les allégations sont nombreuses et comprennent la fraude, l'extorsion, l'obtention d'avantages sous des prétextes et l'implication dans la prostitution». (Radio-Canada)
1 commentaire
  • Fabien Nadeau - Abonné 23 décembre 2011 06 h 22

    Yes, Helena!

    Je n'ai pas beaucoup de sympathie pour vous, Mme Guergis. Mais il me semble que, vraiment, M. Harper a poussé trop loin sa vindicte. Je suis donc avec vous. Sus, Harper!