Les îles de la Madeleine virtuellement coupées du monde

En raison de la tempête, la communication entre le continent et les îles de la Madeleine est impossible, à l’exception des appareils satellites.
Photo: Archives Agence spatiale canadienne/NASA En raison de la tempête, la communication entre le continent et les îles de la Madeleine est impossible, à l’exception des appareils satellites.

Une violente tempête de vent a plongé les îles de la Madeleine dans une situation rare jeudi : l’archipel se retrouve virtuellement coupé du monde, toutes communications externes étant devenues impossibles.
 

Au plus fort de la panne jeudi matin, plus de la moitié des 7000 foyers des Îles étaient complètement privés d'électricité, a indiqué le maire Jonathan Lapierre en entrevue avec Le Devoir. En fin d'après-midi, ils étaient encore 2400 foyers dans cette situation. «Ça va durer encore quelques heures et même peut-être pendant les prochains jours», a précisé M. Lapierre, évoquant une « situation extrêmement préoccupante », alors que la région est « frappée de plein fouet » par la tempête.

Des vents de plus de 130 km/h ont interrompu plusieurs services. Il n’y a plus aucune télécommunication entre les îles de la Madeleine et le continent (sauf pour les appareils satellites) ; Internet ne fonctionne pas ; l’aéroport a dû être fermé ; il est impossible d’avoir recours à la télémédecine, grandement utilisée dans l’archipel ; les guichets automatiques sont inopérants et les bateaux, eux, doivent rester à quai.

Les télécommunications pourraient rester interrompues un bon moment : les deux câbles de fibre optique sous-marins qui relient l’archipel à la Gaspésie ont été sectionnés, a indiqué le maire Lapierre. « On parle de câbles sous-marins entre [les îles de la Madeleine] et la Gaspésie, c'est plus de 200 km. [...] On prévoit un gros mois pour être en mesure de faire une réparation, si on n'essuie pas trop de tempêtes durant l'hiver. » 

En 2012, il avait fallu près de huit mois pour réparer un seul câble.
 

« Nos équipes travaillent à établir le lieu et la cause des coupures et nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur le moment précis de rétablissement des services », indique de son côté la gestionnaire principale aux communications chez Bell, Vanessa Damha. Des plongeurs devraient être envoyés dès que la tempête se sera calmée. 

« Ça vient nous isoler, c'est impossible de contacter le continent sans téléphone satellite en ce moment », explique le maire Lapierre. Les communications sont toutefois possibles entre les téléphones fixes des résidents des îles de la Madeleine, notamment pour appeler les services d'urgence au besoin. 

Il n’y aurait « pas de blessés ou d’urgence sur le plan médical », selon la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, qui a pu s’entretenir avec le maire Lapierre en compagnie du premier ministre Legault.« Nous suivons la situation de près et examinons toutes les possibilités pour envoyer les équipes de secours sur place le plus tôt possible », a déclaré François Legault sur Twitter. 

   

Environnement Canada prévoit encore des « vents destructeurs » jusqu’à ce soir, ce qui complique les opérations de secours. « De grosses vagues et un ressac pilonnant » sont aussi au menu.

Plan d’urgence
Des mesures d’urgence ont été déployées tôt dans la journée par la Sûreté du Québec et la Municipalité, pour venir en aide aux citoyens encore nombreux à être privés d’électricité. Puisque le 911 ne fonctionne pas, la population est invitée à contacter directement la SQ pour toute urgence.

« Tous les policiers disponibles sont rentrés travailler et on collabore avec la sécurité civile, les pompiers, les ambulanciers et la Municipalité des Îles », indique le sergent Claude Doiron.

Les autorités ont notamment dû faire face à un incendie qui s’est déclaré dans un immeuble de logements abritant une quarantaine de personnes à Havre-aux-Maisons. Les résidents ― pour la plupart des personnes âgées ― ont tous été évacués et aucun d’entre eux n’a été blessé, a précisé Claude Doiron.

La SQ a également commencé à faire du porte-à-porte dans les milieux les plus isolés pour s’assurer que tout allait bien, et pour inviter les personnes seules qui le souhaitent à s’installer dans le centre d’hébergement temporaire prévu pour l’occasion.