Pourquoi je quitte Québec solidaire

«Les dirigeants du parti ferment les yeux sur le fait que le voile islamique est non seulement un signe religieux, mais aussi un symbole ostensible d’infériorisation et de soumission des femmes. Et cela, même s’il est porté librement et par choix», écrit l'auteur.
Photo: Getty Images «Les dirigeants du parti ferment les yeux sur le fait que le voile islamique est non seulement un signe religieux, mais aussi un symbole ostensible d’infériorisation et de soumission des femmes. Et cela, même s’il est porté librement et par choix», écrit l'auteur.

Québec solidaire a été fondé sur le socle d’une déclaration de principes devant baliser ses orientations et son action. Or, aujourd’hui, le parti a abandonné deux des principes les plus importants énoncés dans ce document : la laïcité et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Cette déclaration de principes adoptée lors du congrès de fondation de QS, en février 2006, stipule ceci : « Notre parti prône la laïcité complète de l’État et des services publics, du système judiciaire et du système d’éducation. » Or voici qu’en mars dernier, les participantes et participants au Conseil national du parti ont renié ce principe en votant massivement (91 %) contre toute interdiction du port de signes religieux par les agentes et agents de l’État dans l’exercice de leurs fonctions.

Québec solidaire se pose donc ainsi en ardent défenseur du port du voile islamique — et du niqab — par les agentes de l’État et même par les élues de l’Assemblée nationale. Lors de la campagne électorale de l’automne dernier, une de ses candidates, Ève Torres, ouvrait la voie en ce sens en arborant de façon inédite le voile islamique.

Les dirigeants du parti ferment les yeux sur le fait que le voile islamique est non seulement un signe religieux, mais aussi un symbole ostensible d’infériorisation et de soumission des femmes. Et cela, même s’il est porté librement et par choix. Notons que ce voile ne vient pas seul ; il s’accompagne de contraintes sévères qui restreignent la liberté et les droits de celles qui le portent, comme l’inégalité en droit successoral. Stupéfiant paradoxe : un parti féministe en principe devient dans la pratique le défenseur de ce symbole de domination des femmes par les hommes.

La déclaration susmentionnée stipule ce qui suit : « Nous soutenons les luttes féministes ici et ailleurs. » Et pourtant, en prenant fait et cause pour le port du voile islamique dans la fonction publique, QS se désolidarise des luttes de millions de femmes ailleurs dans le monde. On ne voit guère les dirigeants de QS se porter à la défense de toutes ces femmes forcées, souvent violemment, de se voiler. Comme s’ils n’avaient point vu la montée fulgurante de l’islam politique partout dans le monde. Un islam intégriste, grassement financé, animé d’un puissant dynamisme et qui a fait du voile son étendard.

Comment expliquer un tel aveuglement ? Force est de reconnaître que le multiculturalisme imposé unilatéralement par Pierre Elliott Trudeau en 1982, avec sa Charte des droits et des libertés, a fait son chemin dans les esprits. À gauche comme à droite. Cette charte porte essentiellement sur les droits individuels, lesquels priment les droits collectifs. Or, au Québec, la laïcité et l’égalité entre les femmes et les hommes sont tenues pour des valeurs collectives.

Par un détournement de langage orwellien, Québec solidaire a fait de la religion islamique une race. Les opposants au port de signes religieux dans la fonction publique sont qualifiés de racistes et de xénophobes.

Autre problème qui rend ce parti infréquentable : le déni de démocratie dans son fonctionnement interne. Insensiblement, le Comité de coordination nationale (CCN) s’est imposé dans le parti comme l’organe suprême qui en dicte les orientations. Plus d’un chroniqueur, dont Michel David (Le Devoir, 22 septembre 2018), a comparé le CCN au Politburo, cet obscur comité central qui, dans l’ex-URSS, détenait le pouvoir réel.

Ce déni de démocratie a des racines profondes dans le parti. En octobre 2007, ses deux porte-parole, Françoise David et Amir Khadir, se précipitent, motu proprio, devant la commission Bouchard-Taylor pour y déposer et y défendre un mémoire favorable aux accommodements religieux et à la laïcité ouverte. Une position qu’aucune instance du parti n’avait débattue ni approuvée.

Pour toutes ces raisons, je me vois dans l’obligation de quitter les rangs de Québec solidaire qui, subrepticement, a pris un virage antilaïque, antiféministe et antidémocratique.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

193 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 26 avril 2019 01 h 44

    Québec solidaire a perdu toute crédibilité en s'alliant avec les groupuscules intégristes.

    Bravo monsieur Gélinas. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Moi aussi j'ai délaissé ce parti qui a oublié sa défense traditionnelle de l'égalité homme/femme et de la liberté de conscience en s'alliant avec les groupuscules intégristes.
    La position de QS ne tient pas la route. Même la Cour suprême du Canada a interdit la prière au Conseil de la Ville de Saguenay, en statuant que cela contrevient à la neutralité de l'état et à la liberté de conscience de tous les citoyens.

    • Stéphane Thellen - Abonné 26 avril 2019 06 h 38

      Bonjour, vous ignorez volontairement ou non dans votre commentaire le fait que QS s'est positionné contre la prière dans les assemblées publiques, comme il est le seul parti véritablement engagé dans le retrait du financement des écoles privées à vocation religieuse. Qs est le parti ayant le programme le plus ambitieux pour la laicité des institutions: il faut le rappeler, que vous soyez en désaccord ou non avec sa position sur l'interdiction du port des signes religieux.

    • Hélène Gervais - Abonnée 26 avril 2019 06 h 41

      vous n'êtes pas la seule; si ça continue ainsi qs n'aura plus beaucoup d'adeptes, à part ceux qui apprécient charkoui

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 08 h 13

      Vous avez raison Mme Alexan.

      Et tout le monde est surpris? M. Gélinas fait parti de ces gens qui avaient du bon sens dans ce parti et maintenant, ils le quittent. Cela veut tout dire. Après, ils viendront nous dire, avec Adil Charkaoui, qu’ils sont indépendantistes.

      Québec solidaire a opté pour le camp de la grande noirceur et celui des islamistes qui s’amusent à massacrer les gens sur la planète qui ne sont pas d’accord avec eux. Leur position antilaïque, antiféministe et antidémocratique est la conclusion même de ces gens qui vendraient leur âme pour quelques votes. On commence seulement à renifler l’odeur nauséabonde qui se dégage de ce parti d’extrémistes. Ils sont devenus les nouveaux fascistes de la gauche.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 08 h 32

      Ce que semble aussi ignorer M. Géllinas, c'est qu'il est aussi paternaliste de forcer les femmes à porter le voile que de les forcer à l'enlever. Le problème n'est pas le voile, mais le paternalisme, l'autoritarisme et la coercition.

    • Jean Duchesneau - Abonné 26 avril 2019 09 h 09

      Mme Alexan, vous oubliez que pour QS c'est l'État qui est laïque, pas les personnes. Si un policier(e) m'interpelle, ça n'est pas la personne qui m'interpelle, c'est le code civil. Ça n'est pas l'enseignant(e) qui enseigne à mon enfant, c'est le "programme". J'imagine que CM va nous expliquer la chose sous peu, car je n'y comprends rien. Il semblerait que M. Gélinas non plus!

    • Nadia Alexan - Abonnée 26 avril 2019 09 h 58

      À monsieur Jean Duchesneau: Vous répétez le même sophisme que Québec solidaire. La neutralité et l'impartialité de l'État s'incarnent dans ses fonctionnaires. Dire autrement c'est contourner le principe de la laïcité comme le dit bien monsieur Gélinas c'est: «un détournement de langage orwellien».

