La maison Boileau sera reconstruite à l’identique

L’état de dégradation de la maison était trop avancé pour la restaurer, selon la Ville.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’état de dégradation de la maison était trop avancé pour la restaurer, selon la Ville.

La Ville de Chambly a confirmé lundi vouloir construire une réplique de la maison Boileau qu’elle a fait démolir la semaine dernière en invoquant son état de détérioration trop avancé.

Jeudi dernier, alors que des pelles mécaniques avaient pris d’assaut la vieille demeure, le maire de Chambly, Denis Lavoie, avait évoqué l’idée de reconstruire la maison Boileau à l’identique lors d’une entrevue avec Le Devoir. Il avait insisté sur l’état de dégradation de la maison construite dans les années 1820 et soutenait que très peu d’éléments auraient pu être récupérés. « Une restauration aurait été une imitation avec des matériaux d’aujourd’hui », avait-il dit.

Le maire Lavoie étant en congé de maladie, le maire suppléant, Jean Roy, a réitéré l’intention de la Ville. « Je confirme que le conseil municipal optera pour la construction d’une réplique de la maison Boileau, qui accueillera des expositions permanentes, inspirées par l’histoirelocale, dont celle des patriotes », a-t-il indiqué par voie de communiqué.

La Ville a également publié les rapports d’expertise qui ont été réalisés depuis 2015 sur cette demeure ancestrale. Le rapport sur l’état du bâtiment rédigé en novembre 2017 par la firme Nadeau Nadeau Blondin architectes révèle que l’humidité et les infiltrations d’eau ont dégradé de façon importante la structure et les fondations de la maison. Les experts recommandent alors la démolition de l’intérieur de la maison afin d’en extraire les matériaux pourris et de mieux contrôler l’humidité.

Lors d’une visite du chantier réalisée le 6 décembre 2017, une architecte de la même firme note que « les murs extérieurs sont grandement affectés par la pourriture et n’offrent plus le support adéquat pour les fermes de toit » et que « certains endroits sont à éviter de peur que le plancher s’effondre ».

Arrêt du chantier

« La situation actuelle nous permet de constater l’état beaucoup plus avancé de pourriture et de dislocation des pièces de bois composant la structure », ajoute-t-elle. Des travaux d’urgence sont d’ailleurs requis, car « l’état de la structure n’est pas assez sécuritaire pour assurer la stabilité de la maison ». Elle signale également que « la majorité des éléments structurels ne sont pas récupérables ».

Elle n’était pas si détériorée que ça. Les gens ne connaissent pas ça, les vieilles maisons. Il en faut vraiment beaucoup pour qu’une maison ne soit pas récupérable. Et ici, on était loin de ça. Très loin.

 

L’architecte recommande alors l’arrêt du chantier « afin de déterminer la capacité réelle de la maison à être restaurée ou réhabilitée dans des coûts jugés acceptables ».

Le directeur général de la Ville, Michel Larose, a finalement ordonné la démolition du bâtiment la semaine dernière.

Rappelons que la maison Boileau, rare témoin de l’histoire des patriotes de 1837-1838, avait été acquise en 2016 par la Ville de Chambly, qui comptait la restaurer. Elle ne bénéficiait d’aucune protection puisqu’elle n’était ni classée ni citée.

Voix discordantes

Spécialiste des restaurations de maisons anciennes, l’entreprise EVO de Yanic Couture a été appelée par la Ville de Chambly à consolider la maison Boileau en 2016. « Elle n’était pas si détériorée que ça, affirme M. Couture. Les gens ne connaissent pas ça, les vieilles maisons. Il en faut vraiment beaucoup pour qu’une maison ne soit pas récupérable. Et ici, on était loin de ça. Très loin. C’était l’extérieur surtout qui était touché. »

« Tout le monde s’entendait sur la beauté et la qualité de la maison, qui était riche de plein de détails d’époque. » Pour Yanic Couture, il était évident que la restauration devait et allait se faire.

Selon lui, tous les éléments d’époque étaient encore présents dans la maison : « Des détails dans la confection du bois jusqu’aux clous de forge ! C’était fabuleux, l’état d’origine. Une maison comme ça, avant qu’elle ne soit finie, ça en prend beaucoup… Je ne comprends pas ce qu’ils ont fait. Je suis estomaqué. C’est très nébuleux tout ça. Le maire a l’air très particulier. »

M. Couture dit avoir travaillé avec une architecte, Isabelle Gauthier, sur des modélisations pour remettre la maison en état et la rendre accessible au public. Plusieurs experts ont vu la maison, dont Michel Martel, de l’entreprise Maison pièce sur pièce, spécialisée dans les maisons ancestrales, a-t-il dit.

Joint par Le Devoir, l’expert en restaurations de maisons patrimoniales Michel Martel confirme avoir ausculté et évalué la maison dans tous les sens juste avant qu’elle ne soit cédée à la ville de Chambly. Était-elle perdue ? « Absolument pas !, répète-t-il avec énergie. Ça dénote une ignorance grave que de le croire. C’est sûr que c’était restaurable. Et il y avait beaucoup de bons matériaux. Il faut être dans le champ pour penser que de la restauration, c’est refaire à neuf ! »

« Si cette maison semblait être un danger public, selon les dires de “hauts placés” municipaux, je crois que c’est assez simple d’interdire simplement l’accès au site avec des clôtures de sécurité pour empêcher intrusions et accidents, et par la suite prendre des décisions plus réfléchies, plus en harmonie avec le bien et le vouloir collectif d’une communauté. »

Selon lui, la Ville de Chambly est devenue la risée des spécialistes à la suite de cette démolition.

8 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 27 novembre 2018 00 h 20

    Ben oui!

    Belle consolation........et le pire c'est que de recontruite à l'origine n'est pas possible (matériaux, décor intérieur etc) et cela va coûter plus cher que de la rénover comme c'était logique.

  • François Mandeville - Abonné 27 novembre 2018 01 h 18

    Maison Boileau en LEGO

    Après des années d'incurie, et après nous avoir servi le refrain habituel " rapport d'expert = maison dangereuse = démolition" pour justifier la destruction de la Maison Boileau ,voilà maintenant que la Direction de la Ville de Chambly annonce vouloir construire une réplique de la même maison ! Pourquoi ne pas la faire en LEGO tant qu'à y être ?

  • Denis Paquette - Abonné 27 novembre 2018 05 h 28

    faut-il que les administrations doivent attendre que les populations s'ameutent pour agir

    pourquoi la ville de Chambly a-t-attendue pour révéler ses projets concernant la maison René-Boileau , est ce la pratique courante d'attendre que les populations s'ameutent pour agir, les administrations n'ont- elles donc aucunes autonomies pour être pro-actives

  • Hermel Cyr - Abonné 27 novembre 2018 08 h 06

    Bonjour la logique !!

    Une connerie qui s'ajoute à une bêtise !

  • Julien Thériault - Abonné 27 novembre 2018 09 h 56

    Quand on veut noyer son chien...

    ... on dit qu'il a la rage. (Et que le vétérinaire dit que la rage ça ne se guérit pas...)