Accès inéquitable à la plus haute fenêtre de Montréal

L’oratoire est un des lieux à Montréal les plus fréquentés par les touristes, rappelle l'auteur.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’oratoire est un des lieux à Montréal les plus fréquentés par les touristes, rappelle l'auteur.

L’oratoire Saint-Joseph-du-Mont-Royal a dévoilé, la semaine dernière, le concept architectural qui complétera son important projet d’aménagement, lequel se poursuit depuis une quinzaine d’années. Remporté par le consortium Atelier TAG et Architecture49 à la suite d’un concours, l’élément clé de ce concept sera l’accès à la plus haute fenêtre de Montréal située dans le lanterneau du dôme du sanctuaire. Considérant que ce dôme s’avère le troisième en importance de la planète après ceux de la basilique Notre-Dame-de-la-Paix, à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, et de la basilique Saint-Pierre à Rome, accéder à cet observatoire ne sera pas sans intérêt. D’autant plus que celui-ci offrira une vue panoramique sur 360 degrés de la métropole et de la plaine montréalaise, incluant, en périphérie immédiate, celle de l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal avec son parc, ses cimetières et ses institutions publiques, un paysage culturel unique en son genre en Amérique du Nord.

L’accès des visiteurs à ce lanterneau sera possible de deux façons. Soit directement par un escalier de plus de mille marches à partir du sol de la basilique, soit par un ascenseur qui donnera accès à la base du dôme, permettant ainsi de rejoindre dans l’entre-dôme cet escalier menant au lanterneau. La hauteur à escalader équivaudra à celle d’un édifice de 14 étages, soit quelque 450 marches. La descente se fera par le truchement d’une rampe autour du dôme intérieur, ce qui sera moins fatigant et plus plaisant, d’autant plus que l’entre-dôme sera muni d’un drapé, à savoir un voile métallique offrant une variété de formes et de tissages pour assurer un décor attrayant.

Ce projet d’accès au lanterneau du dôme de l’Oratoire n’est pas sans complexité, et le concept proposé par le consortium Atelier TAG et Architecture49 s’avère peut-être le seul possible dans les circonstances. Si c’est le cas, il vaudrait mieux qu’il ne soit pas réalisé, et cela pour deux raisons principales. D’abord parce que l’Oratoire est un des lieux à Montréal les plus fréquentés par les touristes. Si des pèlerins pourront se réjouir de pouvoir réaliser l’exploit de monter un escalier de plus de mille marches, il est à craindre qu’ils ne seront pas très nombreux. Il y a, en effet, beaucoup moins de dévots qui montent aujourd’hui à genoux les marches de l’Oratoire qu’il y en avait il y a un demi-siècle. La plupart des autres touristes risquent par contre de se poser des questions qui ne mettront pas Montréal en valeur. Par exemple, comment expliquer qu’à Paris on peut atteindre le sommet de la tour Eiffel en ascenseur, et, à New York, celui de la statue de la Liberté, alors qu’à l’oratoire Saint-Joseph, cela est impossible ? Ces monuments emblématiques de la France et des États-Unis sont pourvus également d’escaliers, mais c’est pour assurer la sécurité des visiteurs, non pour les faire suer !

La deuxième raison est de l’ordre de l’équité. Les coûts de ce vaste projet d’aménagement de l’Oratoire, dont fait partie l’accès au lanterneau, s’élèvent à quelque 80 millions de dollars, sommes assumées par les gouvernements du Québec et du Canada, par la Ville de Montréal et la Fondation de l’Oratoire, donc par tous les citoyens. Or, l’accès à la plus haute fenêtre de Montréal sera réservé à ceux qui auront les capacités physiques et le courage de s’y rendre : la performance avant la jouissance ! Exclues, donc, les personnes âgées, à mobilité réduite ou d’énergie moyenne, y compris les montées en famille.

Lorsque Frederick Law Olmstead a conçu le plan d’aménagement du mont Royal, il a voulu que l’accès au sommet de la montagne soit assuré par un chemin ayant la pente la plus douce possible de façon que tout le monde puisse s’y rendre facilement. Cet objectif d’accessibilité devrait s’appliquer également au trajet pour se rendre à la plus haute fenêtre de Montréal.

3 commentaires
  • Martin Dufresne - Abonné 14 juin 2018 00 h 14

    80 millions, dont surtout des fonds publics, pour aménager le sommet de l'Oratoire St-Joseph!

    Heureusement qu'on vit dans une société "laïque", dis donc...

  • Marguerite Paradis - Abonnée 14 juin 2018 06 h 22

    DÉSOLANT POUR LE COLLECTIF

    Merci monsieur Marsan, c'est toujours désolant de constater que des professionnel.le.s, comme les architectes et leurs gestionnaires, aient si peu de « connaissances » sur ce qui se fait de meilleur pour répondre aux besoins du collectif.
    Il y a trop de réunions sans mise en commun pour une réelle émergence de l'intelligence collective!

  • Sylvie Lapointe - Abonnée 14 juin 2018 12 h 50

    Bonne remarque, M. Marsan

    Moi aussi je m'étais posé la question quant au nombre de personnes qui pourraient bien être en mesure de monter toutes ces marches jusqu'au lanterneau afin de profiter de la vue spectaculaire sur Montréal, et j'avais été quelque peu surprise de constater qu'il n'y aurait pas d'ascenseur pour ceux et celles qui ne seraient jamais en condition de le faire. C'est effectivement beaucoup d'argent dépensé pour agrémenter quelques visiteurs qui veulent et surtout qui peuvent effectuer cette ascension. Finalement, c’est peut-être une bonne idée de la part de l'Oratoire mais qui coûte plutôt cher dans les circonstances.