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 10 h 09

      "Je n'y comprends rien" - Jean Duchesneau

      Le système d'éducation confessionnel et la laïcité de l'État, n'a rien à voir avec le port de signe religieux et les libertés individuelles.

      Comparer un enseignant qui porte passivement un hijab ou une croix avec le prosélytisme et le lavage de cerveaux systématique des écoles catholiques des années 50-60, où l'on faisait réciter la prière deux fois par jour, apprendre le catéchisme par coeur, avec 5 heures de catéchèse par semaine; sans compter les messes obligatoire et les confessions régulières, + la préparation à la première communion + la communion solennelle, est une aberration à sa face même.

      D'ailleurs, AUCUN enseignant ne dispose du droit vendre aucune idéologie religieuse ou politique depuis l'instauration du système d'éducation public à la fin des années 60. Pousser le bouchon de la laïcité jusqu'à un chandail, une croix ou un foulard et faire perdre sa job à un prof, relève de l'intégrisme et l'intolérance laïque, en plus d'être complètement contreproductif dans un secteur où il y a déjà pénurie d'enseignants.

      - Allez-vous aussi demander de retirer les coins de rues parce qu'ils forment une croix ?? Dès qu'ils mettent le nez dehors, les enfants sont littéralement submergées de noms de rues, de rivières et de villes portant des noms de saints, quand ce n'est pas carrément le noms de leurs propres écoles.

      Il faut n'avoir rien à faire de ses 10 doigts pour s'en prendre aux droits de la personne et aux individus, pendant que l'environnement est en perdition, qu'un million de citoyens souffrent toujours de pauvreté au Québec et que l'État se fait voler à tours de bras par les multinationales dans les paradis fiscaux.

      Christian Montmarquette

    • Pierre Grandchamp - Abonné 26 avril 2019 11 h 19

      "Le président Emmanuel Macron a fermement défendu la laïcité française jeudi, dénonçant le «communautarisme» rampant et promettant d'être «intraitable» face à ceux qui veulent imposer un «islam politique qui veut faire sécession» en France.

      «Nous devons pas nous masquer quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité, on parle du communautarisme qui s'est installée dans certains quartiers de la République», a expliqué le chef de l'État français en conférence de presse."
      https://www.lapresse.ca/international/europe/201904/25/01-5223512-emmanuel-macron-promet-detre-intraitable-contre-lislam-politique.php

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 11 h 25

      @Montmarquette

      Qu’est-ce que la pauvreté a à faire avec les costumes d’Halloween de façon perpétuels dans la salle de classe M. Montmarquette? Qu’est-ce que l’environnement a à faire avec les costumes d’apiculteur dans la sphère publique M. Montmarquette? Qu’est-ce que l’État et les paradis fiscaux ont à faire avec ceux qui imposent leurs lois divines et religieuses à la société d’accueil M. Montmarquette?

      C’est évident que vous n’avez jamais mis les pieds dans une salle de classe pour pondre de telles aberrations. De prêcher avec ostentation ses croyances dans un environnement comme la salle de classe bombée de jeunes enfants dont les filtres nécessaires pour contrer l’endoctrinement ne sont pas encore au rendez-vous est d’une bassesse sans nom. Oui, ce prosélytisme éducationnel fait en sorte que certains enseignants placent leurs convictions personnelles avant leur mission éducative et bien avant les enfants dont ils ont le privilège d’enseigner. Comme enseignant, enseigner n’est pas un droit dans une école publique, mais bien un privilège qui nous a été conféré « loco parentis » et les parents font confiance au système que leur enfants seront protégés deutes influences néfastes venues de l’extérieur. Les professionnels de l’enseignement comprennent les grandes responsabilités qui leurs sont accordés et que leur personne avec leur croyance personnelle sont sublimées dans ce processus. Si votre croyance personnelle prend prépondérance sur votre mission comme éducateur, eh bien, vous n’avez pas choisi la bonne profession.

      Vous ne pouvez pas imaginer le pouvoir et l’influence des enseignants qui s’exercent dans une salle de classe à moins d’avoir fait parti du processus vous-même. Or, banaliser les signes ostentatoires, qui dans un langage non-verbale, influencera les adultes en devenir que sont les enfants, ceci aura un effet psychologique et cognitif tonitruant tout au long de leur vie. Mais de cela, vous ne le comprendrez jamais.

    • Raymond Labelle - Abonné 26 avril 2019 11 h 28

      "(...) pendant que l'environnement est en perdition, qu'un million de citoyens souffrent toujours de pauvreté au Québec et que l'État se fait voler à tours de bras par les multinationales dans les paradis fiscaux." CM

      Si le sujet du PL21 n'est pas important, pourquoi s'acharner à en débattre?

    • Jean Duchesneau - Abonné 26 avril 2019 11 h 35

      Mme Alexan,

      Vous avez trés mal interprété mon commentaire, car je trouve l'idée que c'est l'État qui est laïque, pas les personnes est absurde; mon commentaire était ironique.

    • Raymond Labelle - Abonné 26 avril 2019 11 h 53

      "s'en prendre aux droits" CM

      Si on prenait l'angle des devoirs et responsabilités envers les enfants de nos employés de l'État religieusement neutre chargés de les former?

      Porter un signe religieux envoie minimalement ce message: ceci est la religion que je préfère et elle vaut que je porte ce signe. Même quand la personne ne dit pas un mot.

      L'enseignant a une autorité morale sur les enfants.

      Un des devoirs de l'enseignant est de rester discret face à sa foi face aux jeunes en formation à l'esprit encore fragile.

      Des compagnies paient des fortunes pour que des athlètes ou des vedettes portent visiblement leurs produits de façon visible, même lorsque ces athlètes ou vedettes ne font rien d'autres pour ces compagnies. Les experts en marketing qu'ils paient aussi des fortunes semblent croire que le port visible de signes par des personnes à autorité morale a un effet.

    • Claude Bariteau - Abonné 26 avril 2019 12 h 13

      Avec son texte, M. Gélinas interroge le réalignement de QS concernant la laïcité et l'égalité des femmes après avoir prôné en 2006 la laïcité complète de l'État et des services publics, y compris tout le système d'enseignement et annonce qu'il quitte ce parti.

      C'est son choix. Toutefois, il ne dit pas ce qu'il entend faire pour promouvoir ses vues concernant le PL21. Qu'un membre de QS quitte ce parti n'est pas en soi un évènement nouveau. D'autres l'ont fait et d'autres s'y sont associés.

      À mes yeux, le point qui me quesitonne le plus est le suivant : les élu/e/s de QS ont reçu un appui électoral en soutien à leur plate-forme. Cinq mois plus tard, le CCN modifie un élément important de cette plate-forme en contradiction avec les vues de 2006 après un accroc à celles-ci par deux élus, cette fois sans les élu/e/s ne s'expriment sur ce point, faisant de ces derniers et ces dernières non plus des élu/e/s mais des mandaté/e/s du CCN.

      J'ai posé cette question à un membre de QS lors de la réunion des OUI-Quebec. Sa réponse fut : QS a comme assise démocratique celle qu'elle s'est donnée et il revient aux élu/e/s de s'y conformer. Pour lui, il était clair et transparent que cette façon de procéder implique que les élu/e/s doivent respecter les décisions du CCN ou quitter les rangs de QS.

      Je ne sais pas si des élu/e/s le feront. Je sais seulement que deux ex-leaders d'ON sont devenus les promoteurs de la décision du CCN plutôt que des vues de leur base électorale. Aussi je me mets à penser que leurs propos creusent leur tombe, ce qui peut aussi être le cas des élu/e/s en région, même à Montréal.

      C'est ce point que M. Gélinas n'aborde pas.

