Encore une démission de Bernard!

Ça y est ! L’animateur Bernard Drainville range son micro et retourne dans l’arène politique avec l’espoir de donner quelques coups de corne. Comme bien d’autres, le futur candidat ose même virer son capot de bord. Pourquoi ne pas troquer une guenille péquiste pour un beau paletot en laine du pays offert par le pape François ? Oups ! J’avais oublié cette charte de la laïcité tricotée à l’époque de Pauline Marois qui avait mis la chicane dans la cabane.

Étrangement, autour de la machine à café, on jase peu du fait que M. Drainville avait démissionné lors de son dernier mandat. Bien sûr, il ne s’agissait pas d’un cas isolé. D’autres l’ont fait avant lui et vont le faire encore ! Ce qui est particulier dans le cas de l’ex-vedette du 98,5, c’est qu’il avait déclaré en 2013, lors de la présentation du projet de loi 33, que démissionner en cours de mandat équivalait pour un élu ou une élue à « ne pas respecter le contrat moral pris avec ses électeurs et électrices ».

Que fera-t-il en cas d’insatisfaction au sein de la famille caquiste ? La population doit-elle se préparer à payer de coûteuses élections partielles en cas de divorce ? Doit-on tout de suite retenir les services de Me Anne-France Goldwater ?

 

À voir en vidéo