Je suis outré!

«Je crois que c’est une profonde erreur d’avoir laissé le privé se développer dans le secteur de la santé, secteur qui ne devrait pas être du tout une occasion de profit, mais plutôt de service à la société, dans une perspective d’égalité d’accès aux services médicaux et à la santé», écrit l'auteur.
Photo: iStock «Je crois que c’est une profonde erreur d’avoir laissé le privé se développer dans le secteur de la santé, secteur qui ne devrait pas être du tout une occasion de profit, mais plutôt de service à la société, dans une perspective d’égalité d’accès aux services médicaux et à la santé», écrit l'auteur.

Dans un de nos quotidiens, samedi dernier, une pleine page publicitaire d’un groupe médical privé bien connu à Québec et qui annonce l’arrivée au Groupe d’un second neurologue. Et je cite : « Comme l’attente pour consulter en spécialité peut être très longue dans le système de santé publique, l’arrivée du Dr [Untel] représente pour la région une nouvelle alternative plus rapide pour adresser (un anglicisme en passant !) leurs problèmes de nature neurologique ».

Cette publicité en suivait une autre de la mi-novembre annonçant l’arrivée d’un neurochirurgien, je cite, « fort de 20 ans de pratique dans le système public de santé », dans l’une des cliniques du même Groupe. On y promeut une prise en charge rapide, soulignant qu’il « est souvent long et pénible d’avoir accès à ce type de chirurgie au Québec et les délais d’attente vont en augmentant ».

Ah oui ? Plus rapide pour qui au juste ? Essentiellement pour celles et ceux qui en ont les moyens ! Que voici une belle illustration de ce que veut dire un régime à plusieurs vitesses :

Vitesse grand V en médecine familiale : vous n’avez pas de médecin de famille dans le réseau public, ce n’est pas grave, vous pouvez en avoir en clinique privée où des médecins désaffiliés du régime public sont accessibles, moyennant supplément. Bien sûr !

Vitesse grand V en chirurgie privée : ces cliniques disposent de plus en plus de blocs opératoires, d’équipes multidisciplinaires (infirmières, anesthésiologistes, chirurgiens) à votre service, moyennant supplément. Bien sûr !

Vitesse grand V en médecine spécialisée : dermatologie, endocrinologie, gynécologie, chirurgie, neurochirurgie, tous des services privés, moyennant supplément. Bien sûr !

Vitesse grand V pour des ententes de services personnalisées pour les entreprises : donner accès à des soins rapides et de qualité à l’ensemble du personnel d’une entreprise et même à leur famille, moyennant supplément. Bien sûr !

Pendant ce temps, c’est la petite vitesse pour le commun des mortels alors que les listes d’attente s’allongent, notamment pour avoir accès à un médecin de famille, ou pour des chirurgies.

En fait, j’ai de plus en plus la conviction que le réseau privé est en train de miner le système public de santé avec, à la clé, une médecine rapide et accessible pour les biens nantis… Ils veulent notre bien en quelque sorte et ils sont en train de l’avoir… et tant pis pour le commun des mortels.

Je crois que c’est une profonde erreur d’avoir laissé le privé se développer dans le secteur de la santé, secteur qui ne devrait pas être du tout une occasion de profit, mais plutôt de service à la société, dans une perspective d’égalité d’accès aux services médicaux et à la santé.

On prive de plus en plus actuellement le réseau de la santé de ses compétences, de celles et ceux qu’on a formés à grands frais non pas pour qu’ils deviennent riches avec une pratique confortable dans le privé, mais pour qu’ils exercent leur science et leur art au service du plus grand nombre, indépendamment de la capacité de payer d’un citoyen.

Les élections s’en viennent, y a-t-il un seul parti prêt à prendre des engagements clairs et crédibles en ce sens ?

À voir en vidéo