      Mme Fournier du PQ a quitté ce parti parce qu'il ne trouvait pas qu'il assurait la relance du projet de pays chez les jeunes. Elle a toutefois garder le cap sur l'essentiel du programme en devenant députée indépendante.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 26 avril 2019 12 h 51

      @ CB " MMe Fournier a quitté ce parti parce qu'il ne trouvait pas ...etc etc."
      Il aurait fallu écrire : "...parce "qu'elle" ne trouvait pas...etc" ! (à moins qu'il manque une partie de votre commentaire).?

    • Claude Bariteau - Abonné 26 avril 2019 14 h 06

      Mme Sévigny, vous avez raison. Le «parce qu'elle » s'imposait. Merci de l'avoir souligné.

    • Jean Duchesneau - Abonné 26 avril 2019 15 h 40

      @C. Montmarquette,

      Je ne vois aucun rapport entre mon commentaire et votre réponse. Je vous ai interpelé à propos de la vision de votre parti politique à l'effet que "C'est l'État qui est laïque, et n on les individus". Qu'est-ce que ça veut dire en pratique?

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 26 avril 2019 16 h 27

      Monsieur Labelle, vous semblez prendre pour hypothèse que si les enseignants ont plus de droits en matière d'expression des convictions personnelles, cela se traduit inévitablement par une perte conséquente des droits des enfants à cet égard. Il faut sérieusement envisager que l'exercice des libertés fondamentales ajoute à l'effectivité des mêmes libertés chez autrui. Par exemple, nul ne niera que les athées les plus convaincus sont très souvent ceux qui ont baigné de manière la plus soutenue dans une atmosphère religieuse. Le témoignage est au prosélytisme ce que le vaccin est au virus. Il ne fait pas de doute que les frères qui m'ont enseigné ne voulaient pas m'immuniser contre la foi, mais j'ai eu la chance d'y rencontrer des gens qui, tout en espérant que je partage leur foi, ne seraient pas contenté que je la pratique par conformisme et qui étaient tout à fait prêts à courir le risque que je devienne plus résolument non croyant à leur contact. Ce qui arriva. Je dis ça en passant, pour le plaisir de vous croiser à nouveau. Mais on ne serait pas pertinent à continuer :).

    • Johanne St-Amour - Inscrite 26 avril 2019 16 h 47

      Détournement de liberté!

      Je suis d'accord avec M. Gélinas.

      Dans une entrevue concernant son dernier livre, «Combattre le voilement», Fatiha Boudjahlat, enseignante et essayiste française, affirme:
      «On assiste à un détournement de cette idée de liberté et on la résume, on la réduit à une simple puissance d'agir:« Je peux le faire, je le fais, j'ai le droit». On a complètement retourné l'argument «mon corps, mon choix». Maintenant c'est mon corps, mon choix, mon voile. La liberté sans contenu éthique, sans réflexion, sans émancipation, sans éducation, c'est de la licence. Je peux avoir un smartphone, je peux conduire une voiture, la laisse qui me retient à la niche orthodoxe de l’obligation patriarcale, elle peut être flexible, elle peut être en tissu sportif, elle peut être dorée, elle peut être pailletée, elle peut être en or, elle peut être en argent, c’est la laisse qu’il faut combattre.
      Donc je commence à m’interroger et je remets en cause dans cet ouvrage cette notion de liberté complètement coupée de tout contenu éthique et je lui préfère maintenant la notion de dignité. La dignité c’est penser qu’une personne a une valeur intrinsèque et comme disait Kant : «Soit on a un prix, soit on a une dignité». Et ça permet de réfléchir à tout le système.»

      Et je crois effectivement que Québec solidaire, comme la Fédération des femmes du Québec, plutôt que de redonner leur dignité aux femmes, leur donnent un prix. Ces organismes se sont «illustrés» de la même façon sur la prostitution: «Pour eux la femme n'a un prix qu'en regard des hommes qui les prostituent, de l'autorité patriarcale qui leur impose un vêtement, un étendard, un symbole d'appartenance à une religion, étendard imposé à des petites filles par certains comme la Commission canadienne des droits de la personne l'a si bien illustré en couverture de son dernier rapport en mettant une photo d'une fillette voilée!»

    • Raymond Labelle - Abonné 26 avril 2019 22 h 01

      Je vous comprends RMD - disons que c'est l'autre côté de la médaille - l'effet sur certaines personnes. Sans débattre avec vous, je veux montrer que je vous comprends...

      Ce que je comprends de vous. Si la composition du corps enseignant reflète celle de la société civile, qui comprend des citoyens à signe religieux, que les jeunes y soient exposés crée une sorte d'habituation, de capacité d'autonomie plus robuste face à la religion (qui n'exclut pas un libre choix religieux). Peut-être. Mais il ne faut pas oublier ceux au système immunitaire moins solide. Dans le doute... prudence.

      J'isolais les variables. Que l'on parle aussi de responsabilités et de devoirs - sans parler de droits pour un instant.

      Après tout, les enseignants sont des employés de l'État qui ont des devoirs et des responsabilités importants. En partie parmi leurs responsabilités, l'âme de nos jeunes...

      Quelle serait l'attitude d'un enseignant dont la seule préoccupation serait de remplir son devoir?

      Je crois qu'un enseignant visant à développer une pensée autonome et critique chez l'étudiant lui apprendrait à se poser les bonnes questions sur les cas de conscience profonds, sans lui proposer de réponse toute faite et s'abstiendrait, s'il n'était préoccupé que par cette responsabilité, de porter un signe religieux. Il éviterait le plus possible, même en l'absence de questions posées, de montrer une préférence quant à une vision globale du monde. Surtout envers un système de vision aussi organisé qu'une religion, qui propose une vision globale rejoignant une personne dans sa profondeur.

      D'autre part, il est légitime que l'État, en tant qu'employeur, et en plus responsable de la formation de nos enfants, veuille s'assurer que l'enseignant prenne ses responsabilités au sérieux.

    • Raymond Labelle - Abonné 26 avril 2019 22 h 16

      Vous croiser à nouveau est un véritable plaisir RMD - tellement que malgré votre appel à la retenue, je n'ai pas pu résister à trop vous répondre - c'est que vous m'inspirez des idées, même si elles ne correspondent pas nécessairement aux vôtres. Je serai loyal et vous laisserai le dernier mot. Soyez assuré que je vous lirai si vous choisissez d'exercer cette option, ce qui est bien sûr totalement optionnel.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 27 avril 2019 06 h 32

      Monsieur Labelle, j'apprécie énormément l'effort que vous faites pour faire justice à mon point de vue, au point de contribuer à me le rendre plus clair... et à me convaincre encore plus de sa justesse. J'espère qu'il en va un peu de même pour vous. Nous aurions donc ensemble le même dernier mot de notre échange. Mais je ne peux résister :

      « et s'abstiendrait, s'il n'était préoccupé que par cette responsabilité, de porter un signe religieux. »

      Je ne crois pas cela. Ni non plus qu'il soit si respectueux pour les enfants de se déguiser en table rase à leur contact. Ils sont curieux, les enfants. Ils veulent savoir ce qu'on pense vraiment. Cela les rend vulnérables, mais tous les athées qui passent par ici diront la même chose : ils ne le seraient pas autant s'ils n'avaient pas eu l'occasion de se faire les dents, surtout s'ils ont eu la chance de croiser des gens aussi respectueux que convaincus (cela existe aussi chez les croyants).

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 avril 2019 08 h 21

      @Cyril Dionne,

      "Qu’est-ce que la pauvreté a à faire avec les costumes d’Halloween.." - Cyril Dionne

      - Est-ce le même genre de respect que vous accorderiez à une de vos élèves musulmanes dans vos classes?

