Hommage à Joseph Rouleau

Plus qu’un musicien, «Jo» s’est fait la bougie d’allumage de nombreux projets qui constituent le coeur ou du moins un grand pan de la culture classique québécoise.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Plus qu’un musicien, «Jo» s’est fait la bougie d’allumage de nombreux projets qui constituent le coeur ou du moins un grand pan de la culture classique québécoise.

Basse vénérée sur les plus prestigieuses scènes d’Europe et d’Amérique du Nord, « Jo » s’est illustré pendant trente ans dans les grands rôles du répertoire international, notamment de Verdi, Puccini, Bellini et Gounod au Covent Garden de Londres. Il...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

1 commentaire
  • Gaston Deschênes - Abonné 16 juillet 2019 19 h 56

    Faux pas?

    Interpréter Félix Leclerc aurait constitué "un rare faux pas artistique"? Ce n'est pas le meileur passage de ce qui se veut un éloge de Joseph Rouleau.