Un bar ouvert à la CAQ

En 2007, presque immédiatement après une entrevue avec le chef du PQ à la télévision de Radio-Canada, Bernard Drainville, jusque-là journaliste compétent, annonçait sa candidature. Il démontrait ainsi que la fibre éthique n’est pas sa force principale. En acceptant cette magouille, le PQ poursuivait avec encore plus de conviction sa descente aux enfers. Après cette entrée en politique marquée au coin de la dissimulation, le député Drainville, devenu ministre dans le bref cabinet Marois, allait encore se distinguer de belle façon : plusieurs Québécois, dont je suis, ne veulent pas que des enseignants, des policiers ou des juges brandissent leur religion comme un drapeau ; c’est pour nous une simple question de civilité, mais nul n’était besoin d’en faire tout un plat, indigeste et ridicule, pompeusement nommé Charte des valeurs québécoises […]. Si la CAQ accueille aujourd’hui pareil personnage, elle montre bien à tous ceux qui ne le savaient pas encore à quelle enseigne elle loge. Bienvenue à tous, le bar est ouvert.

À voir en vidéo