      Parce vous n'auriez beau porter aucun signe religieux, si j'étais directeur de votre école, c'est moi qui vous foutrait à la porte pour prosélytisme athée et manque de respect envers vos élèves.

    • Gilbert Talbot - Abonné 27 avril 2019 08 h 39

      Moi aussi, j'ai quitté QS, pour la deuxième fois. ( La première fois c'était suite au rejet de la convergence, mais j'étais revenu, encouragé par la fusion avec ON). M. Gélinas m'enlève les mots de la bouche et madame Alexan me conforte. Moi je ne suis pas allé à ce Conseil national. C'est là qu'on sent vraiment le contrôle du CCN sur l'assemblée. Le contraste est vraiment palpable entre la fraternité de nos réunions régionales e la raideur du Congrès et du CN.
      Je ne parle ici qu'en mon nom personnel, mais je suis toujours solidaire de la position prise par l'assemblée de Chicoutimi, qui avait voté pour l'option C, qui demandait que l'interdiction des signes religieux s'applique à toute la fonction publique. Cette option avait été classée comme irrecevable par le CCN.

    • Françoise Labelle - Abonnée 27 avril 2019 08 h 53

      À M. Montmarquette: «'il est aussi paternaliste de forcer les femmes à porter le voile que de les forcer à l'enlever»

      Soyons précis: cette loi, incomplète, règlemente le port de signes «religieux» (culturels en fait) au service de l'État. Contrairement à votre affirmation, elle concerne tous les sexes. Le turban peut être porté par les hommes et les femmes; la kippa par les hommes.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 27 avril 2019 10 h 00

      Monsieur Talbot, pour ce que j'en sais, si le CCN l'a jugée irrecevable, ce n'est pas par l'effet d'un pouvoir de censure dont il se serait prévalu de manière arbitraire ou sous le diktat d'un présumé « politburo », mais seulement parce qu'elle aurait eu pour effet de modifier le programme du parti, ce dont le congrès seul peut décider. Les marges du CCN étaient peut-être trop étroites pour les fins de positionnement stratégique (on a relevé quelque part pour leur en faire un faux reproche qu'Amir et Françoise avaient soutenu motu proprio le compromis BT). Il se peut même que le congrès décide de modifier cette partie-là du programme. Mais il me semble que la bonne foi demande que les membres de QS eux-mêmes (dont je ne suis pas) évitent d'alimenter la confusion et le discrédit dont on aime le couvrir.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 avril 2019 10 h 00

      @ Françoise Labelle

      Ça va être une belle partie de plaisir de voir appliquer cette laïcité de "broche-à-foin" telle que la qualifie à raison Richard Maltais-Desjardins. Quand on sait qu'autant le turban que le hijab sont contestés comme "signes religieux". Sans compter que la laïcité, c'est la séparation du pouvoir religieux du pouvoir politique (ce qui est déjà chose faite au Québec) et non l'implantation d'une dictature de l'athéisme.

    • Christiane Gervais - Inscrite 27 avril 2019 11 h 05

      Ce qui est le plus navrant c'est de lire ces Qsistes défendre avec autant d'acharnement cette idéologie politico-religieuse qu'est l'islam fondamentaliste, souvent fatale aux femmes, mais chère à leurs collègues activistes alors que partout au monde des femmes, et des hommes aussi (les Raïf Badawi de ce monde), réclament l'égalité de statut et des droits, la séparation des croyances et de l'état, que leur assurerait la laïcité.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 27 avril 2019 15 h 15

      Madame Gervais, comme disait l'autre, tout ce qui est excessif est insignifiant. Or on ne parle même plus d'excès, ici, mais de fabulation. Cela ne serait qu'insignifiant si ce n'était si répandu. Cela est devenu préoccupant, avec le temps. Avec la CAQ, inquiétant.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 avril 2019 16 h 29

      @Christiane Gervais,

      Ces Qsistes défendre avec autant d'acharnement cette idéologie politico-religieuse qu'est l'islam fondamentaliste.." - Christiane Gervais

      Je vous mets au défi de trouver une seule ligne officielle du parti qui défend quelqu'idéologie religieuse ou fondamentaliste que ce soit. Ça commence à faire cette répétition incessante de mantras où seuls les péquistes sont suffisamment de mauvaise foi pour se croire eux-mêmes.

      - Donnez-nous un article, une déclaration officielle ou un communiqué, ou taisez-vous.

      Y'a toujours bien des osties de limites à dire n'importe quoi.

    • Michaël Lessard - Abonné 27 avril 2019 17 h 39

      - Ligue des droits et libertés du Québec
      - Amnistie Internationale - section québécoise
      - Fédération des femmes du Québec
      - Les féministes membres de QS, etc.

      Réalisez-vous que vos insultes à l'égard de ces groupes sont exagérés et absurdes ? Ces groupes critiquent la loi, car nous ne partageons pas la même conception des libertés fondamentales, du rôle de l'État face aux individus et à comment intervenir auprès des femmes. Ils/elles ne sont pas à l'aise d'utiliser des lois/interdictions pour dire aux femmes quoi faire, quoi porter, etc.

      Arrêtez de dire que ces féministes et ces militant-es pour les droits humains sont pour le voile dit musulman ou anti-féministes: c'est absurde. Les jugements des deux côtés sont démesurés et injustes.

  • Léonce Naud - Abonné 26 avril 2019 05 h 26

    Québec solidaire roule pour Ottawa

    Il n'est pas dans l'intérêt des modestes et méprisés restants de l'Empire français d'Amérique de s'étriper mutuellement dans leur réserve québécoise de l'Est du continent pour des questions de Gauche ou de Droite comme Québec solidaire y prend un suicidaire plaisir.

    Vu d’Ottawa, Québec solidaire offre un spectacle des plus rassurants, question d'épuiser l'avenir national des Québécois dans des luttes fratricides et par conséquent en finir une fois pour toutes avec le problème que représente encore le Québec au sein du Canada.

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 08 h 15

      Vu d'Ottawa, M. Naud, ils sont perçus comme des libéraux qui pourfendent tout sentiment de nationalisme au Québec. En fait, les multiculturalistes du ROC n'ont pas de meilleur allié au Québec.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 08 h 44

      @Léonce Naud,

      "Québec solidaire roule pour Ottawa.." - Léonce Naud

      Vous pourriez vous forcer un peu la paresse, au lieu de nous reservir votre réchauffé du 18 avril dernier comme un perroquet qui ne sait que répéter la même phrase.

      https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/552384/la-cite-etat

      Et pour qui roulait donc le PQ, qui a non seulement reporté le référendum aux calendes grecques aux dernières élections, mais durant 31 ans!! ..si l'on compte le mandat de "bon gouvernement' de 1976?

      Québec solidaire n'a aucune leçon d'indépendance à recevoir de ces néo-caquistes provincialistes du PQ.

      Des poules mouillées de la "souveraineté-association" qui vendraient leurs mères pour des vote, plutôt que de se grouiller le cul pour convaincre les indécis du bien fondé de la cause nationale.

      ..mais, ah oui.. c'est vrai..! quand on est trop pleutre pour endosser sa propre cause.. On peut toujours s'en prendre à des femmes vulnérables.. alors qu'on se met directement à dos un électorat francophone, militant et éduqué qui pourrait aisément se laisser convaincre, mais qu'on préfère repousser dans les bras du fédéralisme canadien parce qu'on est incapable d'accepter la différence. - Quelle belle stratégie gagnante!

