P. K. Subban et la génération «mustang»

Lors d’une embauche ou d’une promotion, si j’ai à choisir entre un candidat surperformant qu’il faut parfois retenir, et un individu docile mais apathique qu’il faut continuellement pousser, j’opte pour le premier sans hésiter. Même s’il demande de l’énergie et exaspère parfois, le « mustang », bien encadré, rapportera plus à l’organisation et fera avancer les choses. S’il est mal encadré, l’inverse se produira assurément : incapable de s’intégrer à l’équipe, il devra partir. Raison : problèmes d’attitude. D’où l’importance du supérieur dans le développement de ce type de personne. Le docile quant à lui est facile à gérer : il exécute sans défier ni remettre en question l’ordre établi.

Je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec le monde du sport, particulièrement en cette période de turbulence associée à l’échange de P. K. Subban. Dans les deux sphères d’activité, on côtoie toutes sortes de personnalités, à l’image de la société dans laquelle nous vivons, d’ailleurs. Savoir s’adapter à ces personnalités et en tirer le meilleur est essentiel.

Selon la rumeur, Montréal a perdu un joueur de premier plan pour des raisons de savoir-être, d’attitude. On peut qualifier cela de « mauvais départ » : la personne est performante, ne pose pas de problème éthique, est hautement motivée, on ne doute pas de son attachement à l’organisation, mais elle part !

Sans contredit, Subban prend de la place partout où il passe, il semble défier l’autorité et assume pleinement un style de vie que l’on ne peut qualifier de « tranquille ». Il est sans doute compliqué de diriger ce type non conventionnel dans un domaine aussi conservateur que celui de notre sport national. « Compliqué » mais pas irréalisable.

Est-il si différent des gens de sa génération ? Non. Mauvaise nouvelle : il faudra s’adapter, car d’autres Subban s’en viennent. Ils ont 17, 18 ans et ils sont à la porte de la LNH. Eux aussi sont tournés vers les médias sociaux, eux aussi sont plus impétueux que ne l’étaient leurs parents. Et eux aussi ont une vie à l’extérieur de l’aréna. Coupera-t-on chaque tête qui dépasse ? Le milieu du travail s’est déjà adapté. L’industrie du hockey devra le faire (certaines équipes ont d’ailleurs de l’avance en ce sens). Congédier coûte cher, embaucher coûte cher, échanger coûte cher. S’adapter permettrait d’économiser en plus d’éviter d’éprouver inutilement la susceptibilité des partisans.

Le « mustang » c’est un tout, un bloc qu’on acquiert : il est motivé, confiant, entier, intense, orienté vers les résultats, narcissique à la limite. En fait, il a tout pour déplaire à un patron qui manque d’assurance ou qui est directif, préférant de loin ceux qui ne sortent pas du rang.

Les « chasseurs » de talent recherchent les « mustangs ». Ils voient en eux des possibilités plutôt que des menaces. Le « mustang » a besoin de recadrage, il a besoin qu’on lui renvoie son image, afin de s’intégrer harmonieusement à l’équipe et d’y contribuer efficacement. Il accepte habituellement volontiers cette critique, car il est dans sa nature de toujours vouloir mieux réussir, de s’améliorer. Ce travail de recadrage est celui du patron. L’investissement en vaut le coût si on regarde les résultats à long terme, dont un rendement nettement supérieur. De plus, l’individu lui-même y trouve une source de développement personnel inestimable.

Recadrer demande de l’investissement et le courage de dire les vraies choses, ce qui constitue en soi une forme de respect. Et le respect est une valeur fondamentale pour ces générations X et Y. À preuve, la réaction de M. Subban disant qu’il est heureux de se joindre à un environnement qui lui permettra d’être lui-même, chaque jour ; ce qui, de toute évidence, n’a pas été le cas à Montréal. Dommage. Bon succès, PK.

2 commentaires
  • Hélèyne D'Aigle - Abonnée 5 juillet 2016 11 h 21

    Grand merci pour ces propos de mise !


    C'est un pensez - bien !

  • Bernard McCann - Abonné 5 juillet 2016 11 h 50

    Si je lis bien entre les lignes...

    Vous nous dîtes que ce qui a fait défaut à PK, lors de son passage à Montréal, c'est son encadrement, donc son coach incapable de le gérer... Je suis d'avis avec vous, par expérience, que c'est avec des "mustangs" que l'on gagne des coupes... Mais, pourquoi avons-nous tant de difficulté à les gérer dans cette équipe ultra-conservatrice qu'est le Canadien de Montréal ? As-t-on oublié que les deux Richard en étaient eux-aussi ? que Patrick Roy était aussi de cet acabit! (en fait, on est aller nul part avec le gardien obtenu en échange)... de même que Chris Chelios et j'en passe...