Québec demande une enquête sur les agissements du maire de Chambly

Le maire de Chambly, Denis Lavoie
Photo: Ville de Chambly Le maire de Chambly, Denis Lavoie

La ministre des Affaires municipales Andrée Laforest demande à la Commission municipale du Québec d’examiner les agissements du maire de Chambly Denis Lavoie à la suite d’un reportage de l’émission Enquête.

« Nous sommes très préoccupés par ce qu’on a vu dans le reportage. Le public est en droit de s’attendre à ce que ses élus agissent avec professionnalisme et intégrité, la ministre Laforest a donc demandé à ce qu’on examine les agissements du maire de Chambly », a confirmé au Devoir Hugo Lemay, attaché de presse de la ministre.

L’émission Enquête à Radio-Canada a diffusé jeudi des extraits d’enregistrement du maire Lavoie où on l’entend utiliser ses fonctions à des fins personnelles pour faire congédier un entraîneur de soccer. M. Lavoie était en colère contre l’entraîneur de sa fille qui l’aurait gardé sur le banc lors d’une partie. Il l’accusait de lui avoir lancé un gilet au visage. L’émission souligne aussi l’usage répété par le maire de poursuites par la Ville de Chambly contre des citoyens dont il considère les propos comme diffamatoires, par exemple sur les réseaux sociaux. D’anciens employés de la Ville ont également témoigné du climat de travail à la mairie de Chambly.

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), qui représente 70 cols bleus de la Ville de Chambly, a réclamé une enquête sur le comportement du maire.

« Le climat de terreur régnant à l’hôtel de ville de Chambly ne sert certainement pas l’intérêt des citoyennes et des citoyens. Cela doit s’arrêter ici. Nous invitons tous les Chamblyennes et les Chamblyens à se tenir debout et à réclamer l’assainissement immédiat de la démocratie à l’hôtel de ville », a indiqué, André Lajoie, secrétaire général du syndicat.

Le maire Lavoie, qui est actuellement au repos sur recommandation de son médecin, a réagi au reportage sur la page Facebook de son parti « Action Chambly — Équipe Denis Lavoie ». M. Lavoie dit assumer pleinement les propos qu’il a tenus par le passé.

« Je vais toujours me battre pour protéger les enfants de Chambly ; les miens et ceux de mes concitoyens [nes]. J’assume pleinement les mots d’église utilisés et je n’hésiterai pas à recommencer s’il le faut. Je vais me battre jusqu’à la mort pour le faire », peut-on lire dans une publication signée par le maire.

La Commission municipale du Québec a indiqué qu’elle pourra ouvrir une enquête et utiliser son pouvoir de sanction si elle le juge nécessaire à compter du 30 novembre, date à laquelle sera modifiée la Loi sur l’éthique et la déontologie en matière municipale.

« [La Commission] pourra obtenir des documents auprès de la municipalité, d’un organisme municipal ou de toute personne ayant été témoin des faits ou encore auprès de l’élu municipal visé », indique Isabelle Rivoal, conseillère en communication à la Commission municipale du Québec.