    • Léonce Naud - Abonné 26 avril 2019 10 h 01

      M. Montmarquette -
      Un certain Nicolas, Italien de nation, a remarqué qu'il existe dans le monde trois sortes d'esprits : ceux qui comprennent par eux-mêmes, ceux qui comprennent avec le secours d'autrui et enfin, ceux qui ne comprennent ni par eux-mêmes, ni avec le secours d'autrui. C'est en songeant à ces derniers que je reprends fréquemment mes réflexions antérieures, aussi longtemps du moins que personne ne les mets en pièces. C'est pourquoi je vous suggère de le faire à l'instant, si vous en êtes capable bien entendu. Vous en seriez alors bien débarrassé. Pensez-y, quel bonheur ce serait pour vous. À l'ouvrage, donc !

    • André Joyal - Inscrit 26 avril 2019 11 h 24

      M.Montmarquette, Vous reprochez à M.Naud : «Vous pourriez vous forcer un peu la paresse, au lieu de nous reservir votre réchauffé du 18 avril dernier comme un perroquet qui ne sait que répéter la même phrase.»

      J'aime croire que M. Naud est allé à la bonne école (sic) en vous lisant avant le 1er octobre : pendant des années vous nous avvez gavé ad anuseam de vos ciopier/coller anti-PQ.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 26 avril 2019 11 h 34

      @ M. Dionne

      Sur un autre fil, vous avez écrit : « sur le sujet des commissions scolaires, vous êtes dans le champ. Il faut avoir enseigné pour comprendre. Une couche bureaucratique inutile et je suis poli. »

      Je suis peut-être « dans le champ » mais j’ai œuvré en éducation pendant 34 ans, à compter de 1960. Et 34 ans, au Québec. J’ai, en sus, un mandat de conseiller municipal et un mandat comme maire, dans le corps. Cela ne me rend pas infaillible, cependant. Je regrette mais « une couche bureaucratique inutile » est très loin de la réalité. Comment un organisme qui gère un budget de quelque 309 millions, pour environ 22 500 élèves ( ma commission scolaire) peut-il représenter « une couche bureaucratique inutile »? Au plaisir d’en discuter à un moment donné.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 11 h 37

      @Léonce Naud

      Comment QS pourrait-il rouler pour Ottawa, en proposant l'indépendance du Québec depuis sa fondation et jusque dans sa déclaration de principes ?

      - Vous dites n'importe quoi et je suis persuadé que vous continurez dans votre même mauvaise foi partisane.

  • Réal Boivin - Abonné 26 avril 2019 05 h 56

    QUÉBEC SOLIDAIRE N'EST PLUS SOLIDAIRE DES FEMMES NI DU PEUPLE QUÉBÉCOIS.

    Il est incroyable de voir ce parti perdre tous ses repères de sa fondation. Se laisser manipuler aussi facilement par des groupuscules intégristes et/ou anti scientifiques, prouve qu'il est dirigé par des personnes immatures déconnectées de la réalité et est voué à disparaître.

    La majorité des gens veut aller de l'avant et affronter les défis du future.

  • Marie Nobert - Abonnée 26 avril 2019 05 h 56

    Mais encore!

    @M. Jacques B. Gélinas. Que faites-vous du prosélytisme que vous avez exercé en tant que membre de QS. Vous seriez devenu un nouveau «Paul»!? Trouver son «chemin» se fait avec un «GBS», pas avec un «GPS».

  • Stéphane Thellen - Abonné 26 avril 2019 06 h 03

    Cruel manque de nuance dans un débat qui pourtant l'exige

    Le sociologue Gélinas fait exactement ce dont il dénonce: refus de nuance, excès langagiers, détournement de sens orwellien, intentions prêtées à Qs sans référence, sans rigueur, sans objectivité.

    Anti-laïque? Qs n'est pas un "ardent défenseur du voile" mais s'oppose à son interdiction. Après quelques pirouettes, il affirme que QS est contre la laïcité alors que c'est le seul parti qui exige formellement, et ce depuis le début, la laïcisation des institutions, du retrait du crucifix à la fin des prières dans les assemblées publiques en passant par le financement des écoles à vocation religieuses et aux crédits d'impôt. Ne pas en parler est soit malhonnête soit ne pas prendre en compte la diversité des points de vue dans le débat pour tenter d'y voir clair.

    Et que dire de sa rhétorique où le sociologue se réfère au langage orwellien pour affirmer que Qs dénonce le racisme de ceux qui s'opposent au voile alors que jamais Qs n'est allé là. (Cela étant dit, c'est assez symptomatique que la diatribe de M. Gélinas porte sur le voile, comme si c'était le seul enjeu de cette loi qui pourtant devait viser la laicité). Comme sociologue, habitué à l'analyse de discours, il aurait pu au moins baser son analyse sur des faits, des citations, etc. Au contraire M. Gélinas pige dans le vocabulaire des adversaires de Qs les disqualifier.

    Anti-démocratique? C'est drôle, Qs est le seul parti à avoir fait un débat sur cette question et ce dans l'ensemble de ses associations. Ne pas être d'accord avec le résultat est une chose, nier que ce débat ait eu lieu est une supercherie.

    Anti-féministe? L'auteur devrait savoir qu'il y a débat, que les féministes sont divisés sur cet enjeu, comme sur bien d'autre. Que la Fédération des femmes du Québec va dans ce sens. Comme d'ailleurs l'ensemble des syndicats, plusieurs commissions scolaires, la Ligue des droits et libertés, etc.

    Tous andi-démocratique, anti-féministe, anti-laïque? Un peu de rigeur, M. l'auteur et conf

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 08 h 25

      Québec solidaire n’est pas antilaïque mais fait la promotion de symboles qui prouvent le contraire.

      Québec solidaire n’est pas antidémocratique mais c’est le politburo qui décide de tout et non pas ses membres.

      Québec solidaire n’est pas antiféministe mais son chef ne pourrait même pas entrer dans une mosquée pour aller prier avec les hommes vu son genre et son orientation sexuelle.

      Québec solidaire est la nouvelle version du fascisme qui n’est plus à droite au Québec, mais bien campé à gauche. Et on le savait tous que ceux qui sont moyennement intelligents allaient quitter ce parti une fois que sa vraie nature soit révéler et mise à jour. C’est le Parti multiculturaliste-socialiste des islamo-gauchistes québécois et « canadians ». Il ne manque plus qu’Adil Charkaoui comme chef et la boucle soit bouclée.

    • Pierre Desautels - Abonné 26 avril 2019 08 h 34


      "Anti-laïque? Qs n'est pas un "ardent défenseur du voile" mais s'oppose à son interdiction."

      Vous avez raison. Dans un débat aussi émotif, certains sont incapables de comprendre les nuances, ou ne prennent même pas le temps d'y réfléchir.

    • Christian Dion - Abonné 26 avril 2019 08 h 48

      M.Thellen, je suis d'opinion que M.Gélinas a résumé le cas Q.S. avec beaucoup plus d'acuité que vous ne l'avez fait.
      Christian Dion, abonné.

    • Jean-François Trottier - Abonné 26 avril 2019 09 h 35

      M. Thellien,

      Vous illustrez bien l'expression très québécoise "Les bottines suivent pas les babines".
      Grande nouvelle, QS est pour la vertu! ioupi!

      Mais quand on arrive à la réalisation...
      La position de QS ne porte pas sur les signes religieux mais sur les liberté individuelles au sens du libéralisme du 19ème siècle, et ce, sans la moindre nuance : TOUT est permis.
      Ça permet surtout de NE PAS analyser ce qu'est une religion. Re-ioupi!
      La religion est culturelle quoi qu'en disent leurs meneurs. Elle appartient au moeurs.
      QS démissionne de son obligation d'implication culturelle : à part des déclarations pompeuses, aucune action tangible n'apparaît dans son programme culturel.

      Reprenant la vieille "canadian song" de la lutte anti-WASP, la position de QS est ANTI-ANTI-MUSULMANE et prétens se battre contre un vieux fond catho-identitaire qui n'existe plus mais qui a le dos large. Facile, y a plus personne pour répondre!

      Bonjour la lâcheté.

      Selon QS quiconque est contre sa non-position devient forcément "identitaire".
      Comme si QS n'était pas "identitaire" ! Allô!
      QS s'IDENTIFIE entièrement contre tout ce qui pourrait ressembler à une identité, part essentielle des êtres grégaires que sont les humains!
      Faut dire que QS et humanisme, c'est deux.
      Cet illogisme procède parfaitement de la cohérence de QS et de son identification de "groupe différent"... parfaitement unanime dès qu'un vote est pris, comme celui à la fin du débat que vous vantez.
      Ça, c'est anti-démocratique.

      C'est au nom de l'identité de nouveaux arrivants que QS accepte les signes religieux sans la moindre analyse.
      Les signes là, ils sont... signifiants.
      Ces signes-là sont religieux.
      AUCUN signe n'est exigé ni même demandé par une religion. AUCUN. Dire le contraire relève du fanatisme.

      Dans un dossier aussi prégnant et important, le silence EST une acceptation.
      L'obligation de les porter malgré une loi humaine est un intégrisme APPROUVÉ par QS

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 09 h 41

      @Cyril Dionne

      1 ) Donnez-nous donc UN SEUL exemple où QS fait la promotion des signes religieux?

      2 ) Autant la position sur la laïcité que le rejet de la convergence ont été adoptées en contradiction avec plusieurs membres de la direction de QS; ce qui démontre par A+B que QS est dirigé par sa base.

      Une fois de plus Cyril Dionne dit n'importe quoi et on commence à en avoir raz-le-bol de ses petites campagnes mesquines de désinformations. Quand il n'a plus d'arguments, Dionne en invente,

    • Jean-François Trottier - Abonné 26 avril 2019 10 h 10

      Suite :

      La non-position de QS vous permet :

      1- de patiner
      Comme rien n'a été dit d'essentiel sur l'un des deux sujets en jeu, soit LA RELIGION, vous pouvez vous dédouaner en contre-attaquant. Facile ? Bien pire: lâche.
      Rien de plus facile que de tenir un débat sur la liberté. Comme j'ai déjà dit, QS est pour la vertu. Ah ben coudon, nous v'là tout étonnés!

      Discuter de religion est l'histoire d'une vie. Ça concerne des croyances dont personne n'est exempt, un besoin atavique de se regrouper et de se rassurer sur ces croyances et celui d'unification des phénomènes en une seule analyse, théorie, entité ou raison justificatrice.
      Enfin, le plaisir de se retrouver en groupe de gens connus, par exemple pour un repas bien arrosé comme le faisaient les premiers chrétiens.

      2- De poser en Saints exempts de péché.
      Je ne crois pas du tout à la part divine des religions mais je respecte infiniment ceux qui y croient. Parce que ce sont des personnes, qui comme toute personne n'ont pas fait ce choix à la légère.
      Contrairement à QS qui s'est épargné la lourdeur d'un débat sur la religion pour aller au plus pressé : accuser tout les autres de racisme.
      Position parfaitement judéo-chrétienne : tout le monde est coupable sauf les saints.
      La grande difficulté pour ceux qui ont subi autrefois le lavage de cerveau de cette morale est de rejeter cette culpabilité sans pour autant tomber dans le piège Rousseauiste du "bon sauvage".
      Ben les générations précédentes l'ont fait et se sont débarrassés des cathos EN DOUCEUR.

      QS ? Zéro réflexion.
      Les accusations de racisme qui ont plu lors du rejet de l'alliance avec le PQ viennent de ce vide intellectuel abyssal.
      Une bande de cons qui lancent les accusations les plus graves.
      Leur chefs, Manon, Gabriel, Françoise, Amir, tous assez salauds pour NE PAS les dénoncer.
      Au nom de la démocratie! Calv...!

      Et j'ai réalisé que QS est une petite secte qui ne répond qu'à ses propres moteurs de pensée.

    • Pierre Jobin - Abonné 26 avril 2019 10 h 25

      @Cyril Dionne «Québec solidaire n’est pas antidémocratique mais c’est le politburo qui décide de tout et non pas ses membres.» Or il se trouve justement que cette décision a fait l'objet d'un vaste débat à travers les différentes associations de Québec solidaire et que la décision n'a pas été prise par le comité de coordination nationale mais par les personnes déléguées au Conseil national de mars dernier et cela par une vaste majorité. Comme j'y assistais en tant qu'observateur, je pense que je sais ce que je dis. Je vous souligne également en passant que cette décision des membres de QS rejoint également, entre autres, la position de la Fédération des femmes du Québec.

      Bref, chacun a le droit d'avoir des opinions et de les exprimer. Cela fait parti des libertés fondamentales défendues par la charte des droits et libertés du Québec, cette même charte que le projet de loi 21 entend écarter en évoquant la clause dérogatoire. Mais je préfère encore quand les opinions s'appuient sur des faits plutôt que sur des faussetés.

    • Jean-François Trottier - Abonné 26 avril 2019 10 h 32

      (suite)

      "Qs est le seul parti à avoir fait un débat sur cette question et ce dans l'ensemble de ses association."

      Le débat chez QS n'a porté que sur la liberté, c'est vous-même qui le dites.

      Si la CAQ et le PQ n'ont pas fait ce même débat c'est qu'il a eu lieu au fil des cinquantes dernières années, partout dans la société québécoise.

      La position de QS rejette ce débat en niant, ou en tout cas en ne nommant pas, le fait que les religions sont des idéologies potentiellement dangereuses.
      Comme le communisme, le nazisme, la scientologie, Baghwan et bien d'autres.
      C'est à QS de démontrer l'insignifiance des religions.

      Parce que moi en tout cas, jamais je ne qualifierais les religions d'insignifiantes, non seulement par respect envers leurs membres, mais aussi parce que 3500 ans d'histoire ininterrompu prouve la dagerosité des croyances religieuses,.. et je suis un peu tanné d'en faire un début de nomenclature.
      Lisez. Ça va aider un peu.

      Parlant d'idéologies, le GROS GROS BON SENS dit que les Allemands sous Hitler, ou les Russes ou Ukrainiens sous le soviétisme étaiebnt de bonnes personnes, respectables, qui ont plus qu'autre chose vécu et suevécu pendant le régime, sans oser parler trop fort.
      Qui a dit qu'ils étaient tous condamnables ?

      Vous.

      C'est VOUS ET VOUS SEUL qui posez qu'une organisation anti-démocratique, anti-féministe et anti-laïque entraîne que tous ses membres le sont aussi.
      "Tous andi-démocratique, anti-féministe, anti-laïque?"


      Votre incapacité à séparer votre pensée, ou celle de n'mportd quel membre, de celle de votre parti, parle d'elle-même.

      L'amalgame est depuis les tout débuts la première arme de désinformation de QS.

      Plus identitaire que ça, je vois pas.
      Plus fermé sur le monde que QS, je vois pas.
      Plus "moi j'ai raison, bon", je vois pas.

      Votre tentative de mettre en dioute l'honnêteté de M. Gélinas est un échec pitoyable.

    • André Chevalier - Abonné 26 avril 2019 10 h 52

      «...affirmer que Qs dénonce le racisme de ceux qui s'opposent au voile alors que jamais Qs n'est allé là»

      Un fait éloquent!
      Je n'oublierai jamais les applaudissements et les bravos à l'endroit de Dalila Awada qui traitait le nationalisme québécois de raciste lors de l'assemblée de QS qui avait refusé le rapprochement avec le Parti Québécois.

    • Françoise Breault - Abonnée 26 avril 2019 11 h 10

      Vous écrivez: Qs est le seul parti à avoir fait un débat sur cette question et ce dans l'ensemble de ses associations.

      Ce fut une apparence de débat. Le CNN s'est organisé pour que jamais l'option C soit présentée à savoir: interdiction des signes religieux pour les représentants de l'État. Depuis longtemps le Collectif sur la laïcité le demandait. Superbement ignoré.

      Toutefois, dès que la frange extrémiste a demandé de débattre sur l'option: aucune interdiction, ce n'est pas long que le débat fut réouvert.

      J'étais membre de QS. Plus encore que leur choix de cette option pseudo-laïque, ce qui m'a le plus amèrement décue, c'est la façon anti-démocratique du débat sur ce sujet. Et ce depuis, que les porte-parole ont pris position à la Commission Bouchard-Taylor avant que le Congrès se soit prononcé. Leur position a alors influencé bien des personnes. Dès lors, c'était mal vu de ne pas être pour la soi-disant laïcité ouverte. Le Congrès de 2009, ne s'est pas fait dans les règles de l'art. Encore moins le dernier.

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 11 h 35

      @Montmarquette

      Pardieu, QS voudrait laisser des personnes arborant avec ostentation des signes religieux dans les salles de classe. Si ce n'est pas faire la promotion des signes religieux, eh bien, j'en perds mon latin.

      Pardieu QS perd ses membres respectés de longue date par douzaine parce qu’ils s'opposent à leur position d'un multiculturalisme et à la laïcité ouverte dans les salles de classe et dans la sphère publique. Vous êtes présentement dans le camp d'Adil Charkaoui parce que vous dites la même chose que lui. Un peu gênant, n’est-ce pas?

      Et pour la pensée magique de QS, sa réputation n'est plus à faire que ce soit en économie, en science ou bien dans les changements climatiques. Il semble qu’ils ne vivent pas sur la même planète que nous.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 11 h 43

      "Québec solidaire est la nouvelle version du fascisme" - Cyril Dionne

      C'est le mesonge qui est une des armes du fascisme; ce dont vous vous servez abondamment.

      Et pour cause...

      « Plus le mensonge est gros, plus il passe. » - Joseph Goebbels

      Joseph Goebbels a été un proche d'Adolf Hitler et, avec Hermann Göring et Heinrich Himmler, l'un des dirigeants les plus puissants et influents du régime nazi.

      Du fait de son action de 1933 à 1945 au ministère de l'Éducation du peuple et de la Propagande, son nom reste indissolublement lié à l'emploi des techniques modernes de manipulation des masses, et un modèle pour la propagande des États totalitaires.

      Antichrétien radical, et surtout antisémite acharné, il a joué un rôle moteur dans les persécutions contre les Juifs allemands, par ses discours enflammés et, notamment, en organisant la nuit de Cristal en novembre 1938.

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 11 h 52

      Cher M. Jobin,

      L’organisme ultra-gauchiste et déconnectée qu’est la Fédération des femmes du Québec n’est pas exemple à suivre pour personne. La majorité des femmes du Québec ne se sentent pas représentées par cet organisme, surtout quand les droits religieux outrepassent les droits inaliénables de l’égalité homme-femme.

      Ceci dit, QS s’est peinturé dans un coin antilaïque, antiféministe et antidémocratique et essaie de s’en sortir avec des contorsions byzantines comme celle du sexe des anges des bâtiments de pierre, de bois et d’ardoise que sont les écoles. Les chartes sont aujourd’hui dépassées comme les tablettes de pierre d’un certain Moïse; elles ne reflètent plus les vivants et c’est pour cela que la charte québécoise sera modifiée. C’est la volonté de la très grande majorité des Québécois. Vous voulez un petit référendum pour vous convaincre de la justesse de la loi 21 sur la laïcité? C’est ce qu’on appelle la démocratie au Québec, un concept qui semble échappé au politburo de QS.

    • Jean-François Trottier - Abonné 26 avril 2019 11 h 54

      @Montmaquette

      Qui ne dit mot consens et QS ne dit mot.

      Si le sujet était sans importance, COMME VOUS LE DITES, alors vous ne participeriez même pas au débat ici.

      Mais QS prétend avoir eu un débat très important sur le sujet. Donc vous ne pouvez dire que le sujet est sans importance comme vous le faites ailleurs dans cette page.

      Le débat est passé complètement à côté des religions pour ne parler que des principes de la laïcité et de la liberté. Boulechite.

      Refuser de vous exprimer sur la valeur de SIGNES SIGNIFIANTS (merci La Palice) est une pure lâcheté qui vous permet d'accuser les autres sans avoir à vous justifier. Votre position ne porte que sur des principes. Facile.

      Mais les religions là, ça existe. QS a le devoir de les analyser, ne serait-ce que parce que les religions jouent un rôle capital dans un grand nombre de pays dont le Canada, pays religieux malgré les dénégations de Justin.
      De TRÈS NOMBREUX immigrants, ceux que QS a le front de prétendre représenter, viennent de ces pays et ont eu des frères, des cousins ou des amis qui ont été emprisonnés, torturés ou "seulement" ruinés.

      Dans certains pays il est impossible de se promener une heure sans voir des femmes au visage brûlé à l'acide. Y en a partout, c'est un fait.

      "Vos écrits systématiques associant le port du voile aux coupages de mains et de têtes, propagent une haine généralisée..."
      - C. Montmarquette, https://www.ledevoir.com/opinion/idees/552316/le-voile-dans-la-tete

      C'est de gens traumatisés par une religion et qui arrivent ici dont parle Mme Alexan, celle que vous apostrophiez et accusiez alors.

      Hé! Elle a raison d'y associer le port du voile, par parce que c'est le cas de tous, mais parce que là où il y a exactions et tortures, il y a aussi port du voile.
      Le nier est inhumain et certainement pas empreint de compréhension.
      En fait c'est salaud.

      À force de pondre des arguments pourris, c'est vous qui propagez la haine.
      Comme QS.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 12 h 32

      "QS perd ses membres respectés de longue date par douzaine.." - Cyril Dionne

      - Avez-vous UNE SEULE preuve ou référence pour appuyer votre mensonge?

      - N'importe quoi.

    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 12 h 42

      "QS s’est peinturé dans un coin antilaïque.." - Cyril Dionne

      Peinturé dans un coin? ..Pas tant que ça:

      Voici une liste d'organisations qui s'opposent au projet de loi sur la laïcité:

      1 ) La CSN a pour sa part décidé en décembre 2018 de s’opposer à toute législation interdisant le port des signes religieux.

      2 ) La FNEEQ (Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec) dénonce le projet de loi du gouvernement de François Legault.

      3 ) L'Association des juristes progressistes, le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État, qui, selon les membres de l’AJP, va non seulement contribuer à marginaliser davantage certains groupes qui le sont déjà, mais poser de sérieuses barrières à l’accès à la justice.


      4 ) Pour le président de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Sylvain Malette ce projet de loi laïcité est en train de devenir «une chasse aux hijabs».

      5 ) La Commission des droits de la personne indique que « La neutralité religieuse de l’État s’applique d’abord aux institutions, et non pas aux individus ».

      6 ) Pour Amnistie internationale Montréal, « Il est de la responsabilité du gouvernement de lutter contre les discriminations systémiques envers les groupes minoritaires et d’assurer que le Québec reste une société inclusive basée sur le respect des droits humains »



      7) Alain Fortier, président de l’Association des commissions scolaires du Québec (FCSQ) « L’application de cette règle ouvre la voie à d’éventuels conflits de travail, qu’auront à gérer les commissions scolaires, incluant les coûts juridiques potentiels. Dans la situation de pénurie existante, cela risque de priver les commissions scolaires de main-d’œuvre, future ou actuelle. »


      8 ) L'opposition unanime du Conseil de la Ville de Montréal 



      9 ) FAE la Fédération autonome de l'enseignement : Projet de loi sur la laïcité : un recul historique pour les droits fondamentaux.

      10 ) (FIQ) La Fédération des Infirmiers Infirmières du Québec 


    • Christian Montmarquette - Abonné 26 avril 2019 12 h 59

      @Cyril Dionne,

      "QS voudrait laisser des personnes arborant avec ostentation des signes religieux dans les salles de classe." - Cyril Dionne

      QS ne fait en rien la promotion de signes religieux, il lutte contre la discrimination à l'emploi; méchante différence.

      De toute manière, je constate que vous n'avez même pas été en mesure de trouver une seule déclaration ou article où QS fait la promotion des signes religieux depuis les 12 années que ce débat existe. Ce qui démontre la vacuité de votre argument.

      - Et vous?

      Peut-on considérer que vous faites la "promotion de la religion parce que vous refusez de changer le nom du Fleuve Saint-Laurent?

      Risible.

    • Sylvie Lapointe - Abonnée 26 avril 2019 15 h 01

      M. Montmarquette, vous aimez les tourniquettes. Soit. Alors veuillez bien relire le couplet que vous avez écrit à propos de M. Dionne publié à 9h41 et débutant par ‘’Encore une fois, Cyril Dionne (…)’’. Remplacez ce nom par ‘’Christian Montmarquette’’ et vous trouverez là un beau miroir. Vous êtes peut-être le champion des quésolistes, mais cela ne rend pas vos ‘’idées’’ et vos ‘’arguments’’ plus intelligents et plus véridiques que ceux des autres tout simplement parce que vous ratissez pratiquement chaque commentaire en vue de pondre une réponse régulièrement assaisonnée d’une petite morale de votre cru, en stickant sur un mot, une expression ou une phrase par-ci, par-là, et ce, quitte à faire toutes sortes d’acrobaties.

    • Cyril Dionne - Abonné 26 avril 2019 16 h 41

      @Montmarquette

      Si tous les membres de la CSN pouvaient voter, la CSN n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21.

      Si tous les membres de la FNEEQ pouvaient voter, la FNEEQ n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21.

      Si tous les membres de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) pouvaient voter, la FAE n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21.

      Si tous les membres de la FNEEQ pouvaient voter, la FNEEQ n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21.

      Si tous les membres de la Fédération des Infirmiers Infirmières du Québec pouvaient voter, la FIQ n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21.

      Pour les autres, ils ont partis pris comme l'Association des juristes progressistes parce qu’ils font de l’argent avec les contestations judiciaires.

      Pour Amnistie internationale Montréal, il pourrait commencer par se mêler de leurs affaires puisqu’ils semblent qu’il y a plus des cas plus urgents à régler qu’une loi qui sera votée de façon démocratique.

      Pour le Conseil de la Ville de Montréal, est-ce qu’il représente tous les citoyens parce que plusieurs appuient le projet de loi 21 à Montréal. J’imagine que lorsqu’ils ne sont pas du côté des islamo-gauchistes de Québec solidaire, leur vote ne compte pas. Drôle de démocratie « in Montreal », nettoyage ethnique oblige. Il ne manque plus qu’Adil Charkaoui, l’imam autoproclamé de QS.

      Pour Alain Fortier, le président de l’Association des commissions scolaires du Québec (FCSQ) et avec un taux de votation en bas de 10%, qui est-ce qu’ils représentent? Leur famille et leurs amis?

      Alors cher M. Montmarquette, vous ne serez pas opposé à un référendum sur la question? Plus de 75% des Québécois supportent ce projet de loi 21 qui ne va pas assez loin à leur goût. Vous voulez concrétisez les résultats?

    • Jean-François Trottier - Abonné 26 avril 2019 17 h 20

      @Montmarquette

      "Autant la position sur la laïcité que le rejet de la convergence ont été adoptées en contradiction avec plusieurs membres de la direction de QS; ce qui démontre par A+B que QS est dirigé par sa base."

      Pas du tout et vous le savez parfaitement. Ça démontre seulement que la direction officielle de QS n'est pas sa vraie direction.

      J'ai travaillé dans assez de compagnies pour savoir que le vrai patron est... parfois le patron. Parfois la secrétaire. Parfois (souvent) le directeur de ventes. Ou celui des achats. Ça dépend des personnalités et de l'importance des départements.

      Chez vous on sait parfaitement que ce n'est ni Manon, ni GND, ni aucun autre "porte-parole".

      On a longtemps supposé que c'était le bureau de coordination politique, bien-nommé politburo, parce que ce poste ressemble beaucoup à celui que Staline occupait au sein du Parti : un simple secrétaire qui tenait toutes les ficelles et "orientait" sans en avoir l'air jusqu'au moment où Lénine est mort. Et là, crack.

      On sait tout de même que le politburo décide, ou plutôt "met à l'agenda", ce qui est exactement la même chose, les sujets à discuter lors des réunions. Ce qui revient à décider de tout, exactement comme le faisait Staline. Suffit d,avoir les bonnes ficelles et le politburo les as toutes.

      Qui dirige l'agenda dirige le reste, c'est connu depuis Périclès ou même avant. On n'est pas cave quand même.

      La vraie question est plutôt, qui dirige le politburo ?

      Ça, je sais pas du tout. Ça serait un Martien que je ne serais pas étonné.

    • Michaël Lessard - Abonné 26 avril 2019 18 h 44

      Stéphane Thellen rappelle de quoi d'assez marquant ...

      Disons-nous que la Ligue des droits et libertés du Québec et Amnistie Internationale section québécoise sont « antilaïques, antiféministes et antidémocratiques » ...

      On nage ici dans des réactions hyperboles.
      Les divers côtés du débat, en général*, ne sont pas antilaïques, antiféministes ni antidémocratiques.

      * lire: il y a des exceptions individuelles évidemment.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 avril 2019 07 h 50

      "Si tous les membres de la CSN pouvaient voter, la CSN n’aurait pas d’autre choix que d’appuyer le projet de loi 21." - Cyril Dionne

      Vous n'en savez foutrement rien d'autant plus que sondages PQ-Léger penchent toujours du même côté. Les Québécois sont beaucoup plus partagés dans leurs opinions sur les signes religieux qu’on essaie de nous faire croire.


      Alors que les médias ont diffusé à satiété ce sondage qui montrait que plus des deux-tiers des Québécois étaient en principe pour les interdictions de la CAQ, d’autres sondages moins médiatisés mais plus rigoureux ont montré que cet appui se révèle beaucoup faible (40-50%) et l'opposition beaucoup plus forte dès qu'on élimine la confusion entre le burqa et le hijab. 

 Le seul véritable consensus qui existe sur les signes religieux, c’est la lassitude que les Québécois éprouvent envers ce débat aussi stérile que malsain. 


      À cet effet, Vox Pop Labs rapporte que 59% des Québécois s’opposent aux interdictions de la CAQ et que 45% qui s’opposent au “compromis” Bouchard-Taylor.

      Cette opposition est encore plus forte chez les jeunes entre 18-et 25 ans, avec 74% opposés à la formule de la CAQ et 57% opposés à Bouchard-Taylor.


      Source : http://voxpoplabs.com/fr/signes-religieux/